Accueil
5 minutes pour moi
5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

5 minutes pour moi

Emission présentée par Auberi Maitrot

Chaque semaine les Kinés et les Psychologues de RCF Sarthe nous offre un moment de bien être pour soigner les maux du quotidien.

Partager
S'abonner

Episodes

  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Le harcèlement sexuel au travail

    30 juin 2022
    Dans sa précédente chronique, Sébastien évoquait le harcèlement moral. Aujourd'hui on se concentre sur le harcèlement sexuel et ce que dit le code du travail sur cela.
  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Préparer ses examens avec la Naturopathie

    16 juin 2022
    C’est la période des examens ! Comment faire pour soutenir corps et esprit dans cette période intense et stressante ?
    Julia Collet, Naturopathe, va nous donner ses astuces naturelles.

    Les Fleurs de Bach à la rescousse :
    Il existe plusieurs fleurs de Bach qui peuvent aider les étudiants à passer leurs examens plus sereinement. Bien évidemment il existe le traditionnel et incontournable mélange « Rescue » qui est très utile pour faire face au stress, garder son sang- froid et ne pas perdre ses moyens le jour de l’examen.

    Mais il existe d’autres fleurs de Bach intéressantes :
    - Pâquerette : pour aider à synthétiser, notamment lorsque l’on est confronté à une grosse quantité d’information
    - Menthe poivrée : pour la clarté d’esprit, aide à la concentration
    - Cosmos : facilite l’expression écrite et orale, aide à formuler clairement ce que l’on ressent intérieurement.
    - Le mélange « Études et examens » du laboratoire DEVA qui regroupe ces fleurs de Bach citées ci-dessus.

    Comment les prendre : 4 gouttes par voie orale, 3 x par jour pendant les révisions et pendant les examens.

    Des plantes pour stimuler la concentration et ses facultés neuronales :
    Pour améliorer ses capacités neuronales, favoriser la concentration et faire face au stress, les plantes dites « adaptogènes » sont très intéressantes, comme par exemple la Rhodiole, ou le Ginseng que l’on peut trouver en complément alimentaire (le plus souvent sous forme de gélules).

    Au niveau de l’alimentation ?
    Apporter du bon gras pour ses cellules neuronales :
    Longtemps diabolisé, le gras est pourtant important dans notre alimentation, car c’est le carburant de notre cerveau et de nos neurones.
    Mais attention, pas n’importe lequel ! Si les graisses mono-saturées sont néfastes en grandes quantités, les graisses intéressantes dans le bon fonctionnement de nos cellules sont surtout les graisses dites polyinsaturées.
    On évitera donc les fritures, la charcuterie, le beurre, les beignets…
  • 5 MINUTES POUR MOI

    Le harcèlement moral au travail

    2 juin 2022

    Cette semaine, Sébastien nous présente un nouveau risque psycho-social : le harcèlement moral notamment au travail.

    La question du harcèlement est un sujet qui est de plus en plus pris en compte par les pouvoirs publics, comme avec la loi du 2 mars 2022 visant à combattre le harcèlement scolaire.

    Le harcèlement : c’est le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale.

  • 5 MINUTES POUR MOI

    A vos lunettes !

    26 mai 2022

    Vous avez souvent les yeux rouges, qui picotent, une altération de la vue, des maux de tête... Peut-être souffrez-vous de fatigue oculaire ou visuelle ?

    La fatigue visuelle c’est quoi ?

    Les symptômes qui témoignent d'une fatigue oculaire sont nombreux et variés. Selon l'importance de celle-ci, les sensations peuvent être différentes. Et si elle n'est pas grave, la fatigue visuelle peut vite devenir contraignante et incommodante.
    De manière générale, les signaux qui doivent vous alerter sont :
    - une baisse de votre vue au cours de la journée.
    - des difficultés d’accommodation en passant de la vision de loin à la vision de près
    - Votre vision est brouillée, voire floue - Votre champ de vision est altéré.
    - Vous avez la sensation de voir double (diplopie).
    - Vous avez une sensation d'éblouissement. - Vous avez les yeux irrités ou rouges.
    - sensation de brûlure ou de picotement dans les yeux.
    - Vous avez régulièrement des maux de tête. - Vous avez la paupière qui tremble.

    Quelle sont les causes de la fatigue oculaire ?
    - Une exposition prolongée à un écran : ordinateur, tablette ou téléphone.
    - Plusieurs heures de conduite dans une situation difficile (nuit, brouillard...).
    - De longues heures passées à réviser (livres, cahiers...).
    - Un éclairage excessif ou au contraire insuffisant.
    - La lumière bleue émise par le soleil, les ampoules LED...
    - En cas de correction visuelle non ou mal adaptée : une myopie, une hypermétropie et un astigmatisme non corrigés
    - En cas de maladie tel que la cataracte, une dégénérescence maculaire liée à l’âge et en cas d’inflammation...

    Quelles solutions contre la fatigue des yeux ?
    La douleur oculaire chronique causée par la fatigue oculaire peut être soulagée en adoptant une correction optique adaptée.

    Pour éviter la fatigue des yeux, il est recommandé de limiter le temps passé devant un écran. Il est aussi possible de porter des verres équipés de filtres, ou de coller un filtre écran sur les téléphones, tablettes et ordinateurs.
    Se protéger les yeux des rayons ultraviolets (UVA et UVB) du soleil est indispensable pour éviter les dommages oculaires.
    Une exposition prolongée des yeux au soleil peut entraîner plusieurs pathologies dont la cataracte et la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).
    Pour bien choisir vos lunettes de soleil, tournez-vous vers des modèles portant le marquage CE correspondant à la norme européenne. Privilégiez des formes enveloppantes et une teinte de verres adaptés à l’exposition solaire. L’indice d’intensité de la teinte, allant de 0 à 4, est indiqué sur la paire de lunettes. L’indice 0 correspond à la teinte la plus faible et l’indice 4 à la teinte la plus forte.

