Accueil
Comment notre corps réagit-il aux canicules ?

Comment notre corps réagit-il aux canicules ?

Un article rédigé par Baptiste Madinier, Odile Riffaud - RCF, le 22 août 2023  -  Modifié le 23 août 2023
L'invité du 18/19 Comment notre corps réagit-il aux canicules ?

Avec 49 départements en vigilance orange selon Météo France, une grande partie de l'Hexagone subit un nouvel épisode de canicule. Des pics de chaleur sont annoncés en particulier ce mardi et ce jeudi dans certaines régions. Comment notre corps réagit-il aux canicules ? On fait le point avec le Professeur Jean-François Toussaint, cardiologue et professeur de physiologie.

 

Des enfants tentent de se rafraîchir dans un parc, à Paris, le 21/08/2023 ©Magali Cohen / Hans Lucas Des enfants tentent de se rafraîchir dans un parc, à Paris, le 21/08/2023 ©Magali Cohen / Hans Lucas

 

Des "pics caniculaires" sont prévus par Météo France ces jours-ci. 49 départements sont "en vigilance orange" et quatre en vigilance rouge : l'Ardèche, la Drôme, la Haute-Loire et le Rhône. Des épisodes de forte chaleur qui reviennent désormais chaque été. Comment les supporter ? Notre corps peut-il s'y habiter ? 

 

 

Le corps humain a-t-il des capacités d’adaptation face à la chaleur ?

 

"L’adaptation à la chaleur est beaucoup plus complexe que l’adaptation au froid", assure le Professeur Jean-François Toussaint. Il n’y a pas d’autre solution que de "se maintenir en dehors du soleil, à l’ombre". Si l’être humain est amené à subir de plus en plus de ces épisodes caniculaires, en viendra-t-il à développer de meilleurs capacités d’adaptation ? Le cardiologue et professeur de physiologie rappelle qu’il existe des espèces qui ont su s’adapter à des conditions extrêmement chaudes, comme les "espèces hyperthermophiles capables de supporter des températures de 90 ou 100 degrés". Mais "la génétique", qui "est une question d’adaptation à l’environnement", se fait "sur le temps long".

 

 

 

23 degrés, la température idéale

 

La température idéale pour un être humain est autour de 23 degrés. Ce à quoi l’espèce humaine s’est adaptée il y a "des centaines de milliers d’années", décrit le Pr Toussaint, lorsqu’elle était africaine", et qu’elle vivait dans un climat de savane. 

 

23 degrés, c’est la température qui ne demande au corps "aucun effort, ni pour fabriquer de la chaleur ni pour s’en débarrasser, c’est-à-dire pour essayer de dissiper cette chaleur hors du corps", explique Jean-François Toussaint. C’est aussi la température qui nous permet de développer au mieux "toutes nos capacités intellectuelles, physiques…" D’ailleurs, c’est aux mois de mai et septembre – où la température moyenne est autour de 23 degrés - que le taux de mortalité est le plus faible dans l’hémisphère nord.

 

 

 

Variations de températures : nous ne sommes pas tous égaux

 

Reste que devant les variations de température, nous ne sommes pas tous égaux. Les 20-30 ans sont "en capacité maximale d’adaptation", précise Jean-François Toussaint. En revanche, les jeunes enfants, "qui n’ont pas encore acquis toutes leurs capacités d’adaptation", ou les personnes âgées ont plus de mal à s’adapter à de fortes chaleurs. "Une petite exposition, un temps court, et vous allez avoir tout de suite une dégradation qui peut aller jusqu’au coup de chaleur."

 

Comment détecter le coup de chaud ? Les premiers signes qui doivent nous alerter sont des "petits troubles cognitifs", comme "une réponse décalée, une mauvaise perception de ce qui se passe, un discours flou…" Il faut alors immédiatement placer la personne dans un endroit moins chaud. On peut aussi appliquer des poches de glace sur le pli de l’aine, recommande le spécialiste, c’est-à-dire entre le bas du ventre et le haut de la cuisse.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don