Accueil
PASSE-MOI LE SEL !
© rcf39

PASSE-MOI LE SEL !

Emission présentée par Guillaume Rochon, Pierre Maire

Cette série montrera plutôt l’importance qu’a revêtu et revêt encore le sel dans les sociétés humaines.

Puis elle s’attachera plus particulièrement à la Franche-Comté qui renferme dans le sous-sol de nombreux bancs de sel. La preuve de leur existence est d’ailleurs inscrite dans les noms mêmes des sites : Lons-le Saunier, Salins-les-Bains, Saulnot. Mais il existe d’autres sites salifères que cette série vous fera découvrir ou redécouvrir. Alors bonne écoute et à chacun(e) d’y ajouter son grain de sel avec modération.

Partager
S'abonner

Episodes

  • © rcf39

    26 - La saline de Montmorot

    27 mai 2024
    Près de Lons-le Saunier dans le Jura, plusieurs gisements de sel ont été découverts.
    Une saline est donc construite au 18ème siècle à Montmorot, à partir des pierres prises au château avoisinant.
    Elle va fonctionner jusqu’en 1966, puis tout a été détruit ou transformé.
    Seul reste un chevalement qui a fait l’objet d’une restauration complète, terminée en 2019.
  • © rcf39

    25 - Les soubresauts de l’exploitation des salines du bassin lédonien

    13 mai 2024
    Contrairement au comté de Bourgogne au Moyen-âge, dans le royaume de France, l’impôt sur le sel, la gabelle, est mis en place au 14ème siècle.
    Cette taxe était seulement payée par les roturiers et les serfs.
    Elle permettait aux souverains de couvrir les frais somptueux de leur train de vie et les dépenses de guerres.
    Si en Franche-Comté, la saline de Salins-les-Bains était un atout économique important, d’autres sites ont aussi contribué à l’économie de la région pendant plusieurs siècles, de façon épisodique.
    Par exemple, celle du puits salé à Lons-le-Saunier et celle de Montmorot.
  • © rcf39

    24 - Le déploiement permanent de la gabelle en Franche-Comté

    6 mai 2024
    En Franche-Comté, l’impôt sur le sel appelé gabelle, n’a jamais été permanent pendant la période du Moyen-âge allant du 10ème au 15ème siècle.
    Il était prélevé quand les ducs et comtes de Bourgogne avaient besoin de financer des guerres, des constructions ou des réparations de bâtiments comme la Grande saline de Salins-les-Bains dans le Jura.
    Les voisins suisses vont eux aussi instaurer peu à peu une gabelle, afin d’obtenir une part de ce marché très juteux.
  • © rcf39

    23 - Les taxes sur le sel et la gabelle

    29 avril 2024
    Le coût du sel était si important que la fraude va se développer.
    Ainsi que le brigandage.
    Dans le comté de Bourgogne, les ducs et comtes successifs vont créer des taxes pour financer des travaux de restaurations et des guerres…
    Mais ces taxes étaient provisoires.
    Puis, peu à peu elles deviennent fixes, c’est ce qu’on appelle la gabelle.
  • © rcf39

    22 - Monopole et conflits économiques autour des routes du sel

    22 avril 2024
    Le transport du sel était rigoureusement contrôlé dès la sortie de la Grande saline de Salins-les-Bains dans le Jura.
    Chaque chargement était pesé.
    Les charretiers devaient présenter aux autorités de la saline à chacune de leurs visites, une lettre de certification.

    Le transport se faisait avec des ânes puis, par la suite avec des chariots.
    Tout au long du parcours bien défini, il y avait des péages perçus par les seigneurs des régions traversées.
    Ces parcours bien définis étaient appelés les routes du sel.
  • © rcf39

    Les différents types de sel produits à Salins-les-Bains

    15 avril 2024
    Au 15ème siècle, les productions de la Grande saline et du puits à muire de Salins-les-Bains étaient destinées à des régions géographiques bien précises.
    Le sel produit avait cinq appellations différentes et était vendu dans trois limites du comté de Bourgogne.
    D’où des litiges entre les producteurs des deux structures salinoises.
  • © rcf39

