Accueil
Inspiration · RCF Lyon
RCF

Inspiration · RCF Lyon

Emission présentée par Lætitia de Traversay

Des itinéraires humains et spirituels, le samedi à 9h30 (rediffusion le dimanche à 17h30).

Lætitia de Traversay donne la parole aux hommes et aux femmes qui construisent ce monde discrètement et passionnément : spécialistes du couple et de la famille, mouvements et associations animés par des croyants, personnes inspirées et inspirantes.

Partager
S'abonner

Episodes

  • L'équipe des itinéraires ignaciens - © RCF Lyon

    Suivre les itinéraires ignatiens

    3 septembre 2022

    Bienvenue aux Itinéraires Ignatiens, un chemin chrétien de progression spirituelle en région lyonnaise, fondé sur la spiritualité d'Ignace de Loyola !

    12 rencontres, 12 exercices pendant deux ans permettent aux itinérants d'approfondir leur vie spirituelle en la confrontant au réel de leur vie, comme nous l'expliquent des animateurs et des participants. À chaque séance "un exercice spirituel" est proposé à travailler chez soi pour la séance suivante. Au début de la séance chacun fait part aux autres de ce que l’exercice lui a permis de découvrir. L’exercice est un moyen concret de progresser sur un sujet où ma façon de vivre rencontre ma foi.

    La séance se poursuit par un court temps d’enseignement, où un animateur reprend l’essentiel de ce qui a été découvert dans l’exercice par les participants en donnant des points de repères. Elle se termine par l’envoi de l’exercice pour la séance suivante. Deux temps de prière ouvrent et concluent la rencontre. L’échange repose sur l’intérêt porté à l’exercice et sur l’écoute de ce que chacun a vécu, expérimenté et choisi de partager. Ce que je dis, ce que j’écoute des autres au fil des rencontres me permet de m’unifier et de progresser en liberté.

  • RCF

    Que faire de nos peurs, face à l'état du monde ?

    22 juin 2024
    La peur est omniprésente dans notre société : peur face à l'avenir, éco-anxiété, peur de ne pas être à la hauteur, ou même de ne pas réussir à être heureux... C'est la question que noius abordons avec Françoise Keller, coach certifiée en CNV, Communication Non Violente, auteure et conférencière. Elle introduit ce sujet de la façon suivante :
    « En accompagnant des adultes plus jeunes que moi ou en écoutant mes propres enfants, je ne peux pas éluder cette question : que faire de nos peurs face à l’état du monde ?
    Cette thématique m’accompagne depuis plusieurs années : je lis, j’écoute, j’expérimente ce que le processus de Communication Non-Violente permet sur cette question. J’ai fait le choix d’ajouter un chapitre entier sur cette question dans la nouvelle édition de mon ouvrage « Pratiquer la CNV au travail », pour évoquer l’accompagnement des multiples émotions qui qui sont présentes aujourd’hui dans notre société. La peur en fait partie. Ce qui m’a questionné, c’est qu’il y a plusieurs façons d’aborder ce thème. Il me semble que la prière de la sérénité reprise par les Alcooliques Anonymes nous donne déjà une piste :
    « Mon Dieu, donne-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne puis changer, le courage de changer les choses que je peux,
    et la sagesse d’en connaître la différence. »
    Pour moi derrière l’accompagnement de nos peurs il y a ces trois dimensions :
    - Passer de la peur à la sérénité, au lâcher prise sur certaines choses
    - Passer de la peur au courage, à l’action et à l’engagement sur certaines choses
    - Développer la sagesse de connaître la différence.
    C’est ce qu’on va explorer ensemble. »
  • À Lourdes avec Mathias Dantin - © RCF Lyon

    Lourdes 2024 : « C'est un vrai laboratoire d'humanité et de fraternité »

    15 juin 2024

    Du 3 au 8 juin, 2 300 pèlerins se sont rendus à Lourdes cette année, pour le pèlerinage diocésain de Lyon : 800 jeunes de seconde ont accompagné, avec les hospitaliers, les 320 pèlerins malades de Lyon et de Roanne.

