Accueil
Bioéthique : quels enjeux en 2023 ?
Partager

Bioéthique : quels enjeux en 2023 ?

Un article rédigé par Yves Thibaut - 1RCF Belgique, le 7 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
16/17 Bioéthique : les enjeux de 2023

Les enjeux à venir dans les différentes thématiques de la bioéthique en 2023 sont nombreux. Où en est-on sur la fin de vie, l'avortement, la procréation médicalement assistée ou encore la gestation pour autrui ?

©Institut européen de bioéthique ©Institut européen de bioéthique

L'année 2023 sera marquée par des avancées législatives dans plusieurs domaines touchant à la vulnérabilité humaine. Fin de vie, PMA, GPA, avortement, des sujets qui génèrent des débats et des discussions dans les assemblées de nos élus. 

 

Constance du Bus est juriste et membre de l'Institut européen de bioéthique, un organisme de recherche rigoureuse en matière de bioéthique faisant appel à des juristes et des scientifiques spécialisés sur ces sujets. 

 

Avortement : un rapport d'analyse attendu 

 

Des chiffres fidèles à la réalité et une évaluation des besoins des femmes et des médecins. C'est un rapport mandaté par les parlementaires aidés d'un comité scientifique. Une question se trouve derrière : la volonté d'allonger ou non le délai pour avorter sans raison médicale. 

 

Le dernier arrêt de la cour suprême américaine, stipulant que désormais les Etats du pays sont souverains pour légiférer en matière d'interruption volontaire de grossesse, a eu un effet inverse en Europe. On voit apparaître désormais la volonté de la France ou de la Belgique de "protéger ce droit", comme disent ses partisans, à travers la constitution. 

 

Fin de vie : 20 ans après la dépénalisation de l'euthanasie

 

Un sujet sur lequel l'institut est vigilant, en particulier cette année est celui de la fin de vie. Tandis que le France se penche sur la question avec une convention citoyenne réunie depuis le mois de décembre, la Belgique quant à elle n'a jamais envisagé l'évolution de la thématique à travers un débat de société. 

 

Les chiffres des euthanasies pratiquées dans notre pays sont en augmentation : on en dénombrait pas moins de 2700 en 2021. Et d'autres pays l'ayant légalisée suivent cette tendance. Pour autant, nous rappelle Constance du Bus : 

 

On voit que la loi n'a pas rempli les deux missions qu'elle s'était fixée. 

 

En effet, si la loi avait pour vocation de mettre fin aux pratiques clandestines en la matière, une étude récente estime que près d'un tiers des euthanasies sont encore pratiquées dans un cadre hors la loi. Il faut ajouter aussi que le cadre d'exercice de cet acte dépasse aujourd'hui le cadre initialement envisagé au départ (celui de les limiter aux souffrances insurmontables subies par une personne en fin de vie). 

 

Parler de bioéthique avec pédagogie 

 

Un manuel de bioéthique mis en place par l'IEB est désormais disponible au grand public. Il s'agit de porter un regard mieux informé sur les notions parfois complexes liées aux pratiques d'une part, et une réflexion plus approfondie sur les questions éthiques d'autre part. Et pourquoi pas pour relancer le débat sur des questions qui impactent la société dans son ensemble...

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don