Accueil
A Cholet, la classe Passerelle offre une seconde chance aux recalés de Parcoursup
Partager

A Cholet, la classe Passerelle offre une seconde chance aux recalés de Parcoursup

Un article rédigé par Marion Bastit - RCF Anjou - RCF Anjou,  -  Modifié le 16 octobre 2019
La première classe Passerelle de Maine-et-Loire a ouvert en septembre au lycée Europe à Cholet. Ses 12 élèves, tous bacheliers, espèrent avoir une place en BTS l'année prochaine.
2019 RCF Anjou - Les 12 élèves de la classe Passerelle de Cholet, 10 hommes et 2 femmes, viennent de tout le Maine-et-Loire. 2019 RCF Anjou - Les 12 élèves de la classe Passerelle de Cholet, 10 hommes et 2 femmes, viennent de tout le Maine-et-Loire.

C’est une seconde chance pour les recalés de Parcoursup. La première classe Passerelle de Maine-et-Loire a ouvert le 23 septembre 2019, au lycée Europe à Cholet. Elle accueille 12 élèves qui ont eu leur bac en juillet mais n’ont pas eu de place dans le BTS de leur choix.

Titulaires d’un bac professionnel ou technologique, ces élèves ont une année pour réfléchir à leur projet professionnel et combler leurs lacunes. L’objectif est de pouvoir intégrer une formation post-bac à la rentrée prochaine.

« What do you like to do on the week-end ? » interroge la professeure d’anglais. « I like playing PlayStation… and… euh… playing football with my friends », répond l’un des élèves, l’air hésitant. L’anglais, c’est le point faible de la plupart de ces jeunes. Ils en font trois heures par semaine.

Ne pas rester à rien faire

Après un bac technologique STMG (Sciences et techniques du management et de la gestion) option gestion-finance, Benji voulait rentrer en BTS Professions immobilières, mais il y a très peu de places dans la région ; il n’a pas été pris.

Le jeune homme de 20 ans est venu d’Angers pour intégrer cette classe Passerelle. « Je ne voulais pas me retrouver sans rien cette année, explique Benji. J’ai eu cette chance et je l’ai saisie. Ça permet de continuer ses études et de ne pas rester à rien faire. »

Ses attentes ? « Déjà, de pouvoir accéder à ce que je veux faire, notamment mon BTS, de consolider mes connaissances, de combler mes lacunes et puis d’apprendre de nouvelles choses. »

Obtenir un meilleur dossier

Enric, 20 ans lui aussi, a obtenu son bac professionnel en commerce à Cholet, mais il n’a pas eu de place en BTS Tourisme. Il vient chercher ce qui lui manquait pour y accéder. « Des meilleures appréciations sûrement, et des meilleurs résultats aussi, parce que je me suis un peu relâché en terminale », confie le jeune homme.

« Cette année va me permettre de reconsolider quelques bases, espère-t-il, et de combler quelques lacunes en anglais, peut-être aussi en informatique, où je suis moins à l’aise. »

En tout, les élèves ont 20 heures de cours par semaine. « Outre l’anglais, ils étudient les outils mathématiques, les outils informatiques, la culture générale, l’expression, la communication... énumère Nadège Pouponnot-Vaillant, directrice déléguée aux formations. Ça leur permet aussi d’acquérir des méthodes de travail qui leur font parfois défaut. »

Stages en entreprise et immersion en BTS

« Cette année leur sert aussi à reformuler leur projet professionnel, souligne-t-elle. Il y a des poursuites d’études auxquelles ils n’ont pas pensé pour accéder à telle ou telle profession, et dont ils n’ont pas forcément conscience aujourd’hui. » Pour les aider, des entretiens individuels ont déjà eu lieu depuis la rentrée.

Pour valider leur choix d’orientation, trois stages en entreprise de deux à cinq semaines sont prévus dans l’année, ainsi que des immersions dans le BTS qu’ils visent.

Si ces élèves obtiennent un avis favorable du conseil de classe à l’issue de cette année, ils seront assurés d’avoir une place dans ce BTS. Sinon, ils seront soumis au même processus d'admission que les autres élèves sur Parcoursup.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don