Accueil
Les Histoires du Dauphiné
RCF

Les Histoires du Dauphiné - page 2

Emission présentée par Claude Muller, Annie Francou

Afin de mieux connaître le patrimoine, un historien nous invite à découvrir l’ histoire des lieux de notre quotidien en Isère. Depuis les rues de Grenoble, de places en places, de villages en villages. En racontant aussi la vie de personnages exceptionnels qui ont marqué l’histoire de ce département.

Partager
S'abonner

Episodes

  • RCF

    Une seringue contre les incendies

    7 novembre 2023
    Comme partout dans le monde, on utilisait autrefois des seaux d’eau pour éteindre les feux. Et Grenoble trouva enfin une idée originale dans la 2e moitié du 16e siècle en mettant au point une seringue géante pompant l’eau à une fontaine. Une invention adoptée un peu partout et utilisée pendant deux siècles.
  • RCF

    Se tourner vers l’avenir avec Georges Vivier

    17 octobre 2023
    Georges VIVIER, de Jarrie, avait énormément souffert dans l’horrible camp de concentration de Dora. 50 ans après, il eut l’occasion de se rendre à nouveau dans ce camp et a constaté que les allemands ne l’ont pas détruit. Au contraire ils ont voulu le conserver pour garder la mémoire de ce que des hommes sont capables de faire et qu’une telle horreur ne se reproduise plus.
  • RCF

    Simone Lagrange et les horreurs des camps…

    10 octobre 2023
    La grenobloise Simone LAGRANGE fut déportée à l’âge de 13 ans et, toute jeune, elle a connu l’horreur des camps nazis. A son retour, elle a raconté partout ce qui se passait, a fait des conférences et écrit un livre. Elle témoigna partout, pendant toute sa vie, laissant un témoignage bouleversant.
  • RCF

    Lucette Blanc-Fatin à Ravensbrück

    3 octobre 2023
    Beaucoup de femmes aussi ont été envoyées dans les affreux camps de concentration en Allemagne pendant la guerre. Une Grenobloise, Lucette Blanc-Fatin, a raconté à Claude Muller toutes les horreurs de ces camps, notamment celui de Ravensbrück. Elle eut la chance, elle, de pouvoir revenir en France. Mais d'innombrables françaises ont péri dans ces camps de la mort...
  • RCF

    Noël Cohard : L'horreur des camps

    26 septembre 2023
    Si Noël Cohard, de Gières, peut revenir des camps de concentration c'est parce qu'il était doté d'une solide constitution. Il a dépeint les horreurs inimagineables de ses camps, la vie de souffrance des prisonniers, les tortures épouvantables. Et il a raconté à Claude Muller que sur 750 détenus arrivés ensemble à Bucchenwald, une trentaine seulement a survécu. Même pas un sur vingt...
  • RCF

    Michel Estève

    19 septembre 2023
    Un footballeur grenoblois professionnel, Michel Estève, a fait partie le 11 novembre 1943 des 398 grenoblois expédiés dans les camps de concentration. Et il a raconté plus tard en détail toutes les horreurs commises dans le camp de Buchenwald, qui a reçu de 1940 à 1945 près de 100 000 déportés parmi lesquels 11 000 français, dont quelques centaines seulement survécurent. Un témoignage bouleversant.
  • RCF

    Raymond Gonzalez

    12 septembre 2023
    L'héroique population dauphinoise n'a pas été épargnée par la déportation en Allemagne pendant la guerre. En une fois, le 11 novembre 1943, 398 grenoblois ont été expédiés dans les sinistres camps. Parmi eux se trouvait le jeune Raymond Gonzalez, qui réalisa l'exploit d'écrire dans le camp de Bucherwald un véritable journal, écrit sur tout ce qu'il trouvait sous la main : vieux papiers ou cartons, petits carnets. Un témoignage unique que l'on trouva après sa mort, survenue quinze jours après son retour à Grenoble...
  • RCF

