Accueil
Mots et auteurs
Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

Mots et auteurs

Emission présentée par Catherine Boschian-Campaner

De Lorraine et d'ailleurs, Catherine Boschian-Campaner nous raconte l'histoire et les histoires de d'écrivains et d'écrivaines au parcours rocambolesque.

Partager
S'abonner

Episodes

  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Victor Hugo (1802-1885) : Indépassable !

    21 février 2024
    Victor Hugo est né à Besançon en 1802, il meurt à Paris en 1885.
    L’écrivain est donc lorrain, bisontin. Lors de son exil à Guernesey il tient à placer à l’entrée de sa résidence de Hauteville House les armoiries des Hugo de Lorraine.

    Victor a deux frères, Abel et Eugène. Tous trois sont les enfants de Sophie et de Léopold Hugo, lequel est général. La famille Hugo se déplace beaucoup. Léopold et Sophie ne cessent d’entrer en conflit. Victor Hugo a sept ans quand il va habiter à Paris avec sa mère et ses deux frères, son père étant en campagne en Espagne.

    La famille s’installe dans le Ve arrondissement dans la maison des Feuillantines. C’est pour lui une période heureuse décrite dans le poème « Aux Feuillantines ». […]

    Victor Hugo en a écrit d’autres, ainsi que des romans, dont Notre Dame de Paris, Les Misérables, et des nouvelles… Doté de facilités d’écriture phénoménales, il réussit à concilier ses activités littéraires avec des fonctions politiques. […]

    Arrivée au terme de ce parcours hugolien, je ne serais pas étonnée si, du plus profond de votre mémoire, vous revenaient ces vers :
    « Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends. » »
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Stanislas de Guaïta (1861-1897), « Arcanes et addictions »

    14 février 2024
    « Table d’émeraude », kabbale, sciences occultes, Tarot et morphine,
    j’énumère ici les caractéristiques de l’univers de Stanislas de
    Guaïta, un écrivain lorrain mis en lumière par le biais de cette chronique.

    Né à Alteville le 6 avril 1861, Stanislas de Guaïta y meurt le 9 décembre
    1897. Comme vous l’avez compris ; le nom de cet écrivain, qui
    s’installera un temps à Paris, où il habitera rue Trudaine, est attaché à
    l’ésotérisme.

    Son père est un aristocrate qui exerce le métier de verrier, une activité
    qu’il abandonne pour s’occuper de la terre d’Alteville et s’y livrer à la
    chasse.

    La ville où naît Stanislas le prédispose à la mélancolie. La campagne
    y est brumeuse et l’étang de Lindre l’incite à s’abandonner aux rêveries
    les plus tristes. Dans ce contexte, Stanislas de Guaïta développe des
    visions où il rencontre des anges, des ondines et des sorcières. Il est par
    ailleurs très religieux et doué pour la chimie. Une discipline qu’il apprécie mais qui va être concurrencée par sa grande imagination.

    Très tôt Stanislas de Guaïta compose des poèmes peuplés des personnages de son monde intérieur. Ses états d’âme l’incitent à admirer Baudelaire, dont il s’inspire et dont il retient l’addiction aux paradis artificiels.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Gilbert Cesbron (1913-1979), «Chiens perdus sans collier»

    7 février 2024
    « Il est minuit docteur Schweizer ». Voilà un titre accrocheur qui
    est resté dans bien des mémoires. En fait, il s’agit de celui d’une célèbre
    pièce de théâtre adaptée pour le cinéma en 1952. Le héros de cette œuvre qui appartient au genre du biopic, est une personne qui a existé,
    l’Alsacien Albert Schweizer. L’auteur de la pièce est l’écrivain Gilbert
    Cesbron, né à Paris en 1913 et mort dans la même ville en 1979.