    Les différentes étapes de la cuite

    8 avril 2024
    A la fin du Moyen-âge, les poêles ou chaudières des salines de Salins-les-Bains dans le Jura étaient rondes, contrairement à celles que l’on peut voir aujourd’hui, qui sont rectangulaires.
    Elles étaient suspendues au-dessus du foyer.
    On pouvait faire jusqu’à 16 cuites, c’est-à-dire 16 tournées de sel cristallisé avant de les nettoyer, de les réparer.
    C’étaient des femmes qui retiraient le sel cristallisé au bord de la poêle.
    Elles s’occupaient aussi de confectionner les pains de sel, les salignons.
  • © rcf39

    Les métiers et l’extraction de la saumure à Salins-

    25 mars 2024
    Tous les corps de métiers étaient présents dans la Grande saline de Salins-les-Bains dans le Jura.
    Les tonneliers, les forgerons et maréchaux-ferrants, les maçons, les couvreurs…
    Tous les métiers qui permettaient l’entretien des bâtiments et du fonctionnement de la saline.
    Du Moyen-Age au début de la Renaissance, les techniques pour extraire la saumure ont évolué ainsi que le matériel.
  • © rcf39

    Les besoins en matières premières de la Grande sali

    18 mars 2024
    A la fin du 15ème siècle, la Franche-Comté est le théâtre de guerres entre le duc-comte de Bourgogne et les Suisses et les Autrichiens.
    Elles se prolongent avec le roi de France Louis XI.
    La Grande saline de Salins-les-Bains dans le Jura est déstabilisée, car elle doit soutenir l’effort de guerre.
    A la suite de ces évènements, les officiers mettent en place un plan de redressement économique.
    En effet la saline, pour fonctionner normalement, a de gros besoins en bois et en fer pour entretenir ses poêles.
  • © rcf39

    Le monopole de la Grande saline, fragilisé par la g

    11 mars 2024
    Dès la fin du Moyen-âge, les dirigeants de la Grande saline de Salins-les-Bains dans le Jura mettent en place un certain nombre de dispositions sociales.
    C’est le début d’une culture dite d’entreprise ou plutôt d’un paternalisme avant la lettre.
    Dans cette période, elle a le monopole du sel dans le comté de Bourgogne, faisant fermer les autres salines comme Grozon ou Tourmont.
    Mais les guerres vont la fragiliser et la mettre en péril.
  • © rcf39

    Le fonctionnement administratif de la Grande saline

    4 mars 2024
    Après la mort de Jean de Chalon, propriétaire de la Grande saline de Salins-les-Bains en 1267, ses héritiers ont dû réorganiser administrativement, le fonctionnement de la manufacture.
    C’est le duc-comte de Bourgogne, Jean sans Peur, qui entre la fin du 14ème et début du 15ème siècle, va redéfinir les fonctions au sein de la saline.
    Ces différentes fonctions sont confiées à des officiers, dont les plus importants forment le conseil de la saunerie.
    Sur le terrain, c’est le lieutenant qui dirige concrètement la Grande saline.
  • © rcf39

    L'histoire de la Chauderette de Rosières à Salins-les-Bains

    26 février 2024
    La Chauderette de Rosières à Salins-les-Bains dans le Jura est une petite saline située au bout de la Grande saline.
    Sa particularité est qu’elle n’a aucune source salée.
    Sa saumure est fournie par la Grande saline.
    Elle porte le nom de Rosières en référence à l’abbaye Notre-Dame de Rosières située entre Dole et Arbois.
    Cette abbaye a eu son heure de gloire au 13ème siècle, car elle fut richement dotée par la seigneurie de Salins et les seigneurs des environs.
  • © rcf39

    Les trois salines de Salins-les-Bains à la fin du Moyen-âge

    19 février 2024
    Entre le 11ème et le 13ème siècle, la Grande saline de Salins-les-Bains dans le Jura, l’une des plus grandes productrices de sel de la région, appartient à une centaine de propriétaires-rentiers.
    Chacun d’entre eux possédait une berne, dans laquelle on faisait évaporer la saumure.
    Puis en 1237, c’est le comte Jean de Chalon qui obtient la propriété de la Grande saline.
    A sa mort, 30 ans plus tard, la manufacture salinoise est partagée entre trois propriétaires.
  • © rcf39