    Une expérience humaine et spirituelle marquante qu'ils nous partagent avec enthousiasme.

  • Éric-Emmnuel Schmitt - © RCF Lyon (Grégoire Soual-Dubois)

    Éric-Emmanuel Schmitt : ses sources d'inspiration, sa Traversée des temps

    8 juin 2024

    La relecture de l'histoire de l'humanité est-elle une source d’inspiration pour Éric-Emmanuel Schmitt et pour nous aujourd’hui ? Rencontre avec le célèbre dramaturge, essayiste et cinéaste, traduit en 48 langues et joué dans plus de 50 pays, qui nous partage les coulisses de sa saga littéraire La Traversée des temps. L'écrivain revient sur le pari audacieux de raconter l'Histoire de l'humanité en huit tomes et 5 000 pages : « C'est une idée que j'ai eue à 25 ans et ce projet m’a poursuivi toute ma vie. Je l’ai démarré il y a 4 ans, cela coulait de source ».

    Depuis 2021, l'auteur s'est lancé dans l'ambitieux projet de La Traversée des temps, celui de « faire défiler les siècles, en embrasser les âges, en sentir les bouleversements ». Quatre opus sont déjà parus : Paradis perdu (sur la Préhistoire), La Porte du ciel (sur la civilisation mésopotamienne), Soleil sombre (sur l'Égypte des pharaons) et La Lumière du bonheur qui évoque la Grèce antique. Le fil conducteur est la personne de Noam, le héros qui traverse les époques, comme l’explique le romancier : « C'est l’histoire d’un homme affecté d’immortalité, qui raconte aussi notre histoire ».

    Qu’est-ce que cette relecture du passé nous apprend sur notre époque ? Éric-Emmanuel Schmitt précise : « En regardant les grandes mutations du passé, je trouve notre époque encore plus passionnante. L'Humanité ne progresse qu’à travers des catastrophes, mais elle progresse ».

    Si on lui demande la finalité de cette grande saga à travers les siècles, Éric-Emmanuel Schmitt répond sans hésiter : « J’écris ce grand roman pour que vous vous sentiez proches de vos ancêtres du Néolithique, pour que vous vous sentiez Égyptiens, Juifs, Grecs et Romains. Pour élargir le "nous", élargir le cercle, pour se penser comme une humanité ».

    ALLER PLUS LOIN | Lire notre article « L'humanité me passionne » : Éric-Emmanuel Schmitt, ses sources d’inspiration, sa Traversée des temps sur le site et l'appli RCF

  • Paulin Damiba - © RCF Lyon

    Père Damiba, Burkina Faso et leadership : « Jésus est le leader universel »

    25 mai 2024

    Prêtre étudiant à Lyon, le père Paulin Damiba revient sur son parcours de vie et de foi qui l'a conduit d'un village du diocèse burkinabé de Koupéla (premier diocèse jumelé au diocèse de Lyon) au séminaire, et à une formation de deux ans à Lyon : le prêtre, qui apprend le développement local au CIEDEL et le leadership responsable à l'ESDES, nous partage ses découvertes et son regard sur l'Église en France.

    Au micro d'Inspiration, il a une parole spécifique pour les jeunes : « Cherchez à connaître Jésus Christ ! Mes meilleures joies viennent de l'univers de joie de Jésus. Son message est universel, il est le leader universel. Son message traverse des âges. La jeunesse est le temps de la recherche de sens de la vie. Dans vos tourments, pariez sur Jésus. En lui et avec lui, on franchit au mieux les obstacles inévitables de l'existence ».

    Le père Damiba a créé une association pour venir en aide aux jeunes et aux femmes défavorisées au Burkina Faso. Si vous voulez la soutenir, vous pouvez adresser un mail à l'adresse asso.ADLKN@gmail.com, ou envoyer un courrier à Association ADLKN, 4 rue Hénon, 69004 LYON.