    Vous ne le connaissez pas ? Pourtant, « Il est minuit docteur
    Schweizer » a été un grand succès. Gilbert Cesbron y raconte de manière
    romancée l’histoire du docteur alsacien qui, médecin, est parti en 1912
    combattre le paludisme au Gabon. L’arrivée du docteur Schweizer
    suscite sur place de nombreuses réticences. Mais, rien n’arrête sa
    détermination. Lorsqu’il s’adresse à un malade, il lui dit : « Je ne te
    demande ni ta race, ni ta religion, mais quelle est ta souffrance ».
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Françoise de Graffigny: "Une péruvienne à Paris"

    31 janvier 2024
    Françoise de Graffigny est née le 11 février 1695 à Nancy et décédée le 12 décembre 1758 à Paris. Elle est l'auteure du célèbre roman Lettres d'une Péruvienne, paru en 1747, son best-beller qui aura fait d'elle l'une des femmes les plus importantes de la littérature du XVIIIe siècle.

    Elle a notamment contribué à la progression de l'esprit et à la libération progressive de la femme.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Maurice Barrès: "Vous avez dit antisémite ?"

    17 janvier 2024
    Maurice Barrès, né le 17 août 1862 dans les Vosges et mort le 4 décembre 1923 à Neuilly-sur-Seine, est un homme politique et écrivain français : il fut une des grandes figures du nationalisme français.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Stendhal "De l'amour", "Hors de là, je suis nul"

    17 janvier 2024
    Lucien Leuwen est le deuxième grand roman de Stendhal. Il a été écrit en 1834, après Le Rouge et le Noir, son intrigue se passe à Nancy : une ville décrite comme ennuyante.

    Nancy restera une ville marquante pour lui et un hôtel Stendhal consacré à l'ensemble de ses oeuvres y ouvrira ses portes au printemps 2024.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Elsa Triolet: "Grande amoureuse et premier Goncourt féminin"

    3 janvier 2024
    Elsa Triolet, née Ella Yourievna Kagan le 12 septembre 1896 à Moscou et morte le 16 juin 1970 à Saint-Arnoult-en-Yvelines, est une résistante française et femme de lettres d'origine russe, née de parents juifs.

    Elle a été la première femme à recevoir le prix Goncourt le 3 juillet 1945 pour son reccueil "Le premier accroc coûte 200 francs", une phrase qui fait référence à la phrase codée qui avait annoncé le débarquement de Provence.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Marivaux: "Un peu trop bon"

    20 décembre 2023
    Marivaux, de son vrai nom Pierre Carlet de Chamblain, est un écrivain né à Paris en 1688, il y meurt en 1763 : il passe une partie de son enfance et son adolescence en Auvergne avant de regagner sa ville natale pour des études de droit qu'il abandonnera pour laisser place à des études d'écriture.

    Ses oeuvres les plus connues sont des pièces divertissantes comme "L'Ile des Esclaves" mais il a également écrit des romans comme "La vie de Marianne".

    Son travail est caractérisé par l'aisance stylistique, l'humour et l'élégance. Pour Marivaux, il faut toujours développer l'usage de la bonté dans les relations, que ce soit autour de la religion ou l'éducation.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Étienne Pierre Morlanne: "Un vaccinateur vénérable"

    13 décembre 2023
    Né le 22 mai 1772 à Metz où il meurt le 7 janvier 1862, Etienne-Pierre Morlanne a passé toute sa vie au service de jeunes mamans et leurs enfants, tout en développant des structures pour les accueillir et leur dispenser les soins nécessaires.

    Il fonde la Société des Filles de la Charité Maternelle à Metz en 1804, une association de sages-femmes créée dans le but de porter secours aux femmes indigentes sur le point d'accoucher et vacciner leurs enfants.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Barbey d'Aurevilly "Diable d'homme"

    6 décembre 2023
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Edmond de Goncourt: "La femme est une machine à fécondation"

    29 novembre 2023
    Edmond Huot de Goncourt est un auteur français : né à Nancy le 26 mai 1822, on lui doit le plus ancien et le plus prestigieux des prix littéraires français.

    Tout au long de sa vie, le natif de Meurthe-et-Moselle aura pratiqué les activités d'écrivain et journaliste.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Barbara Nazianzeno: "Rappelle toi Barbara"

    22 novembre 2023
    Barbara Nazanzieno, est une autrice contemporaine messine née en Moselle.