    La gestion des salines de Salins-les-Bains sous Sigismond

    12 février 2024
    C’est grâce à Sigismond, roi des Burgondes que l’abbaye Saint-Martin dans le Valais suisse devient propriétaire de la plupart des sites d’exploitation du sel en Franche-Comté.
    Et tout particulièrement dans le Jura.
    La plus importante saline était celle de Salins-les-Bains.
    Mais les moines ne l’exploitaient pas directement.
    Ils en étaient les propriétaires et c’était la seigneurie de Bracon qui en assurait la gérance.
  • © rcf39

    L'exploitation du sel après l'invasion romaine en Franche-Comté

    5 février 2024
    La terre de Franche-Comté est riche en sel, car il y a des millions d’années, cette région était une mer, qui en se retirant et s’évaporant, à laisser des couches salines importantes.
    Au cours de l’Antiquité, avant la colonisation romaine, l’est de la Gaule et notamment la Séquanie, était renommé pour ses salaisons.
    Mais après l’arrivée des envahisseurs romains, ceux-ci ferment de nombreuses exploitations pour ne pas concurrencer le sel issu de leurs marais salants méditerranéens.
  • © rcf39

    Les sites d'exploitation du sel dans le Jura pendant la préh

    29 janvier 2024
    A l’époque néolithique, vers 4 000 ans avant J.C., on exploitait déjà le sel à Salins-les-Bains puis à Grozon près d’Arbois dans le Jura.
    D’autres sites ont également été identifiés à Lons-le-Saunier, qui est une zone salifère importante.
    Au cours des âges successifs, l’exploitation du sel a restructuré l’espace en Franche-Comté.
    Des villages fortifiés ont été construits pour protéger les sources car le sel a rapidement été considéré comme une valeur économique capitale.
  • © rcf39

    L'étude du CNRS sur les sources salées en Franche-Comté

    22 janvier 2024
    Sur l’ensemble de la Franche-Comté, environ 150 lieux-dits ont pu potentiellement être des sources salées exploitées par l’Homme.
    En particulier dans le Jura.
    Ils ont été identifiés par le CNRS, qui a repris les études menées par l’Association comtoise des arts et traditions populaires et l’Institut universitaire des arts et traditions populaires de l’Université de Franche-Comté.
  • © rcf39

    Les premières recherches de sources salées néolithiques en Franche-Comté

    15 janvier 2024
    En Nouvelle-Guinée, pour obtenir du sel, les habitants utilisaient une méthode autre que celle de la cuisson dans des pots en terre.
    Pots que l’on cassait pour récupérer le sel.
    Les chercheurs ont découvert que cette méthode avait pu aussi être utilisée en Franche-Comté.
    C’est pourquoi le Centre national de recherche scientifique a décidé en 1996 de reprendre toute l’étude de l’exploitation du sel en région depuis le Néolithique.
  • © rcf39

    Quand l'exploitation du sel a commencé dans le Jura ?

    8 janvier 2024
    Quand le sel a-t-il commencé à être exploité en Franche-Comté ?
    On a longtemps pensé que cette exploitation datait du Moyen-âge.
    Mais grâce à des écrits d’auteurs romains, on a eu la confirmation que le sel était déjà exploité dans le Jura pendant l’Antiquité.
    Des recherches archéologiques ont permis de remonter encore plus loin, jusqu’au néolithique.
  • © rcf39

    Le sel comme monnaie d'échange

    18 décembre 2023
    Le sel a longtemps servi de monnaie d’échanges comme en Chine au 11ème siècle.
    A Tombouctou au Mali, le prix des esclaves était déterminé à l’aune de la dimension de leurs pieds.
    En France, sous le règne de Louis XVI, la Suisse troquait ses armées avec du sel, pour sa production de gruyère.
    Cette ressource sert aussi au stockage.
    Les couches de sel gemme, en partie évidées, deviennent des cavités pour conserver des liquides ou du gaz.

Vous avez parcouru 20 épisodes sur 26

Afficher plus

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don