     

  • De gauche à droite : Julie Lambert, Johanna, Julie de Bry d'Arcy, Jessia Ombaka - © RCF Lyon

    Avec Singa, « les talents n'ont pas de frontière »

    18 mai 2024

    L'association Singa accueille et accompagne les migrants pour développer leurs talents et leurs projets, « accélérer l’inclusion et changer les perceptions sur la migration ». On en parle avec des membres de l'association de Lyon : Julie de Bry d’Arcy, animatrice de la communauté des entrepreneurs, Jessia Ombaka, entrepreneuse accompagnée sur son projet “Studio Matondi”, Julie Lambert, coordinatrice des activités socio-culturelles, et Johanna, maker de l’atelier yoga et membre de la communauté.

    Elles nous présentent leurs actions au sein de l'association.

    Julie de Bry d’Arcy précise : « Ce qui me passionne chez SINGA c'est :
    - voir des espaces où tout le monde se retrouve sans condition d’âge, de nationalité, de revenus...
    - faire germer les projets en partant des besoins
    - propager la richesse de la diversité. Chez SINGA il y a cette phrase que je trouve si juste : “les talents ne s’arrêtent pas aux frontières”
    - contribuer à une société plus inclusive en agissant sur la création de liens, l’hébergement, l’accompagnement au projet professionnel par le biais de l’entrepreneuriat
    - changer de regard sur les migrations, ne pas les voir seulement comme un enjeu humanitaire mais comme un enrichissement culturel et mutuel
    »

  • image d'illustration (femme debout dans un paysage blanc) - Averie Woodard via Unsplash

    Et si je débloquais ce qui m'empêche d'être audacieux ?

    27 avril 2024

    L'audace est une disposition qui porte à des actions difficiles, dangereuses, au mépris des obstacles. Et si nous invitions un peu plus l'audace dans nos vies? C'est sur cette question qu'Inès de Muizon et Frédérique Veyron La Croix, conseillères conjugales et familiales au Cabinet Raphaël, se penchent.

    « J’aimerais tellement réaliser mon rêve, ou courir le marathon ! Quand je vois mes amis avancer dans des projets audacieux, cela me fait envie mais je me dis que n’y arriverais jamais. je fais du surplace, n'arrivant pas à dépasser mes peurs”.
    “Quand j'étais enfant j’avais mille envies, où sont- elles passées ? Je sens que je dois changer certaines choses dans ma vie, mais je sens des obstacles intérieurs qui m’en empêchent"
    Ces phrases, nous les avons parfois dites dans un moment de découragement , conscients que nous avons le sentiment de ne pas vivre pleinement la vie qui nous a été donnée . Dans les choses ordinaires comme dans des moments extraordinaires.
    Thomas d'Ansembourg parle de“débloquer nos mécanismes autobloquants”. Nous allons nous inspirer de son expérience. C'était un avocat qui a osé changer de vie. Son job aujourd’hui est d'aider les autres à repérer leurs résistances, leurs blocages, pour plus de vie au quotidien. L’invitation est de penser autrement pour agir différemment
    »

  • Françoise Keller - © RCF Lyon

    Françoise Keller : « Passer du compromis au consentement »

    19 avril 2024

    « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles », disait Oscar Wilde. Nous explorons le thème : « Comment passer du compromis au consentement » avec Françoise Keller, coach certifiée en CNV (Communication Non Violente) et conférencière. Elle introduit le sujet de cette façon :

    « Je suis particulièrement surprise d’entendre régulièrement l’appel au compromis : dans la relation de couple, dans la relation éducative, dans la vie citoyenne et au travail.' La définition du compromis étant : un arrangement dans lequel on se fait des concessions mutuelles.
    Je ne vois pas toujours le coté « mutuel » de ce compromis.
    Ce qui me gêne, c'est l’a-priori (et sans doute l’expérience ), qu’il n’est pas possible d’avoir la vie en abondance, qu’il n’est pas possible d’être pleinement moi, de permettre à l’autre d’être pleinement lui ou elle et que nous coopérions ensemble.