    Quel est l’environnement idéal ?
    Les bons gestes devant l’ordinateur :
    - Travaillez à bonne distance de l’ordinateur (au moins 30 cm).
    - Positionnez toujours votre écran à 20 degrés sous le niveau de vos yeux, en évitant que trop de lumière ne se reflète sur ce dernier.
    - Nettoyez régulièrement votre écran afin qu’il soit propre.
    - Faites une pause toutes les heures, avec les yeux éloignés de l’écran en regardant au loin.
    - Demandez qu’une protection antireflet soit ajoutée à vos lunettes. Si vous portez des lentilles, optez pour des modèles conçus pour réduire les efforts de concentration durant le travail à l’ordinateur.
    - De préférence, placez votre écran perpendiculaire à une fenêtre avec un éclairage indirect pour une image plus uniforme et donc plus confortable pour l’œil.
    - Une source lumineuse placée derrière l’ordinateur ou la télévision permet à l’œil de ne pas se limiter au seul contraste de l’écran.

    Sachez qu'une personne ayant un défaut visuel et étant mal corrigée prend le risque de s'exposer à une fatigue oculaire chronique. Il est essentiel de bien corriger sa vue et d'assurer un bon suivi de sa santé visuelle, en renouveler ses lunettes en cas de besoin.

  • 5 MINUTES POUR MOI

    Gérer sa fertilité au naturel avec la symptothermie

    19 mai 2022

    Aujourd’hui Julia va nous faire découvrir une méthode de gestion de la fertilité de la femme au naturel, la Symptothermie avec la méthode Sensiplan.

    1- La symptothermie, qu’est-ce que c’est ?
    La symptothermie est une méthode de gestion de la fertilité où la femme observe différents signes de son corps. Ces signes se modifient de manière caractéristique tout au long du cycle et permettent de déterminer les jours fertiles et infertiles.

    Les trois signes décisifs sont :
    - La température basale du corps
    - L’observation de la glaire cervicale
    Ou
    - L’observation du col de l’utérus

    Une femme qui peut interpréter ces signes saura à quels moments elle peut ou non tomber enceinte et pourra donc en fonction de cela s’accorder avec son partenaire pour leur sexualité.
    Aujourd’hui je vais vous parler de la méthode Sensiplan, puisque c’est celle que je pratique depuis 2 ans.

    2- Pour quelles femmes ou couples cela s’adresse-t-il ?
    Cela s’adresse potentiellement à toutes les femmes. Cette méthode s’adresse aux femmes qui souhaitent soit :
    - Optimiser leurs chances de tomber enceinte, car on peut déterminer la phase fertile et ovulatoire et faire coïncider ses rapports. Notamment chez les femmes avec un cycle long ou irrégulier.
    - Cela peut aussi être une solution avant de recourir à de la procréation médicalement assistée.
    - Apprendre à connaître leur corps, leur cycle
    - Avoir une méthode de « contraception » naturelle, sans hormones de synthèse, sans effets secondaires.
    - Permet de fournir de précieuses informations lorsque le désir d’enfant ne se réalise pas tout de suite ou lorsque les cycles sont irréguliers (le cycle est-il ovulatoire ? La phase lutéale est-elle suffisante ?).

    3- Est-ce que c’est fiable ?
    La méthode Sensiplan® dispose du même indice de PEARL (indice de nombre de grossesses non-désirées sur 100 femmes pendant un an avec une méthode donné) que la pilule, soit plus de 99% d’efficacité !
    C’est une méthode fiable qui a été mise au point par des université de médecines allemandes, et qui existe depuis 30 ans environ, aujourd’hui grâce aux conseillers et formatrices sensiplan plus de 40 000 cycles ont été étudiés pour prouver l’efficacité de la méthode !
    Mais c’est une méthode qui nécessite un apprentissage, il faut de préférence être formé par une formatrice sensiplan.

    4- Quels sont les avantages ? Inconvénients ?

    Avantages :
    - Une meilleure connaissance du corps, autonomie et confiance en soi
    - Pas d’effets secondaires
    - Économique : coût de la formation et d’un thermomètre valable à vie !
    Inconvénients :
    - Le partenaire doit être en accord et confiant avec cette méthode
    - Si vous souhaitez ne pas vous soucier de votre fertilité, ou si une méthode ne doit vous coûter aucun effort, alors cela vous conviendra moins.
    - Besoin de 3-4 mois pour être autonome

    5- Comment apprendre cette méthode en Sarthe ?
    Vous pourrez bientôt l’apprendre avec moi, car je suis en fin de formation pour devenir formatrice Sensiplan ! Je me suis rendue à Bruxelles pour me former car je trouvais cela très complémentaire à la Naturopathie qui utilise des méthodes naturelles pour le retour à la santé. Si vous êtes intéressé,
    contactez-moi, vous pouvez retrouver mes coordonnées sur le
    site RCF ou sur mon site juliacollet.com !

    Prendre RDV pour se former à la symptothermie avec Julia Collet : juliacollet.natuo@gmail.com

    En savoir plus sur la méthode sensiplan : https://symptothermie.info/

    Article de blog sur la symptothermie :
    https://www.juliacollet.com/articles/sa-fertilite-au-naturel-la-
    symptothermie

    En savoir plus sur la Naturopathie et Julia Collet : https://www.juliacollet.com/

  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Faire des stylos ou des rasoirs : un conflit de valeur ?

    5 mai 2022
    Nous allons poursuivre notre tour des risques psycho-sociaux en traitant aujourd’hui du conflit de valeur. D’ailleurs, celui-ci se décline sous plusieurs formes :
    - Les conflits éthiques,
    - La qualité empêchée
    - Le sentiment d’inutilité du travail
    - L’atteinte à l’image du métier

    Qu’en est-il alors du conflit éthique ?
    Le conflit éthique touche à des valeurs professionnelles qui sont fortes, et sur
    lesquelles votre hiérarchie vous demande de fermer les yeux… Vous savez, cela a concerné les salariés de France Télécom qui avaient été embauchés dans une mission de service public, dans cette lancée sous Giscard de faire installer le téléphone dans tous les foyers.
    Une fois que cela a été fait, ce qui a quand même pris quelques années, on a demandé on a demandé aux salariés de ne plus installer des lignes téléphoniques mais de vendre des abonnements, des produits. Or, ils n’étaient pas là pour faire du commerce, mais pour faire du service public.