    Le temps du COSOR

    4 juillet 2023
    Un ancien déporté dans les camps de concentration allemands pendant la guerre de 1939-1945 a déclaré : "Des camps de travail ? Oh, non ! Des camps de souffrance ! Des camps de torture ! Des camps de la mort ! Des dizaines de millers de français ne sont jamais revenus. Des centaines devrais-je dire." Et beaucoup de ceux qui sont revenus étaient dans un tel état qu'ils ne pouvaient plus se déplacer tout seul. Un organisme, le COSOR (Comité des Oeuvres Sociales des Organisations de la Résistance) les accueillait, les dirigeait vers des centres de santé.
  • De Gaulle décore Grenoble le 5 novembre 1944

    De Gaulle décore Grenoble

    27 juin 2023
    Le dimanche 5 novembre 1944, le général De Gaulle venait à Grenoble pour remettre la très rare Croix de la Libération (elle ne fût décernée que cinq fois). C'est dans une ville noire de monde que le chef de la France libre arrive. Il allait prononcer, après avoir fait l'éloge de Grenoble : "c'est dès la fin de l'année 1943 que nous avons décidé de décerner à la ville de Grenoble le titre de championne de la Libération."
  • RCF

    L'école des cadres de F.F.I.

    20 juin 2023
    Le château d'Uriage avait accueilli avant la guerre et jusqu'au mois de décembre 1942 l'Ecole des Cadres de la Jeunesse Française. Cette belle institution fut hélas remplacée par la sinistre école de la milice. Et c'est encore une Ecole des Cadres qui allait rouvrir ses portes au château d'Uriage le 25 septembre 1944 : l'Ecole des Cadres des F.F.I., qui allait fournir des aides précieuses à de nombreuses entreprises, à l'Etat et à l'armée.
  • RCF

    Executions publiques de miliciens

    13 juin 2023
    Le jour même de la Libération de Grenoble, les résistants qui prenaient les rènes du pouvoir dans la ville avaient été très clairs : aucune pitié ne serait accordée aux traitres à la patrie qui avaient joué le jeu de l'occupant et l'avaient odieusement servi. Dès le 2 septembre 1944, la population grenobloise pouvait constater que cette résolution n'était pas des paroles vaines.
  • RCF

    Les martyrs du polygone

    6 juin 2023
    Samedi 26 août 1944. Après tant d'heures de liesse populaire indescriptibles qui ont suivi La Libération, une nouvelle terrible s'abattit brusquement sur les grenoblois : on venait de découvrir dans un vaste entonnoir qui avait été creusé par une bombre les restes affreusement mutilés de 23 patriotes abattus par les Allemands. Et, le 28 août, on découvrait un peu plus loin, les restes mutilés eux aussi de 25 autres patriotes, à côté du chemin des Buttes qui s'appelle aujourd'hui avenue des Martyrs.
  • RCF

    Lendemains de libération

    30 mai 2023
    Dès le lendemain de la Libération, le Journal le Petit Dauphinois qui avait été créé au XIX ème siècle disparut car, pendant la guerre, il avait publié sous la menace des informations favorables au gouvernement de Vichy. Il fut remplacé par Les Allobroges, organe de presse de la Réistance, qui deviendra plus tard l'organe du Parti Communiste. Et le lendemain même de la libération, Grenoble se dota d'un nouveau maire, Frédéric LAFLEUR.
  • RCF

    Le jour J

    23 mai 2023
    Quand le 22 août 1944 l'armée de Libération arriva à Grenoble, la ville était déjà libre. L'ennemi avait fui. La Résistance avait apporté aux Américains les clés de Grenoble sur un coussinet et c'est finalement une ville délivrée de l'oppresseur qui accueillit les libérateurs de la France. Et cela, grâce à l'action de la résistance, qui avait pu affronter héroiquement et sans cesse le terrible ennemi. Les grenoblois fêtèrent cette liberté tant attendue. Mais à quel prix avait elle été obtenue !
  • RCF