    Nous allons regarder dans cette émission :
    - Comment nous conforter dans la croyance que nous sommes, chacune et chacun, appelés à la Vie en abondance et comment consolider cette façon de voir la vie
    - Comment muscler nos ressources pour mettre davantage de « et » (et pas seulement des "ou" ), pour prendre notre responsabilité, faire des choix dans lesquels nous nous sentons pleinement vivants et expérimenter la richesse du consentement
    . »

  • Emmanuel Gabellieri - © RCF Lyon

    Emmanuel Gabellieri : « Simone Weil, une âme de feu »

    13 avril 2024

    Nous partons à la découverte de la philosophe Simone Weil (1909-1943) avec Emmanuel Gabellieri, auteur de l'ouvrage intitulé : Être et grâce, Simone Weil et le christianisme publié aux éditions du Cerf.

    « Comment Simone Weil est-elle passée du christianisme « moral » d’Alain à une expérience du Christ « de personne à personne » qui l’a conduite à une réflexion religieuse unique au xxe siècle ? Comment s’est-elle heurtée au malheur et à la barbarie, mais aussi a t'elle fait l'expérience de la condition ouvrière ? Comment a-t-elle développé une réflexion sur la « nouvelle naissance » et sur la « beauté du monde », puis une philosophie du dialogue interculturel et interreligieux dont l’actualité est si frappante aujourd’hui ? »

    Emmanuel Gabellieri est agrégé et docteur ès lettres, professeur à la Faculté de philosophie, ancien doyen et vice-recteur de l’Université catholique de Lyon, auteur notamment de Être et Don. Simone Weil et la philosophie (2003).

  • Frédéric Zack - © RCF Lyon

    Frédéric Zack : « Les Maisons d'Alliance, une nouvelle forme de béguinage »

    6 avril 2024

    Frédéric Zack est trésorier de l'association Les Maisons d'Alliance et directeur général de l'entreprise éponyme. Il vient nous présenter une nouvelle forme de béguinage proposée aux séniors qui souhaitent vivre une vie de prière, de fraternité et de service, auprès d'un monastère, d'un sanctuaire ou d'une paroisse.

    « Nous recevons des demandes de personnes souhaitant vivre un vrai projet de vie pour leurs vieux jours : rester aux commandes de leur vie, conserver leur liberté, leur indépendance, rester chez eux aussi longtemps que possible, ne pas rester seul, isolé, vivre dans un cadre agréable... D’un autre côté, certains bâtiments du Patrimoine français (Maisons de Maîtres, sites classés, parties de monastères…) sont inoccupés, et menacent ruine à long terme si l’on ne leur trouve pas une destination vivante.
    C’est dans ce contexte qu’est née l’idée d’intégrer une Maison d’Alliance au sein de ces bâtiments : une petite fraternité de laïcs, sous la forme d’un béguinage, en recherche d’une vie de qualité, de dignité, vivant dans un esprit d’entraide et d’amitié, motivés pour donner un coup de main à l’entretien du lieu »

  • image d'illustration (mère avec sa fille) - Xavier Mouton Photographie via Unsplash

    Parentalité : éducation reçue, reproduite ou réinventée ?

    30 mars 2024

    Avec Frédérique Veyron la Croix et Inès Saint Georges, conseillères conjugales et familiales au Cabinet Raphaël, nous nous penchons sur le sujet de l'éducation reçue ou transmise. Voici comment elles introduisent le sujet :

    « Notre famille d’origine est le système le plus important qui nous a construit. Nous sommes ainsi le jouet de mécanismes plus ou moins inconscients de « notre ADN familial ».
    Dans toute famille, celle d’où je viens, et celle que j’ai construite,  il y a des répétitions, des secrets, des non-dits, des deuils plus ou moins résolus, des grandes joies, des souvenirs fondateurs, des grandes peines, des blessures etc... Nous sommes donc façonnés par notre histoire familiale. Lorsque nous devenons parents, nous découvrons notre capacité éducative en même temps que l’enfant grandit. On a toujours la capacité de modifier des choses en cours de route, rien n’est figé.
    Plus nous prenons conscience de cette histoire, plus nous la digérons et faisons le tri, plus nous grandissons en liberté et en responsabilité, et plus nous aidons nos enfants à devenir libres.
    L'objectif de cette émission est de faire réfléchir sur les zones de lumière et les zones d’ombre de l'éducation que nous avons reçue, afin de développer notre regard d’adulte et d’accéder à plus de liberté intérieure.
    »