    Mais c’est un conflit éthique ou une évolution du métier ?
    C’est un peu comme pour Bic, vous savez, la marque de stylos jetables. Le but premier était de faire des stylos « pour écrire facilement et en douceur ».
    Mais une fois qu’ils ont inventé le stylo jetable qui écrit facilement et en douceur, version bleu, noir, rouge, vert, une fois qu’ils ont fait le stylo à 4 couleurs, celui à 4 couleurs pastelles, celui qui s’efface, ils ont à peu près fait le tour du stylo jetable… Et ils se retrouvent avec des concurrents sur le marché et leur chiffre d’affaire baisse.
    Mais oui, la question, c’est comment innover après avoir décliné comme ça toutes les possibilités des stylos jetables…
    Eh bien, il faut faire un pas de côté, c’est-à-dire changer de paradigme. Il faut se demander ce que fait réellement Bic…
    De même, que faisait France Télécom : installer des lignes téléphoniques ou autre chose ? Car une fois que tout le monde a une ligne téléphonique qui arrive chez soi, on fait quoi d’autre ?
    Pour Bic, il y a eu un changement de paradigme. Ils se sont dit qu’ils ne fabriquaient pas des stylos, mais des objets jetables. Le champ des possibles s’est alors considérablement élargi.
    Faut imaginer la scène : vous avez un ingénieur de chez BIC qui se réveille un matin, qui regarde sa femme, et qui lui dit : eh, chérie, j’ai eu une idée. Et si je faisais des rasoirs… ! Vous imaginez la tête de son épouse… BIC, c’est des stylos… ! Et faut imaginer la réunion de recherche et développement, le gars qui arrive en disant : j’ai eu une idée, et si on faisait des rasoirs !
    On peut imaginer qu’il s’est gentiment fait rappeler qu’ils étaient un des leaders du marché des stylos, pas des soins du corps…

    Et puis, finalement, ils font des rasoirs. Leur cœur de métier était de faire des stylos, et le paradigme a changé, contraint par le marché, et leur cœur de métier est devenu : faire des objets du quotidien, mais jetables…
    Pour France Télécom, ça a été pareil : après avoir installé des lignes téléphoniques dans tous les foyers, il a bien fallu faire autre chose. Et on a demandé aux équipes de vendre des abonnements, des produits etc.
    Mais c’est plutôt une bonne idée, car ça permet d’éviter de licencier ces salariés qui n’ont plus de lignes téléphoniques à installer…
    Oui, sur le principe c’est même une excellente idée. Sauf qu’ils avaient un métier précis, une identité professionnelle, et qu’il a fallu changer de métier et d’identité. Cela a donc amené des conflit éthiques chez ceux qui n’ont pas pu faire bascule, car ce n’est pas du tout la même chose que de faire du service public en installant des lignes téléphoniques à des personnes âgées et vulnérables pour qu’elles soient reliées aux autres, et devenir un commercial qui vend à des personnes âgées et vulnérables des produits dont elles n’ont pas besoin, et qu’elles n’ont peut-être pas les moyens de se payer…
  • 5 MINUTES POUR MOI

    Instant massage bébé

    28 avril 2022

    Le massage est un moment privilégié qui vous permet de mieux connaître votre bébé.Si votre bébé a l’air tendu ou agité pendant le massage, mieux vaut réessayer plus tard.
    Vous pouvez masser votre bébé de façon intuitive ou prendre des cours de massage bébé. Et après tous ces massages, rien de tel pour terminer la séance qu’un câlin à votre bébé !

    Fiche conseils aux parents :
    Commencez par installer bébé sur le dos puis :
    • Entourez sa cuisse avec vos mains puis faites les glisser jusqu’à la cheville en exerçant une très légère pression avec vos doigts ;
    • Faites le chemin inverse et remontez jusqu’en haut de la cuisse ;
    • Prenez ses pieds et faites-lui réaliser de petits mouvements, comme sur un vélo, afin de détendre un peu ses hanches.
    Masser les bras et les mains

    Poursuivez le massage de bébé par les bras et les mains. Cela permettra notamment à votre enfant de détendre plus facilement ses doigts, de les ouvrir et de l’aider à assimiler la préhension.
    Pour ce faire :
    • Écartez-lui les bras et, depuis les épaules, faites glisser vos mains jusqu’au poignet, comme pour lui étirer les membres supérieurs avec délicatesse ;
    • Prenez la main de bébé entre votre pouce et votre index et exercer de légères pressions sur la paume et le dos de la main, depuis le poignet jusqu’aux doigts.

    Masser la poitrine et le ventre
    Le massage de la poitrine permettra à bébé de mieux respirer, plus profondément. Pour le ventre, votre enfant sera soulagé de différents maux comme les ballonnements, les coliques ou la constipation.
    • Écartez-lui les bras à nouveau. Placez vos mains sur sa poitrine et faites-les glisser doucement jusqu’à ses épaules. Répétez le geste plusieurs fois ;
    • Posez vos mains sur le ventre de bébé puis massez-le avec le plat de vos doigts en appuyant légèrement dans le sens des aiguilles d’une montre (soit dans le sens du transit) ;
    • Faites glisser vos mains et vos doigts de chaque côté du ventre de bébé.

    Masser le dos
    Pour ce massage du dos, installez bébé sur le ventre. Cela lui permettra de gagner en souplesse et en fermeté et d’avoir plus de facilité à tenir des postures droites.
    • Faites glisser lentement vos mains depuis ses épaules jusqu’au bas de sa colonne vertébrale. Répétez l’opération plusieurs fois ;
    • Avec vos doigts, réalisez de petits cercles de chaque côté de sa colonne, depuis la nuque jusqu’aux fesses

  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Exercice d'ancrage

    21 avril 2022
    Aujourd’hui Julia nous propose une courte méditation de 5 minutes pour nous ancrer et être dans le moment présent. Vous avez eu une journée stressante, posez vous un instant, installez-vous confortablement et laissez-vous guider.

