Accueil
Questions Justice
© rcf

Questions Justice

Emission présentée par Marie-Françoise Rigaux, Benoît Dejemeppe

Questions Justice propose de discuter une fois par mois de problèmes juridiques, en particulier sous l’angle éthique. Le tout à l’aide de nombreux exemples tirés de la jurisprudence.

Partager
S'abonner

Episodes

  • © rcf

    un Code pénal moderne et répondant aux défis du futur.

    20 mai 2024
  • © rcf

    L'importance du droit de vote

    15 avril 2024
    A six semaines d’un rendez-vous "citoyen" essentiel, les élections, auxquelles nous serons conviés le dimanche 9 juin prochain, l'émission tente de tracer avec vous quelques chemins pour s’y retrouver.

    Après avoir rappelé en quoi et à quelles conditions une élection relève du fonctionnement démocratique d'un État (suffrage universel, conditions, vote électronique ou papier,...) , on expliquera les particularités et les enjeux de chacun des scrutins (élection européenne, élection fédérale de la Chambre des députés, élection du Parlement de la communauté et élection du Parlement de la région

    Si l’on admet que dans nos États, élire, c’est la faculté de choisir, de manière libre, régulière, périodique et dans le respect du principe d’égalité, une ou plusieurs personnes à charge pour l’élu de représenter les citoyens dans le processus de décision politique, on peut considérer qu’exercer son droit de vote participe à l'édification et au maintien de la démocratie.

    Ainsi, en un sens, exercer le droit de vote et accepter, le cas échéant, d'être appelé à participer à l'organisation concrète des élections (président de bureau de vote, assesseur...) est un devoir citoyen qui dépasse l'obligation juridique à laquelle le citoyen électeur est tenu en Belgique , qui relève autant d' une obligation éthique et d'une responsabilité collective.
  • © rcf

    L'architecture des palais de justice

    19 février 2024
    Le seizième numéro de l'émission Questions Justice propose une visite un peu particulière de deux palais de justice: celui de Bruxelles et celui d'Anvers.
    On y montre comment il existe entre l'architecture et l'exercice de la justice des liens de parenté.
    Le doit comme l'architecture participent d'un même principe et poursuivent une même finalité: organiser la cité, ce qui passe par un jeu de différences et de distances.
    Si le droit consacre l'évolution des mœurs, des usages, des techniques ou encore des connaissances, il doit aussi fournir un cadre pour les évolutions futures et les orienter.
    A cet égard, l'architecture lui vient en aide quand il s'agit de bâtir un lieu où l'on mettra fin aux conflits qui opposent entre eux ou avec la société les membres d 'une communauté humaine.
    L'espace judiciaire, en effet, est d'autant plus important que le procès a pour vocation de réparer le lien social.
    Et cela implique d'organiser un rituel et une forme de sacralité dont, à la mitant du 19ème siècle, le palais de justice édifié place Poelaert à Bruxelles et à l'aube du 21ème siècle celui d'Anvers témoignent, chacun des deux ayant traduit une conception de l'exercice du pouvoir judiciaire en symbiose avec l'époque de sa construction.
  • © rcf

    Les certificats médicaux: la santé et le droit en question.

    15 janvier 2024
    Chaque jour, les médecins (généralistes le plus souvent) sont sollicités pour rédiger un certificat médical: pour l'école ou l'université, pour le travail, avant d'introduire une plainte au tribunal, pour obtenir un remboursement d'une assurance, pour s'inscrire ou se désinscrire d'un club de sport ou d'une salle de fitness...Les situations ne manquent pas..et hélas aussi les certificats de complaisance qui semblent se multiplier.
  • © rcf

    Laïcité et neutralité: le point en droit belge

    20 novembre 2023
  • © rcf

    La Cour d'assises. Réflexions en marge du procès des attentats de Bruxelles

    16 octobre 2023
    Le 15 septembre 2023, la cour d'assises a condamné huit accusés liés aux attentats de Bruxelles et de Zaventem. Six d'entre eux ont été reconnus coupables des attentats et de participation à un groupe terroriste, tandis que les deux autres ont été condamnés uniquement pour leur participation au groupe. Deux accusés avaient été acquittés en juillet précédent, et ces verdicts ont été bien reçus par toutes les parties.

    La cour a dû résoudre des problèmes juridiques complexes, notamment la détermination des peines pour de nombreuses infractions, en particulier pour six accusés déjà condamnés à Paris pour les attentats de novembre 2015. L'émission aborde ces défis et examine également un arrêt de la cour d'appel de Bruxelles concernant Salah Abdeslam, qui a remis en question sa peine incompressible en France en invoquant la violation de la Convention européenne des droits de l'homme.

    Enfin, l'émission réfléchit à l'avenir de la cour d'assises en Belgique.
  • © rcf

    Le droit fiscal

    18 septembre 2023
  • © rcf

    Les Pauvres

    19 juin 2023
  • © rcf

    L'euthanasie 9ème

    15 mai 2023
  • © rcf

    la justice et la vérité

    17 avril 2023
    L'émission aborde un thème qui est au cœur de l'activité même des organes chargés de "rendre la justice" (les cours et les tribunaux), celle du rapport de cette activité avec la vérité.
    On rappelle d'abord que le terme de "vérité" est polysémique et qu'il revêt donc des significations spécifiques en philosophie, dans les sciences, en morale, dans les religions, l'économie, l'art,... même si ce qui les rassemble c'est que la vérité a un rapport à l'être, à ce qui est, à ce qu'on pourrait un peu rapidement appeler le réel.