  • Marie-Christine de Jouffrey - © RCF Lyon

    Marie-Christine de Jouffrey : « Construire un couple durable, c'est possible »

    23 mars 2024

    S'aimer dans la durée, cela s'apprend. Pour pouvoir s'engager en conscience dans le mariage, ou bien vivre en couple, il est souhaitable d'avoir une bonne connaissance de soi, de l'autre, et des différentes étapes de la vie de couple.

    Marie-Christine de Jouffrey est Maître-praticien en PNL, thérapeute de couple IMAGO certifiée depuis plusieurs années. Elle nous rappelle les étapes de la vie du couple et la façon de construire un dialogue en profondeur pour que l'amour se déploie au lieu de s'étioler.

    « L'approche relationnelle IMAGO peut vous accompagner sur ce chemin et vous y préparez. Elle permet d'appréhender les difficultés éventuelles auxquelles le couple devra faire face avec le temps et explique comment les surmonter dans un esprit de croissance mutuelle »

  • Aurélie du Besset - © RCF Lyon

    Aurélie du Besset : « La mort fait partie de la vie »

    16 mars 2024

    L'association du Domaine de l'Aube, fondée en avril 2020 par Aurélie du Besset, infirmière titulaire d'un DU en soins palliatifs, rassemble des bénévoles et des professionnels pour ouvrir une maison de soins palliatifs en 2026 près de Roanne. Aurélie est une jeune mère de famille. Elle explique pourquoi elle a choisit de soutenir ce projet : « pour répondre à l’urgence d’ouvrir de nouveaux lits de soins palliatifs sur le territoire. Aujourd'hui, en France, 70 % des patients ne peuvent bénéficier d'un accueil en unité spécialisée par manque de lits ».

    Elle ajoute : « La mort reste un tabou dans nos pays occidentaux. Nous avons à cœur d'aborder ce sujet et de donner les moyens à notre société de mieux accompagner cette étape naturelle de la vie. Chaque patient en soins palliatifs a le droit de pouvoir bénéficier d’un accompagnement adapté à ses besoins en étant entouré de ses proches, dans un lieu calme et apaisant ».

  • image d'illustration (couple) - Carly Rae Hobbins via Unsplash

    Le couple et la belle famille : toute une aventure !

    9 mars 2024

    Et si on parlait des relations du couple avec la belle famille ? C'est ce que nous proposent Inès de Muizon et Inès Saint Georges, conseillères conjugales et familiales au Cabinet Raphaël.

    « Ce sujet se trouve parmi les motifs de discorde les plus récurrents dans une relation de couple. Alors, la belle famille, cadeau empoisonné ou richesse à partager ? Quelle place lui donner ? Ce qui est sûr, c’est que l’on choisit son conjoint mais pas sa belle famille.

    Ce sujet revient souvent, notamment au début de la vie à deux, où chacun doit s’adapter à l’autre avec ses différences. C’est vrai que le jour où l’on démarre la vie de couple, chacun va apprendre à se détacher de sa propre famille pour fonder une nouvelle famille.

    Cela demande plus ou moins de temps, et génère des incompréhensions et des souffrances de part et d’autre et souvent des conflits.
    Il est important pour chacun de quitter, à la fois sa famille d’origine et d’intégrer et d'adopter une nouvelle famille, celle de son conjoint, avec des personnes que l’on n’a pas choisies.
    C’est un exercice d’équilibriste qui demande à la fois de se détacher progressivement de sa famille d’origine et de s’adapter à celle de son conjoint. Cela demande de la souplesse.

    L’enjeu, c’est de construire à deux sa propre identité de couple en prenant le meilleur de ce que chacun a reçu.
    Voici des pistes pour avancer sur ce sujet crucial pour la vie du couple
    ».