    Bonjour et bienvenue pour cet exercice d’ancrage.
    Installez-vous confortablement. Vous pouvez vous assoir ou rester
    debout. L’important est d’avoir les pieds bien à plat sur le sol, la colonne
    vertébrale droite et les deux pieds parallèles, bien ancrés à la terre.
    Vos pieds sont bien posés sur le sol, et créent un contact puissant
    avec la terre.
    Commencez par effectuer quelques profondes respirations abdominales pour vous détendre.
    Puis, les yeux fermés imaginez que des racines sortent de vos pieds et commencent à s’enfoncer dans le sol. Elles descendent de plus en plus profondément et sont de plus en plus puissantes.
    Ces racines vous relient de plus en plus en intensément avec la Terre.

    Si vous êtes assis, ces racines partent non seulement de vos pieds mais aussi des pieds de la chaise, de vos chevilles, de vos cuisses… Elles s’enfoncent et sont de plus en plus profondes.
    Ressentez dans vos jambes, vos pieds cette puissance de la terre qui vous soutient.
    Puis, à chaque inspiration, ressentez l’énergie de la terre remonter en vous. Cette énergie arrive du centre de la terre, passe par les racines, jusqu’à vos pieds, et remonte en vous jusqu’à vers cœur.
    Et à chaque expiration, ressentez vos racines qui s’étendent encore, de plus en plus loin et encore plus profond vers le centre de la terre.

    Ces racines s’étendent de plus en plus, prenant de plus en plus de
    place, d’espace. Elles englobent la Terre tout entière et descendent
    jusqu’à son noyau. On inspire l’énergie remonte vers le cœur, on expire pour s’ancrer davantage.
    Vous êtes maintenant parfaitement relié avec la terre. La puissante énergie du noyau de la terre remonte jusqu’à vos pieds, puis jusqu’à votre cœur et vous traverse entièrement. Cela vous nourrit et vous donne de la confiance, de la puissance, et de la sérénité.
    Là, bien enraciné.e, bien ancré.e dans le centre de la terre, vous pouvez y déposer une intention sur quelque chose que vous souhaitez voir apparaitre dans votre journée.
    Vous vous sentez maintenant profondément relié avec la terre et en totale sécurité. Vous êtes ancré.e.
    Reprenez maintenant conscience de votre corps, de sa position, puis
    de l’espace dans lequel vous vous trouvez. Puis commencez à
    bouger les mains... les pieds... Si vous en ressentez le besoin ou
    l’envie, étirez-vous. Puis, quand vous vous sentez prêt.e, ouvrez les
    yeux.
  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Le collier de nouilles : un conflit de valeur ?

    7 avril 2022
    Bonjour Sébastien, de quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ?
    Aujourd’hui je vais vous parler de valeur. Et plus précisément, des valeurs que l’on attribue aux choses matérielles, ou immatérielles comme les valeurs morales.

    Alors, les valeurs sont figées, stables, ou est-ce qu’elles peuvent varier ?
    Chacun sait que la valeur marchande des choses peut varier selon le contexte. On voit que le prix de l’essence et du gaz ont une valeur qui augmente, que le prix des métaux aussi, du bois aussi, et on a aussi vu augmenter le prix du blé, des fruits, des légumes et on pourrait continuer la liste pendant longtemps.
    Bref, ces produis ou matières premières ont une valeur qui fluctue selon le contexte du marché. Notez qu’il y a souvent un effet « cliquet » et qu’on ne revient pas facilement à la baisse…

    Oui, c’est la question de l’offre et la demande qui fait que les biens prennent de la valeur, ou en perdent.
    Mais pas seulement. Imaginez, Mélody, que l’élu de votre cœur vous annonce qu’il vous offrira un joli collier à la St Valentin. Si vous aimez les colliers, si les colliers ont de la valeur à vos yeux, alors vous serez ravie de ce projet de cadeau.
    Et si le jour de la St Valentin, il vous offre ce fameux collier tant attendu, mais qu’il s’agit d’un collier de coquillettes… fait maison, par lui-même, mais de coquillettes…, il est possible que cela n'enchante pas votre cœur, voire que vous ayez le sentiment qu’il s’est bien moqué de vous.
    Et j’aurais tendance à penser comme vous : on n’offre pas un collier de nouilles à la St Valentin à la femme que l’on aime ! Même un collier de nouilles maison… Vous méritez plus que ça !

    En revanche, si vous avez un enfant de 3 ans, en classe de maternelle, et qu’il vous offre le même collier de nouilles pour la fête des mères, là vous serez la plus heureuse des mères. Enfin…, vous ferez semblant de trouver ce collier très beau, car faut pas se mentir, si jamais une boutique vendait ce collier de coquillettes, vous n’iriez pas en acheter un, ni même le porter.

    Cela me rappelle la question des exigences émotionnelles de votre précédente
    chronique…
    Oui. Avec le collier de nouilles, vous manifestez une émotion conforme à
    votre ressenti sur la question d’être heureuse de recevoir un cadeau de votre enfant, à la fête des mères. Il n’y a pas de dissonance émotionnelle là.
    Vous direz à votre enfant que c’est un très joli collier, et vous apporterez donc une valeur très élevée à l’objet.
    En realité, ce qui est beau, ce n’est pas le collier en lui-même, mais le fait qu’il vienne de votre enfant de 3 ans. C’est ça qui donne la valeur au collier.
    Et si jamais votre enfant vous offre un autre collier de coquillettes quand il a 25 ans, soit cela devient une bonne blague, soit vous vous inquiétez pour sa maîtrise des conventions sociales.
    Et là, vous ne trouverez plus le collier aussi joli qu’à ses 3 ans…C’est donc le contexte du cadeau qui lui donne de la valeur, et non le collier en lui-même. Alors, si vous manquez d’humour, ou de tolérance bienveillante, voire de tolérance naïve, vous serez vexée de voir votre enfant de 25 ans vous offrir ce collier de coquillettes.
    Dans ce cas, faire semblant d’être ravie vous mettra dans une dissonance émotionnelle : vous manifesterez une émotion de satisfaction alors que vous ressentez de la déception, voire pire, de la colère car vous penserez qu’il vous méprise en vous faisant ce cadeau à 25 ans.
    Si vous restez bienveillante malgré le contexte, alors vous ferez aussi semblant d’apporter une valeur élevée à ce collier bien que vous lui attribuiez une valeur très basse. Et là, vous serez quand même à deux doigts de penser qu’il se fiche de vous.
    Plus que cela, vous pourriez ressentir que cela heurte vos valeurs personnelles : car il y a des choses qu’on ne fait pas ! Et c’est la dissonance émotionnelle et le conflit morale qui arrivent…
  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Comment optimiser notre posture en télé-travail

    31 mars 2022
  • 5 MINUTES POUR MOI

    La cure de sève de bouleau, la détox du printemps en douceur

    24 mars 2022

    C’est le printemps, c'est l’heure du grand ménage, mais aussi de la
    détox. Il est temps de préparer son corps à sortir de l’hibernation et de retourner aux beaux jours ! Julia Colet nous dévoile quelques conseils.