    Barbara puise dans ses souvenirs pour imaginer des récits fictionnels qui adressent les lecteurs en plein coeur. Elle est aussi professeur de lettres et travaille à l'Institut National de Jeunes Sourds de Metz.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Jean Desbordes, le grand admirateur de Cocteau

    15 novembre 2023
    Jean Desbordes est un écrivain et poète français né à Rupt-sur-Moselle le 3 mai 1906 : il meurt à Paris le 6 juillet 1944 et aura tout au long de sa vie entretenu une relation spéciale avec Jean Cocteau, du secrétaire à l'amoureux de ce dernier.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Paul Verlaine et son attache à ses racines messines

    8 novembre 2023
    Paul Verlaine est né le 30 mars 1844 à Metz : il y passe 34 mois jusqu'au début de l'annexion. C'est à Paris qu'il habitera jusqu'à la fin de la vie où il y meurt le 8 janvier 1896.

    Alors que sa ville de naissance à été germanisée, le poète voit la poésie régulière comme l'un des moyens de préserver la langue française des langues étrangères.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Ilia Zdanevitch, dit "Iliazd"

    27 octobre 2023
    Iliazd est né en 1894 à Tbilissi : il arrive à Paris en 1921 et y meurt en 1975.

    Éditeur d’art pour Picasso et Max Ernst, poète et écrivain, il est dessinateur de tissus chez Chanel, organisateur de bals et interprète à l’ambassade d’URSS. Sa destinée témoigne d’une génération marquée par la révolution de 1917 et la guerre froide.

    Sa biographie "Iliazd, un apatride à Paris" sera présentée à la Librarie de la Pensée sauvage, située à Metz, ce vendredi 27 octobre à 19h.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Arkady Avertchenko poignarde la Révolution

    11 octobre 2023
    L'Ukrainien Arkady Avertchenko était un grand satiriste. Une partie de son oeuvre vient d'être traduite en français, édition le Quarante et un, mars 2023.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Jean Cocteau messager de Dieu ?

    4 octobre 2023
    Jean Cocteau (1889-1963), le créateur aux talents multiples, a conçu des vitraux pour l’ Église saint Maximin de Metz. Un état de choses qui choque plus d’un fidèle, en raison de la réputation sulfureuse de l’artiste, et qui est à mettre en relation avec une quête spirituelle agitée. Toute beauté ne naît-elle pas de Dieu ?
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    François de Curel, le chasseur philosophe

    27 septembre 2023
    Né à Metz, François de Curel (1854-1928) est formé pour être ingénieur et travailler avec la famille de sa mère, les de Wendel. Les circonstances modifiant son destin, il sera auteur dramatique et membre de l’Académie française. Ce solitaire qui met en scène ses réflexions philosophique était passionné par la chasse.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Henri Ghéon, un converti place saint Louis

    20 septembre 2023
    Henri Ghéon (1875-1944), est un dramaturge chrétien auteur d’une centaine de pièces de théâtre et de plusieurs romans. Sa conversion durant la Première Guerre mondiale transforme sa vie et son œuvre. La place saint Louis où il est présent le 19 novembre 1918 se fait l’écho de ce changement. Plus de détails dans : Catherine Boschian-Campaner, « Henri Ghéon, camarade de Gide, biographie d’un homme de désirs », Presses de la Renaissance.
  • Une chronique à retrouver dans Midi Lorraine

    Amable Tastu : rose et combats

    13 septembre 2023
    Née à Metz Amable Tastu (1795-1885) est une auteure talentueuse et militante. Conteuse, elle réécrit « Peau d’âne », quand sa personne inspire la création d’une rose. Œuvres disponibles : « Peau d’âne », réédition et présentation par Claire Antoine et Marie Daffini, éditions Paraiges ; « Amable Tastu, une femme libre… », dialogue théâtral de Claire Antoine, Edilivres.

Vous avez parcouru 20 épisodes sur 21

Afficher plus

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don