Accueil
Bac 2022 : jour J pour les épreuves de spécialités
Partager

Bac 2022 : jour J pour les épreuves de spécialités

Un article rédigé par Jean-Baptiste Labeur - RCF, le 11 mai 2022  -  Modifié le 11 mai 2022
Le dossier de la rédaction Bac 2022 : Jour J pour les épreuves de spécialités

523 199 lycéens de terminale ont débuté mercredi matin les toutes premières épreuves de spécialité du bac réformé. Une nouvelle formule qui n’avait pas pu avoir lieu les deux années précédentes en raison de la pandémie.


 

Copie d'examen. ©Unsplash Copie d'examen. ©Unsplash

Les EDS, pour épreuves de spécialités dans le jargon , c’était l’un des éléments clé de la réforme Blanquert avec l’introduction du contrôle continu et le grand oral. Chaque candidat est donc convoqué sur deux jours aux deux épreuves correspondant à une spécialité de sa formation. En raison de la pandémie, ces EDS n’avaient encore jamais pu avoir lieu. Cette année encore elles avaient été décalées de mars à mai en raison de la vague omicron.

Il y a donc une pression pour les candidats cette année. Guilhem est en terminale dans la Drôme au lycée Saint-Bonnet de Galaure. Il passe des épreuves de sciences économiques et de géopolitique. Et s’il est confiant dans son travail, il a aussi quelques inquiétudes :

Les sujets sont vraiment spécialisés, donc j’ai un petit peu peur de tomber sur quelque chose que je ne connais pas. Tout le monde n’est pas confiant, car il y a beaucoup de choses et certains sujets sont difficiles à manier.
 

Génération Covid 19

Il faut dire que c’est la génération covid qui arrive au bac cette année avec une scolarité profondément perturbée. Confinés en 2de en 2020, alternant le présentiel et le distanciel en 1re en 2021, ces lycéens ont enchaîné les vagues de coronavirus encore cet hiver avec omicron.

Dans l’académie de Créteil, certains n’ont pas eu de cours dans leur spécialité durant plusieurs mois. Les remplacements n’ont pas été assurés, souligne Alexis Torcher, secrétaire national du syndicat enseignant Sgen-CFDT.

Au regard du contexte, les sujets de spécialité de cette session sont donc aménagés pour plus d’équité. « C’est par exemple plusieurs sujets en histoire-géo, c’est un choix de questions à traiter en maths. Il y a un filet de sécurité pour les élèves", ajoute-t-il. Les jurys seront aussi amenés à prendre en compte la situation des élèves, si besoin.

"C’est bien, mais cela n’est pas suffisant, nous avions demandé que ces épreuves aient lieu en juin et également le choix pour les élèves entre la note finale et celle du contrôle continu. La crise sanitaire n’a pas été assez prise en compte par le ministère", estime Colin Champion, élève en terminale à Besançon et président du syndicat la voix lycéenne

Dans les lycées est ce que l’on est vraiment prêt  ?

Peut mieux faire  estime t-on du côté des enseignants du SGEN-CFDT. Pour le secrétaire général Alexis Torcher, la principale difficulté d’organisation vient de l’annonce tardive des temps de décharge des correcteurs. 4 demi-journées pour les corrections jusqu’au 3 juin. « Dans certains lycées, cela a entraîné une réorganisation de dernière minute, mais néanmoins, on peut s’attendre à ce que ces épreuves se déroulent bien ».

« Nous sommes prêts, ce qui n’était pas le cas au mois de mars. Il faut se rendre compte que nous sommes encore dans une année particulière pour les examens. Nous aurions pu avoir une meilleure anticipation, mais globalement, cela a été géré. Il y a eu un très gros travail de tous les personnels pour mettre les élèves dans les meilleures conditions » indique Olivier Beaufrère, secrétaire national du SNPDEN-UNSA l’un des syndicats de chef d’établissement et proviseur dans l’Essonne. Dans son lycée des temps de révisions ces derniers jours ont été organisés pour les candidats.

Autre nouveauté cette année, la correction est dématérialisée, pour toutes les épreuves. Il va falloir numériser les copies via un logiciel baptisé "santorin". Là aussi, c’est une première. C’est un point de vigilance pour l’ensemble de la communauté éducative. Un bug serait catastrophique en termes d’image.

Ces EDS représentent 32 % de la note finale du bac. Après ces deux jours, la prochaine grosse étape, c’est l’épreuve de philo : le 15 juin. Reste que ce bac nouvelle formule étalé dans le temps est devenu une source de stress au long cours pour les élèves, constate Colin Champion, président de la voix lycéenne.

 

Il y a une forme d’étalement du stress et de la pression pour les élèves tout au long de l’année.

Il estime qu’il faudrait revenir au bac ancienne formule.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don