    Aujourd'hui nous allons parler de la cure de sève de bouleau, mais qu'est ce que c'est ?

    Une cure de sève de bouleau se fait à partir de sève de bouleau, la sève de l’arbre, qui devient montante et liquide comme de l’eau à la sortie de l’hiver avant la pousse des feuilles (de fin février à fin mars/début avril).
    Au début la sève est translucide et légèrement sucrée. Avec le temps elle finira par se troubler et le gout deviendra plus prononcé. La lacto- fermentation a commencé !
    Cette transformation naturelle permet à la sève de bouleau de s'enrichir, grâce aux probiotiques présents dans cette eau végétale. On dit que c’est une cure « détoxifiante », qui nous permet d’éliminer les toxines de notre corps ou les excès de l’hiver où nous avions besoin de manger plus riche pour tenir face au froid.
    Tout comme la nature, notre corps vit aussi au rythme des saisons. Et il a un regain d’énergie au printemps qui peut nous permettre de faire une cure détoxifiante (selon la santé et la vitalité de chacun, vérifier avec son Naturopathe si vous êtes en bonne santé et avec votre médecin si vous avez des pathologies). Pendant 3 semaines on va boire un verre de sève de bouleau, de préférence le matin, à jeun.

    Quels sont les bienfaits d’une cure de sève de bouleau ?
    - Draine les reins et le foie qui sont des organes majeurs dans l’élimination de nos toxines et de nos acides. La sève de bouleau leur donne un coup de boost.
    - Draine la peau (acné…)
    - Reminéralisante : contient 17 acides aminés, des minéraux, des oligo-éléments (manganèse, sélénium, cuivre, cobalt, zinc…)
    - Anti-inflammatoire : remarquable pour les douleurs articulaires (arthrites, rhumatismes…)
    - Pour les personnes qui ont tendance à faire des crises de goutte, qui ont fait des calculs rénaux (chasse les acides).
    - Énergisante, revitalisante : c’est une des rares cures de détox qui ne fatigue pas !
    - Lutte contre la rétention d’eau
    - Faible en sucre : contient 1% de sucre (glucose et
    fructose)

    Comment on s’y prend ?
    Boire 250ml les matins à jeun pendant 3 semaines.
    Pour une première cure on peut débuter à 120ml.
    Durant cette cure il serait judicieux de faire également attention à avoir une bonne hygiène de vie pour que la détox soit encore plus efficace : avoir une alimentation saine, bouger, bien dormir…
    Si vous avez besoin d’aide pour élaborer une cure complète, vous pouvez vous faire aider d’un Naturopathe.
    La sève de bouleau bio se conserve au frais entre 2 et 4°C.
    Il est préférable de la consommer dans les 3 semaines suivant l'ouverture de votre produit.


    Précautions, contre-indications :
    La sève de bouleau est contre-indiquée dans les cas suivants :
    - Femmes enceintes et allaitantes
    - Enfants
    - Diabétiques
    - Personnes allergiques au polen de bouleau et aux
    dérivées salicylés (aspirine…)
    - En cas de lourd traitement médicamenteux
    (chimiothérapie par exemple).
    En cas d’insuffisance rénale, pensez à demander l’autorisation de votre médecin. Au moindre doute, demandez à votre médecin !


    Où trouver la sève de bouleau ?
    La choisir fraiche et donc non-pasteurisée ! De préférence bio.
    On la trouve en magasin bio, dans les herboristeries….
    Mais aussi sur internet, voici un producteur que je recommande :
    https://lagedelaperma.fr/

    Pour les plus motivés qui souhaitent l’extraire eux-mêmes,
    voici une vidéo explicative dans le respect de l’arbre :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZHKyX9_MVHI

  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Les émotions et leurs exigeances

    10 mars 2022
    Bonjour Sébastien, de quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ?
    Bonjour Mélody. Je vais revenir sur la question des émotions que nous avons précédemment traitée, pour aborder la question des émotions sur le plan professionnel.

    Ah, vous avez aussi remarqué que les réseaux sociaux pro parlent de plus en plus des hypersensibles au travail, avec cette question : avantages ou inconvénients...? Mais on lit assez peu d’articles sur les émotions au sens plus large.

    Eh oui, la question des émotions au travail est généralement abordée sur le versant « trop d’émotion », en mode hyper : hyper émotif, hyper sensible.
    Aujourd’hui, nous allons prendre un peu de recul sur cette question de l’hypersensibilité pour nous intéresser plus largement aux émotions.

    Ah oui, Sébastien, vous nous aviez justement expliqué que prendre du recul, c’est quitter le registre des émotions pour entrer dans celui de la raison, ne pas se fier seulement à ce que nous ressentons pour agir, mais agir par raisonnement.

    Oui, c’est aussi un peu pour ça que les émotions ont une place tout à fait particulière dans le milieu du travail.
    Pour rappel, les risques psychosociaux, ou autrement appelés RPS, sont des risques liés à l’exposition à des dangers qui génèrent des risques sur le plan psychologiques et sociaux dans le cadre professionnel.
    Si tout le monde sait qu’il y a des situations dangereuses qui amènent des risques physiques, aussi bien dans la vie de tous les jours qu’au travail, on connaît peu dans le détail les risques psychologiques et sociaux, bien qu’on en parle de plus en plus.
    Par exemple, tout le monde sait qu’être en haut d’une échelle pour ramasser des cerises est une situation dangereuse, tout comme travailler sur un toit pour un couvreur. Le risque est de faire une chute, et le dommage encouru est d’être blessé, voire de mourir. Cela paraît évident. Mais il existe des risques qui sont psychologiques ou sociaux et qui ne paraissent pas si
    évidents que ça....