    On en vient alors à la vérité judiciaire. Quand on "réclame" que justice soit faite, on attend qu'un tiers, le juge, mette un terme à un conflit qui nous oppose à une autre personne.
    Mais le juge ne suivra peut-être pas notre demande et c'est notre "adversaire" qui gagnera.
    Et pourtant le jugement rendu sera tenu pour exprimer une vérité, la vérité "judiciaire", laquelle, si elle ne satisfait pas tous les protagonistes, aura néanmoins l'autorité de chose jugée et devra donc être respectée par tous ces protagonistes.
    On explique dans l'émission quelles sont les conditions qui permettent qu'un jugement soit revêtu d'une telle force (ce sont les règles de procédure) mais aussi pourquoi c'est nécessaire.
    On explique aussi pourquoi les valeurs qui sont propres au droit font aussi que la vérité légale ne correspond pas nécessairement à la vérité biologique ou à la vérité mathématique ou à la vérité religieuse ou morale. Le droit fixe en effet ses propres frontières par rapport à ces valeurs et à celles qui lui sont propres.
  • © rcf

    Le droit à la santé

    20 mars 2023
  • © rcf

    La cour constitutionnelle

    20 février 2023
  • © rcf

    La cour d'assises

    16 janvier 2023
  • © rcf

    Le droit en temps de guerre

    19 décembre 2022
    Aujourd’hui, l’Europe est en deuil. Le continent européen n’avait plus connu de telles violences meurtrières entre des Etats depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. C’est avec consternation que nous avons appris, le matin du 24 février, que la Russie avait lancé une offensive de grande envergure contre l’Ukraine. La guerre dure depuis neuf mois et les victimes civiles, qui se comptent par dizaines de milliers, ainsi que les dégâts matériels, colossaux, ne cessent d’augmenter, sans qu’aucune perspective réelle de cessation des hostilités ne se dessine.
    Cette guerre et les réactions inédites qu’elle a engendrées, qu’il s’agisse des mesures prises par l’Union européenne ou les Etats-Unis et les organisations internationales ou de la mobilisation des juridictions internationales et nationales, soulèvent de nombreuses questions en droit international.
    On pense en général que, quand la guerre éclate, le droit disparaît, mais cela n’est pas vrai. La justice peut un jour intervenir, comme on l’a vu après 1945 avec le procès de Nuremberg ou les poursuites au Tribunal pénal international et devant les juridictions nationales après le génocide au Rwanda.
    Cette émission tente de décrypter quelques aspects du droit international de la guerre, applicable aux conflits armés.
    Et notamment :
    La Russie soutient qu’elle mène une guerre juste parce qu’elle relève de la légitime défense: est-ce crédible ?
    Pendant la guerre, les belligérants doivent respecter ce qu’on appelle le « droit international humanitaire ». Qu’entend-on par cela ?
    Dans un conflit armé, on ne peut pas attaquer « n'importe qui, n'importe quoi, n'importe comment » ? Le droit international humanitaire fait une distinction entre combattants (qu’on peut tuer) et non-combattants. Boutcha est-elle donc une illustration de ce que la Russie ne pouvait pas faire ?
    L’action de soutien à l’Ukraine : qu'entend-on par "États co-belligérants"?
    Et les tortures et les traitements inhumains et dégradants des prisonniers ?
    Quid des coupures d’électricité, des bombardements de centrales électriques par la Russie ?
    L’un des développements le plus médiatisés à cet égard est sans doute la mobilisation de la communauté internationale, principalement à travers l’action de la Cour pénale internationale, pour poursuivre les auteurs de crimes internationaux en Ukraine. Quelles sont les difficultés et les limites des actions menées par les tribunaux ?
    Éthique et droit humanitaire: obéissance à un ordre illégal ? Pratique de la torture ? Usage des drones ?
  • © rcf

    Les communs

    21 novembre 2022

    Depuis quelque temps, on observe des appels à la reconnaissance de « communs », des biens communs ainsi qu’à leur intégration dans de nouvelles argumentations juridiques. Comment ouvrir ou garantir l’usage d’une chose à l’ensemble des membres d’une communauté ou assurer, à leur bénéfice, la préservation de ce bien, tels l’environnement, l’eau ou encore les logiciels, affecté à un intérêt commun socialement défini, pour les générations actuelles mais aussi futures, telles sont quelques questions Benoît Dejemeppe et Marie-Françoise Rigaux explorent.

  • © rcf

    Les communs

    21 novembre 2022
    Depuis quelque temps, on observe des appels à la reconnaissance de « communs », des biens communs ainsi qu’à leur intégration dans de nouvelles argumentations juridiques. Comment ouvrir ou garantir l’usage d’une chose à l’ensemble des membres d’une communauté ou assurer, à leur bénéfice, la préservation de ce bien, tels l’environnement, l’eau ou encore les logiciels, affecté à un intérêt commun socialement défini, pour les générations actuelles mais aussi futures, telles sont quelques questions Benoît Dejemeppe et Marie-Françoise Rigaux explorent.
  • © rcf

    Droit pénal et prisons

    17 octobre 2022
    Pour ce deuxième épisode autour de la justice, les thèmes abordés par Benoît Dejemeppe sont le droit pénal et les prisons. L'invitée du jour, la criminologue Sonja Snacken, nous explique comment s'applique la justice pénale en général et décrit les nombreux problèmes des prisons en Belgique, en insistant particulièrement sur la réintégration des anciens détenus en société.
  • © rcf

    Questions Justices

    19 septembre 2022
    Questions Justice est une émission présentée par Marie-Françoise Rigaux et Benoît Dejemeppe. Dans ce premier épisode, ils expliquent l'origine du mot « éthique » et le lien avec le droit à l'aide de plusieurs exemples.

Vous avez parcouru 18 épisodes sur 18

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don