Accueil
Carte blanche d'Eric Picard
© RCF

Carte blanche d'Eric Picard

Eric Picard est Agrégé d'histoire, Auditeur Institut des Hautes Études de Défense Nationale, professeur indépendant, conférencier à Nantes.

Partager
S'abonner

Episodes

  • © RCF

    Regardons un peu ailleurs

    18 juin 2024
  • © RCF

    Dieu aime le sport, mais le sport aime-t-il Dieu ?

    11 juin 2024
  • © RCF

    En marche, vers l'essentiel !

    4 juin 2024
  • © RCF

    Poésie des listes … des 37 listes aux élections européennes

    28 mai 2024
  • © RCF

    Taylor Swift et la flamme olympique

    21 mai 2024
  • © RCF

    Pour un dollar, joie et bonheur, pour un euro, tristesse et malheur

    14 mai 2024
  • © RCF

    Un salaire décent

    7 mai 2024
  • © RCF

    La fraternité, c'est la mort

    30 avril 2024
  • © RCF

    Vive l’enseignement catholique, gratuit, socialement mixte et

    23 avril 2024
  • © RCF

    Vive l’infinie dignité de la personne humaine

    16 avril 2024
  • © RCF

    Salaires olympiques ou salaires olympiens ?

    9 avril 2024
  • © RCF

    Chronique de la folie ordinaire : vive la libération de l'homme !

    2 avril 2024
  • © RCF

    Hommage à des femmes d'honneur

    19 mars 2024
  • © RCF

    Faut-il l'armée au pouvoir ?

    12 mars 2024
  • © RCF

    Des enfants en trop ?

    5 mars 2024
  • © RCF

    Le réarmement démographique : aux armes citoyens

    20 février 2024
  • © RCF

    Un salaire juste, un juste salaire

    13 février 2024
  • © RCF

    Questions de bon sens paysan

    6 février 2024
  • ©RCF Anjou - Eric Picard

    L'uniforme à l'école, un cache misère

    30 janvier 2024

    Alors que Gabriel Attal vient de prononcer son discours de politique général, notre chroniqueur Eric Picard revient sur une de ses précédentes annonces : le retour de l'uniforme à l'école ou plutôt de « la tenue unique ». « Je ne vois pas en quoi l'uniforme va aider les élèves à mieux apprendre à lire, à écrire et à compter, en quoi il va aider l'ascenseur social et républicain à mieux fonctionner et à éviter le séparatisme islamiste » déclare ce professeur d'histoire-géographie pour conclure « l'habit ne fait pas le moine et il y a tant d'autres signes douloureux des différences sociales qu'un uniforme ne saurait dissimuler ». 

  • Image tirée du film Les Valseuses

    Peut-on déboulonner Depardieu sans questionner l'esprit de Mai 68 ?

    22 janvier 2024

    Notre chroniqueur Eric Picard revient sur la polémique Depardieu, au-delà des pétitions et contre-pétitions, paroles présidentielles et protestations, procès médiatiques en attente de véritable procès. Tout simplement en prenant un peu de hauteur historique.

     

    Depardieu avait tout pour lui grâce à son immense talent d’acteur, reconnu internationalement. Il atteignait même à un véritable statut de sage spirituel, lui le lecteur public de saint Augustin, en se faisant baptiser le 4 septembre 2020 à la cathédrale orthodoxe de Paris. En décembre de la même année, il est mis en examen pour viol et agressions sexuelles.
    Doit-on rappeler que Depardieu avait 20 ans en 1968, avec ses slogans célèbres : il est interdit d’interdire, jouissez sans entrave et ses refus de la morale, des limites, de la retenue, avec au contraire l’appel à la libération de toutes les pulsions même pédophiles, l’expérimentation de tout et n’importe quoi, à condition que cela procure du plaisir individuel, de la jouissance, y compris celle de l’esprit grâce à la transgression provocatrice de tous les tabous qui fondaient notre civilisation ? Faut-il rappeler que le film qui lance Depardieu en 1974, c’est les Valseuses, film tout public, dont la trame est la satisfaction, y compris violente, des désirs sexuels de deux jeunes hommes, qui recourent s’il le faut aux viols : 5,7 millions d’entrées ? La même année toujours en France, Emmanuelle, film érotico-porno chic, c’est 8,9 millions de spectateurs.
    Il faut donc interroger l’univers du cinéma car le cinéma montre des corps en mouvement, des corps désirables et incite à la consommation sexuelle, en valorisant les appétits libidineux, notamment des mâles, en réalisant sur l’écran toutes sortes de fantasmes. Ce cinéma qui se prétend au service du progrès nécessaire de la révolution sexuelle, contre la société traditionnelle à détruire. Et le sexe est un des éléments essentiels, parfois unique, du cinéma depuis un demi-siècle. Peut-on imaginer un film sans corps nu, sans scène de sexe ? Bien des actrices témoignent aujourd’hui de leur malaise lors du tournage de ces scènes. Car les temps semblent avoir changé : on écoute désormais, et à juste titre, les souffrances des femmes et des enfants victimes de violences sexuelles. Mais peut-on déboulonner Depardieu, sans mettre en question l’esprit de mai 68 ?

Vous avez parcouru 20 épisodes sur 36

Afficher plus

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don