    D’accord pour les risques physiques, mais vous nous dites là que les émotions font aussi partie des risques psychosociaux qui engagent notre santé au travail… ? Mais quels sont ces risques ?

    Ils sont au nombre de 6. Il y a l’intensité et charge de travail, l’autonomie, l’insécurité de la situation de travail, les relations sociales au travail, le conflit de valeur, et... les exigences émotionnelles...

    Mais parler d’exigences émotionnelles, ce n’est pas tout à fait pareil que parler des émotions...?
    Oui Mélody, vous avez raison. Ce ne sont pas les émotions qui représentent un risque pour la santé, ce sont les exigences qui leur sont liées.

    Tout comme, ce n’est pas le fait d’avoir un cerisier plein de fruits dans votre jardin qui représente un risque de chute et de dommage corporel, mais c’est d’avoir l’exigence d’aller les ramasser qui rend la situation dangereuse.
    Et c’est pareil pour les émotions au travail, ou dans sa vie personnelle. Ce ne sont pas les émotions en elles-mêmes qui sont potentiellement dangereuses pour notre santé psychique, mais les exigences qui leur sont liées.
    Vous pouvez nous donner un exemple car cela n’est pas forcément clair...

    Ce n’est pas le fait d’être agacé par un client ou un usager au téléphone qui pose le plus de problème, mais c’est d’être très agacé et de devoir manifester une émotion contraire qui pose problème. Bien sûr, se faire incendier par quelqu’un au téléphone est fortement désagréable, mais si je peux l’envoyer balader en retour, ça va quand même un peu mieux...
    Or, dans notre travail, mais parfois aussi avec nos amis, notre conjoint ou nos enfants, on peut se sentir agressé.
    Nos émotions sont là, à un niveau élevé, et on ne peut pas envoyer balader tout le monde en explosant de colère… il nous faut donc gérer nos émotions, et parfois il faut plus que les gérer : il faut les réprimer !

    Alors, ça ne pose pas trop de problèmes si cela arrive juste une fois de temps en temps.
  • Être au top sur les skis et éviter les blessures © iStock

    Etre au top sur les skis et éviter les blessures

    3 mars 2022

    La montagne est un incontournable des vacances d'hiver pour beaucoup ! En même temps, elle nous offre des paysages enneigés à couper le souffle.

    Quand on pense aux vacances d’hiver, on pense à l’air frais de la montagne, aux belles randonnées et aux joies de la poudreuse,à la tartiflette, à la fondue savoyarde.. mais aussi à la fatigue , aux blessures et aux courbatures dès le début du séjour !
    Heureusement, il existe un moyen de profiter pleinement de ses journées à la montagne. En entamant une petite préparation physique pour votre saison à la montagne, vous pourrez renforcer vos appuis et votre équilibre. Il faut commencer 6 semaines auparavant.
    Comment préparer ses jambes pour le ski ? Quels muscles travailler : qu’on soit débutantes ou sportives ?
    1. Ciblez le bas du corps et le tronc
    Au ski, les muscles les plus sollicités sont ceux des membres inférieurs, notamment ceux des cuisses (quadriceps, ischio-jambiers, adducteurs et fessiers) et ceux de la sangle abdominale et du rachis. Il faut donc orienter l'entraînement sur ces parties du corps pour les renforcer et les tonifier.
    Commencez les exercices 6 semaines avant.

    2. Pratiquez des activités qui stimulent le cardio
    En premier lieu, il faut effectuer des exercices qui renforcent le système cardio-vasculaire et cardio respiratoire. Indispensable pour ne pas être essoufflé juste après avoir enfilés les chaussures ou à mi-pente d'une piste ! Pour développer son endurance et ses capacités respiratoires, certains sports
    peuvent être particulièrement recommandés tel que le vélo, du vtt, du roller, de la natation, de la course à pied ou encore de la marche nordique sur une durée minimum de 20 minutes.
    Qu’est-ce que je peux faire facilement à la maison ?
    Je vous dit tout à travers ces 6 exercices faciles à réaliser chez soi, avec ou sans matériel de sport pour se préparer physiquement au ski !

    1/ Le RENFORCEMENT DES CHEVILLES ET Le TRAVAIL DE L’EQUILIBRE
    Vous allez sentir les chevilles chauffer, voire le mollet et le tibia de la jambe qui reste au sol. Vous tombez souvent ? Des pertes d’équilibre fréquentes ? Cet exercice est fait pour vous ! Il permet d’améliorer votre équilibre dans votre quotidien, mais également pour vous maintenir droit sur vos skis.

    L’exercice du flamand rose, facile et drôle à faire en famille ;)
    Faites l’exercice pendant 1 minute chaque jambe, répétez-le 4 fois.
    Niveau 1 : Sur un pied, jambe du sol tendue, restez le plus longtemps possible. On se challenge !
    Niveau 2 : Sur un pied, ajoutez des mouvements de bras contrôlés comme des cercles de bras sur le côté ou devant vous ou faite passer une balle d’une main à l’autre autour de votre corps sans perdre l’équilibre.
    Niveau 3 : Ajouter un support instable( coussin ,une mousse )sous votre pied et monter sur la pointe de pied, cela augmente la difficulté de l'exercice et développe davantage les muscles acteurs de votre équilibre.