    La nuit la plus longue

    16 mai 2023
    La nuit du 21 août 1944 fût terrible pour les Grenoblois qui savaient que l'ennemi allait quitter la ville, les troupes alliées s'approchent de Grenoble. Mais l'ennemi était capable de tout, jetant des bombes incendiaires partout, dévalisant la Banque de France, faisant sauter les deux ponts sur le Drac. Il pouvait empoisonner l'eau de Grenoble. Il pilla de nombreux établissements et pouvait tirer sur tout civil qu'il rencontrait. Mais les résistants étaient partout. Et l'ennemi allait fuir...
  • RCF

    La nuit la plus longue

    16 mai 2023
    La nuit du 21 août 1944 fût terrible pour les Grenoblois qui savaient que l'ennemi allait quitter la ville, les troupes alliées s'approchent de Grenoble. Mais l'ennemi était capable de tout, jetant des bombes incendiaires partout, dévalisant la Banque de France, faisant sauter les deux ponts sur le Drac. Il pouvait empoisonner l'eau de Grenoble. Il pilla de nombreux établissements et pouvait tirer sur tout civil qu'il rencontrait. Mais les résistants étaient partout. Et l'ennemi allait fuir...
  • RCF

    Les heures avant la libération

    9 mai 2023
    Fin août 1944, les Allemands, sentant venir le temps de la défaite, devinrent odieux. En quelques jours, ils massacrèrent près de 200 Grenoblois. Les Grenoblois qui vivaient dans la terreur. Le lundi 21 août fut un jour de fièvre pour la population de la ville qui venait d'apprendre que les troupes alliées approchaient et que les maquisards occupaient de plus en plus de positions dans les massifs. Certes, les Allemands allaient partir. Mais n'allaient-ils pas tout faire sauter avant de quitter les lieux ? Certes le grand jour de la Libération était très proche. Mais l'ennemi était capable de tout avant de s'enfuir...
  • RCF

    Jean Prévost

    2 mai 2023
    Né en 1901 à St Pierre-les-Nemours, Jean Prévost devint rapidement journaliste et écrivain, publiant de nombreuses oeuvres en dix ans. Il vint dans le Vercors et à Grenoble pour écrire un ouvrage sur Stendhal. La guerre survint. Avec Pierre Dalloz, des Côtes de Sassenage, qui est à l'origine du "plan montagnard" qui prévoyait d'utiliser le Vercors à des fins stratégiques, il allait combattre courageusement l'ennemi. Et il participa avec les maquisards à de nombreux combats. Mais il tomba fauché par les balles allemandes le 31 juillet 1944 aux Côtes de Sassenage.
  • RCF

    Pierre Ruibet, sacrifie sa vie à 18 ans pour la France !

    25 avril 2023
    Pierrre Ruibet est bien oublié de nos jours. Pourtant loin de son pays natal, ce jeune Voironnais qui n'avait que 18 ans a porté un coup très dur à l'ennemi en juin 1944 en faisant sauter tout seul le plus important dépôt de munitions allemand en France occupée, près de Jonzac en Charente-Maritime. Effondré, le commandement allemand a commenté : "Nous venons de perdre une grande bataille."
  • RCF

    Léa Blain, héroïne de la Résistance

    4 avril 2023
    C'était une belle fille blonde, aux yeux bleus, au regard droit et franc. Une fille exemplaire, d'une force inébranlable, morte héroiquement dans le Vercors, au service de sa patrie. Elle fit l'objet d'une citation flatteuse, qui se termine ainsi "est tombée mortellement frappée par une rafale de mitrailleuse, faisant don de ses 22 ans à la France. Restera dans l'Histoire une des plus belles figures d'héroine française."

Vous avez parcouru 20 épisodes sur 137

Afficher plus

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don