  • Bernarda Salaün - © RCF Lyon

    Bernarda Salaün : « L'imprévu de Dieu nous attend »

    2 mars 2024

    Bernarda Salaün est d'origine polonaise. Petite, elle rêvait de venir en France et de parler français. Le rêve est devenu réalité quand on lui a proposé de venir à Lyon s'occuper d'une jeune fille handicapée. Elle retrace le parcours humain et spirituel qui l'a conduite à être une écoutante et une accompagnante, en particuliers de prisonniers hospitalisés ou de personnes cherchant à renforcer l'estime d'elles-mêmes avec son cabinet d'accompagnement psycho-spirituel ReSpir. Un cheminement qui l'a amenée à dire en se retournant sur sa vie : « L'imprévu de Dieu nous attend », à chaque tournant de nos existences.

  • image d'illustration (montre au poignet) - Concha Rodrigo via Unsplash

    Gérer ou habiter son temps ?

    24 février 2024

    « Nous disons que nous n’avons pas le temps et pourtant nous passons combien d’heures par jour à lire des informations sur nos écrans qui ne nous nourrissent pas ? », c'est ainsi que Françoise Keller introduit le sujet "gérer ou habiter son temps".

    Conférencière et auteure, coach certifiée en CNV (Communication Non Violente), Françoise Keller nous donne des jalons pour penser notre rapport au temps :

    "On croit qu’il faut mieux gérer notre temps, comme si en le gérant mieux on en aurait davantage…
    En réalité le temps n’est pas dans notre pouvoir d’influence. J’aime beaucoup cette citation "Ne dites pas que vous n'avez pas le temps. Vous avez exactement le même nombre d'heures par jour qu'ont eu Pasteur, Michel-Ange, Léonard de Vinci ou Albert Einstein. (H. Jackson Brown) »
    En réalité, notre relation au temps c’est notre relation à nous-même, à notre vie."

    Allons-nous nous donner le temps de vivre ce qui compte vraiment pour nous ?

  • Mary Viénot - © RCF Lyon

    Mary Viénot : « Le clown me fait naviguer entre ciel et terre »

    3 février 2024

    « Être clown, c’est ma nature » : nous partons à la rencontre de Mary Viénot, comédienne anglo-irlandaise, mère de 5 enfants et grand-mère. Le goût du théâtre est fortement enraciné dans sa famille : avec son mari Michel, ils ont créé la compagnie Le Puits, un théâtre itinérant qui joue aussi bien dans les écoles, les hôpitaux que dans les prisons, les Ehpad ou les banlieues. Mary évoque sa dernière pièce intitulée Maintenant que j’ai l’âge de ma grand-mère, dans laquelle elle met en scène son personnage de clown, Plouk. Ou encore son spectacle Le pays d'Igor sur son fils atteint d'autisme, ou Le souffle d'Etty qui fait entendre la voix de cette jeune femme juive qui partage son chemin spirituel au cœur de l'enfer nazi.

    Mary précise : « Mon personnage de clown me permet de vivre toute la gamme des émotions, et je permet aussi au spectateur de rejoindre les siennes ».

  • Samuel Amedro (à gauche), Mgr Jean-Paul Vesco - © RCF Lyon

    Dialogue pour faire tomber les murs

    27 janvier 2024

    À l'occasion de la Semaine de prière pour l'Unité des chrétiens, nous vous proposons un dialogue œcuménique entre Mgr Jean-Paul Vesco, dominicain et évêque d'Alger, et le pasteur Samuel Amedro, président du Conseil régional de la région parisienne pour l'Église protestante Unie de France.

    Dans l'ouvrage Le pasteur et l'évêque : lettres pour faire tomber les murs publié chez Labor et Fides, ces deux hommes de foi montrent qu'ils partagent un souci commun : que l’Évangile ne soit pas retenu prisonnier des institutions qui le portent.