    2/ Le RENFORCEMENT DES JAMBES AVEC DES SQUATS
    Le renforcement des jambes améliore la stabilité du bassin, primordiale lorsqu’on enchaîne les virages et qu’on attaque les bosses des pistes, ou lors de notre descente en raquettes!
    Faites 4 séries de 30 flexions.
    - Debout, les pieds écartés à largeur des épaules, les pieds et les genoux légèrement tournés vers l’extérieur, le regard droit devant.
    - Fléchissez vos jambes en poussant les fesses vers l’arrière et en penchant légèrement le dos vers l’avant, équilibrez-vous avec les bras tendus devant. Le poids du corps dans les talons, la ligne des genoux ne doit pas dépasser celle des orteils, veillez à ne pas décoller les talons. Contractez vos
    abdominaux pour garder un dos droit et solide pendant l'exercice.
    - Re-tendez les jambes en poussant sur les talons et en contractant les fessiers. On n’oublie pas d’expirer quand on monte et d’inspirer lorsqu’on descend. À ce moment-là, vous devez sentir lesn muscles des cuisses et des fessiers chauffer.

  • 5 minutes pour moi - © RCF Sarthe (Maximilien Cadiou)

    Se connecter au moment présent

    24 février 2022
    Saviez-vous que le stress et l’anxiété sont souvent liés à un mental qui s’agite en se préoccupant soit du futur, d’évènements qui n’ont pas eu lieu ; soit du passé, où l’on peut ressasser ce qui nous a déplu dans la journée par exemple. Si on ajoute à cela les sur sollicitations par nos écrans :
    téléphone portable, ordinateur, notifications.... Notre mental
    risque la surchauffe !

    C’est pourquoi il est intéressant de ramener son attention sur des moments présents dans la journée, en y mettant toute sa conscience.
    Cela permet de débrancher le mental et d’être pleinement
    présent à soi-même. Je vous propose 3 techniques pour se reconnecter au moment présent et faire des pauses de pleine conscience dans sa
    journée :

    La méthode VAKOG :
    Abréviation pour Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif et Gustatif.
    Il s’agit de se concentrer sur ses 5 sens en vivant un moment.
    Faire des pauses VAKOG dans la journée permet donc, en se concentrant sur ses sensations, de se reconnecter au moment présent.
    Vous pouvez par exemple lors de votre pause déjeuner vous concentrer pleinement sur ce que vous êtes en train de manger : l’odeur, le goût, la texture, la température de votre repas, le bruit (croquant, croustillant...), le visuel...
    Ou encore faire une pause VAKOG lors d’une marche à l’extérieur : sentez le vent qui caresse votre visage, le soleil qui réchauffe votre dos, le contact du sol sous vos pieds, observez et écoutez ce qui vous entoure...
    Faire ces petites pauses dans la journée va vous aider au fur et à mesure à profiter de l’instant présent et à déconnecter le mental.

    La respiration, un merveilleux moyen de se reconnecter au
    moment présent :
    La respiration est l’un des moyens par excellence pour se reconnecter au moment présent et à soi. Ce n’est pas pour rien que la sophrologie est recommandée aux personnes stressées, anxieuses et qui ont du mal à lâcher-prise.
    Prenez des moments dans la journée, où vous allez faire des pauses, fermer les yeux et vous concentrer sur votre respiration.
    Prenez conscience du flux d’air qui entre et qui sort de vos poumons.
    Repérez la zone de votre corps qui bouge lors de la respiration (poitrine, cotes, ventre)
    Concentrez-vous sur la température de l’air qui passe par vos narines...

    Si vous stressez vous pouvez prolonger l’expiration en l’exagérant, vous pouvez aussi essayer de respirer plutôt par le ventre pour vous relaxer.

    Prenez 10 minutes de méditation pleine conscience. La méditation pleine conscience nous aide à être plus dans l’instant présent tout en faisant taire le mental. On se place en observateur : on observe sa respiration, ses émotions et ses pensées sans les juger. Il s’agit d’être dans le moment présent.
    Vous pouvez vous aider si vous débutez, avec des méditations
    guidées.
    L’application la plus connue est Petit Bambou et elle propose 10 méditations gratuites, mais vous en trouverez plein sur Youtube également. Vous pouvez aussi vous inscrire à des cours de méditation si vous avez du mal à vous lancer seuls.
    Sachez que vous n’avez pas besoin de méditer des heures durant. 10 minutes par jour suffisent déjà pour remarquer un vrai mieux-être.
    Vous serez plus serein et arriverez à prendre du recul sur les situations stressantes en gérant mieux vos émotions.

    Méditez avec moi :
    Tous les lundis soirs (hors vacances scolaires) à l’association Spirales au centre Beaulieu au Mans
    https://www.centrebeaulieu-lemans.fr/activites/meditation/
    Adresse : 176 avenue François Chancel – 72000 Le Mans
    1er cours de découverte gratuit !

    En savoir plus sur la Naturopathie et Julia Collet : https://www.juliacollet.com/
  • © iStock

    Se connecter au moment présent

    24 février 2022

    Saviez-vous que le stress et l’anxiété sont souvent liés à un mental qui s’agite en se préoccupant soit du futur, d’évènements qui n’ont pas eu lieu ; soit du passé, où l’on peut ressasser ce qui nous a déplu dans la journée par exemple. Si on ajoute à cela les sur sollicitations par nos écrans :
    téléphone portable, ordinateur, notifications.... Notre mental
    risque la surchauffe !

    C’est pourquoi il est intéressant de ramener son attention sur des moments présents dans la journée, en y mettant toute sa conscience.
    Cela permet de débrancher le mental et d’être pleinement
    présent à soi-même. Je vous propose 3 techniques pour se reconnecter au moment présent et faire des pauses de pleine conscience dans sa
    journée :

    La méthode VAKOG :
    Abréviation pour Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif et Gustatif.
    Il s’agit de se concentrer sur ses 5 sens en vivant un moment.
    Faire des pauses VAKOG dans la journée permet donc, en se concentrant sur ses sensations, de se reconnecter au moment présent.
    Vous pouvez par exemple lors de votre pause déjeuner vous concentrer pleinement sur ce que vous êtes en train de manger : l’odeur, le goût, la texture, la température de votre repas, le bruit (croquant, croustillant...), le visuel...
    Ou encore faire une pause VAKOG lors d’une marche à l’extérieur : sentez le vent qui caresse votre visage, le soleil qui réchauffe votre dos, le contact du sol sous vos pieds, observez et écoutez ce qui vous entoure...
    Faire ces petites pauses dans la journée va vous aider au fur et à mesure à profiter de l’instant présent et à déconnecter le mental.

