Accueil
Croisière, à l'origine par forcément un voyage d'agrément !
Partager

Croisière, à l'origine par forcément un voyage d'agrément !

RCF,  -  Modifié le 3 décembre 2018
Chaque jour Jean Pruvost décrypte un mot pour les auditeurs.
podcast image par défaut

Le mot croisière est typiquement le mot qu’aiment les spécialistes des mots parce qu’il illustre ce qu’ils appellent la démotivation. Évidemment, dit comme cela, en termes courants on pense plutôt que si on nous propose une croisière sur le Rhin ou sur le Nil, c’est tout de même assez motivant, on ne voit pas pourquoi on serait démotivé…

Eh bien à l’origine en fait tous les mots sont motivés, quand on veut évoquer ce qui est en haut d’une salle, on parle du fond qui est plat, et voilà le plafond, quand on évoque le moment présent, celui pendant lequel je vous tiens la main, voici créé main-tenant, Quant au petit oiseau dont le plumage est couleur de la bure d’un moine, on en fait le petit moine, le moineau. Tous les mots ont eu réalité une motivation au départ, mais on l’oublie et voilà pourquoi l’étymologie, existe, il s’agit de retrouver cette motivation première, et quand on ne la trouve pas on dit que le mot a une origine obscure.

Plus personne ne songe que s’y cache le fait de se croiser sur le sol ou en mer, voilà pourquoi c’est un mot démotivé. C’est en 1285 que le mot croisière est attesté pour la première fois dans la langue française en désignant, contre toute attente, ce qu’on appelé plus tard une croisade, et donc une guerre sainte conduite par les croisés, portant la croix sur leur vêtement. Partir en croisière à la fin du XIIIe siècle n’était donc pas un voyage d’agrément.

Cependant au milieu du XIVe siècle, la croisière a commencé à désigner le fait pour deux personnes de se croiser sur terre. Jusque-là le mot est motivé. Mais dans la seconde moitié du XVIIe siècle la croisière prend un sens maritime, démarquant le fait pour deux vaisseaux, de se croiser, et ce dans un contexte particulier, il s’agissait en effet de parcourir la mer pour surveiller l’ennemi, d’où le nom de "croisière", pour désigner la flottille y correspondant. En vérité, c’est seulement dans les années 1920, en temps de paix, que la "croisière" devint un voyage d’étude ou un voyage de plaisir à bord d’un navire. On est désormais bien loin de la croix… Et c’est donc très bien qu’un livre revienne à l’origine, le signe de croix du baptême… Et nous permette de "remotiver le mot" !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don