    « Sans se complaire dans l’inquiétude et dans la plainte, l’évêque et le pasteur esquissent une véritable communion qui les porte à une parole concrète, à la fois critique et constructive pour une Église au service du monde, une Église ancrée qui se laisse dérouter par les rencontres et l’actualité.
    Jean-Paul Vesco précise avec humour: "Nous sommes des responsables d’Église qui ne pensons qu’à leur Église en rêvant qu’elle se mette enfin à penser à autre chose qu’à elle-même !"
    »

  • image d'illustration (personne exultant) - Clay Banks via Unsplash

    Trouver ou retrouver son élan vital

    20 janvier 2024

    « Cette fille est solaire. Elle a une pêche! Et ce garçon, rien ne semble être un problème pour lui ! Mais comment fait t- il ? »

    Nous connaissons tous des personnes qui semblent capables de vivre pleinement ou capables aussi de se relever de tout, alors qu'elles n'ont pas été épargnées par les épreuves . Ont-elles un secret ? Est-ce que cela s'acquiert?
    C'est la question que nous approfondissons avec Inès de Muizon et Frédérique Veyron La Croix, conseillères conjugales et familiales au Cabinet Raphaël.
    Ces personnes possèdent certainement quelque chose que nous avons tous en nous, l'élan vital, cette force qui nous pousse à aller de l’avant, à nous réaliser et qui nous met en mouvement.

    Nous allons découvrir un peu mieux cette poussée du désir de vie qui nous permet de dire : « j'ai le droit de vivre et j’ai le droit de vivre heureux ».

  • Aude Corvaisier-Riche (à gauche), Karine Rouvière - © RCF Lyon

    Aumônier d'hôpital : un chemin d'espérance avec les malades

    13 janvier 2024

    Quel est le rôle d'un aumônier d'hôpital ? C'est la question que nous posons à deux femmes aumôniers d'hôpitaux : Aude Corvaisier-Riche et Karine Rouvière.

    Aude est responsable de la pastorale de la santé du diocèse de Lyon et membre de l'aumônerie du Centre Léon Bérard.
    Karine est aumônier protestant des Hospices Civils de Lyon sur une dizaine d'établissements et membre de la commission d'éthique de la Fédération Protestante de France.

    Aude décrit ainsi sa mission : « Aucune visite ne ressemble à une autre. Quand je rentre dans une chambre, je ne peux jamais savoir à quoi m'attendre. Souvent quand je m'arrête, j'écoute, je peux entendre la vie jaillir de la vie des personnes : et cela peut prendre des formes tellement différentes ». Et Karine ajoute : « Je reçois la confiance que me font les malades comme un cadeau. On est extrêmement vulnérable lorsqu’on est à l’hôpital, et ce n’est pas rien d’accueillir à notre chevet une personne qui nous est inconnue. Cette confiance qui m’est accordée m’oblige à faire preuve de beaucoup d’humilité ».

  • Françoise Keller - © RCF Lyon

    Le cadeau de dire ou de recevoir un non

    6 janvier 2024

    Nous explorons ce sujet étonnant, le cadeau de dire ou de recevoir un non, avec Françoise Keller, coach certifiée en Communication Non Violente, conférencière et auteure.

    « Dire non est un sujet problématique pour beaucoup de personnes. En effet, il n’est pas si facile de dire « non » d’une façon qui prenne soin de soi ET de l’autre, des autres. Comment puis-je être une « bonne personne », appartenir à un collectif qui me tient à cœur – famille, communauté, projet – et avoir la liberté de dire « non »? Pourtant, si je veux être une personne libre, c’est important que j’aie la liberté de dire « oui » et de dire « non ». Et ce n’est pas si simple.
    Il n’est pas non plus facile de recevoir le « non » d’autrui. Nous
    confondons souvent « être entendu » et « être approuvé ».
    Si nous voulons développer une culture qui prévient les abus de toutes sortes, qui respecte et prend soin de la vie des humains et des autres formes de vie, qui favorise la coopération, nous avons besoin de développer une culture où le « non » a la même valeur que le « oui ». Je crois même que c’est une question d’écologie intégrale. Si je ne sais pas dire « non », si je ne sais pas accueillir un « non » alors je m’épuise, j’épuise les autres et j’épuise la planète.
    La Communication NonViolente apporte un éclairage intéressant sur cette question.
    »

Vous avez parcouru 20 épisodes sur 185

Afficher plus

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don