    La respiration, un merveilleux moyen de se reconnecter au
    moment présent :
    La respiration est l’un des moyens par excellence pour se reconnecter au moment présent et à soi. Ce n’est pas pour rien que la sophrologie est recommandée aux personnes stressées, anxieuses et qui ont du mal à lâcher-prise.
    Prenez des moments dans la journée, où vous allez faire des pauses, fermer les yeux et vous concentrer sur votre respiration.
    Prenez conscience du flux d’air qui entre et qui sort de vos poumons.
    Repérez la zone de votre corps qui bouge lors de la respiration (poitrine, cotes, ventre)
    Concentrez-vous sur la température de l’air qui passe par vos narines...

    Si vous stressez vous pouvez prolonger l’expiration en l’exagérant, vous pouvez aussi essayer de respirer plutôt par le ventre pour vous relaxer.

    Prenez 10 minutes de méditation pleine conscience. La méditation pleine conscience nous aide à être plus dans l’instant présent tout en faisant taire le mental. On se place en observateur : on observe sa respiration, ses émotions et ses pensées sans les juger. Il s’agit d’être dans le moment présent.
    Vous pouvez vous aider si vous débutez, avec des méditations
    guidées.
    L’application la plus connue est Petit Bambou et elle propose 10 méditations gratuites, mais vous en trouverez plein sur Youtube également. Vous pouvez aussi vous inscrire à des cours de méditation si vous avez du mal à vous lancer seuls.
    Sachez que vous n’avez pas besoin de méditer des heures durant. 10 minutes par jour suffisent déjà pour remarquer un vrai mieux-être.
    Vous serez plus serein et arriverez à prendre du recul sur les situations stressantes en gérant mieux vos émotions.

    Méditez avec moi :
    Tous les lundis soirs (hors vacances scolaires) à l’association Spirales au centre Beaulieu au Mans
    https://www.centrebeaulieu-lemans.fr/activites/meditation/
    Adresse : 176 avenue François Chancel – 72000 Le Mans
    1er cours de découverte gratuit !

    En savoir plus sur la Naturopathie et Julia Collet : https://www.juliacollet.com/

  • © iStock

    Prophétie auto-réalisatrice : quand on fabrique ce que l'on redoute

    10 février 2022
    Bonjour Sébastien, alors avez-vous pu gérer vos émotions de la dernière
    fois ?
    Bonjour Mélody ! Et oui, j’ai réussi à ne pas réagir avec une hyper-sensibilité,
    c’est-à-dire que j’ai eu une émotion adaptée au contexte, donc par exemple je
    n’ai pas été en colère au lieu d’être inquiet, et mon émotion était aussi adapté sur son intensité : ni trop forte, ni trop faible.
    D’ailleurs, j’en ai fait une sorte de mantra du genre « j’ai la capacité à ressentir
    la bonne émotion avec la bonne intensité », mantra que je me répète en boucle, en espérant que cela marche…

    Ah, vous voulez dire que vous tentez de pratiquer la prophétie auto-
    réalisatrice en espérant que cela fonctionne…
    Oui, c’est à peu près ça… C’est ce qu’on appelle l’effet pygmalion quand c’est
    positif, et effet Golem quand c’est négatif.
    Vous savez, il y a eu de nombreuses études en psychologie sociale qui ont été
    réalisées sur ce sujet, en donnant par exemple des grenouilles à disséquer à des étudiants.
    A un groupe on leur disait qu’il n’y avait pas grand-chose d’intéressant dans ces grenouilles, et les étudiants n’ont effectivement rien trouvé de particulièrement intéressant.
    A l’autre groupe, on leur a donné des grenouilles en leur disant que celles-ci
    détenaient des caractéristiques particulières, et les étudiants ont trouvé des
    éléments très intéressants.
    Or, on leur avait donné les mêmes grenouilles, mais pas le même message…

    Cela signifie que le discours que l’on porte sur les choses, sur les situations,
    sur les actions à venir peut influencer ce que les gens vont penser ou faire,
    malgré l’objectivité des faits devant eux ?
    Oui, c’est exactement ça !
    Une autre expérience a demandé a un groupe de garçon et de filles de dessiner des figures géométriques, et on a noté que les garçons ont nettement mieux réussi les figures que les filles.
    Puis on a demandé à un autre groupe de garçons et de filles de faire des dessins précis, et là, ce sont les filles qui ont nettement mieux réussi les dessins que les garçons.

    Est-ce que cela signifie que les garçons sont meilleurs en géométrie et les
    filles meilleures en dessins ? Que les garçons sont plus « logiques » et les
    filles plus « artistes » ?
    On pourrait le croire, en effet, et en tirer des conclusions hâtives sur les qualités inhérentes au fait d’être garçon ou fille. Mais ce serait oublier qu’en réalité, on a donné les mêmes choses à dessiner à tous les groupes, et que c’est seulement le discours qui a présenté la tâche à faire qui a été changé :
    - d’un côté on a demandé de faire de la géométrie,
    - de l’autre côté on a demandé de faire du dessin.
    Alors si les productions à réaliser étaient les mêmes, et que seul le discours tenu dans la consigne était différent, cela indique que la consigne, avec ce qu’elle a d’implicite dans nos représentations sociales et de genre, d’une supposée maîtrise d’une discipline selon les sexes, eh bien ce discours a activé des représentations sociales fausses sur les capacités ou incapacités selon les sexes.
    Et les participants aux tests ont suivi ces représentations fausses qui les rendait capables ou incapable de réaliser soit des figures géométriques, soit des dessins, alors qu’il s’agissait des mêmes tâches graphiques !

    Comme quoi, on peut provoquer chez les gens des situations qui sont
    contraires à leurs capacités, juste parce qu’on les a mis dans des cases
    limitantes, au lieu de les mettre dans des cases qui les développeraient !
    Oui… D’ailleurs, ça me fait penser à notre situation économique actuelle. Vous
    savez, on parle de pénurie dans plein de domaines de l’industrie. Eh bien, j’étais mi-janvier en Charentes Maritimes en visite d’un vigneron qui produit du vin blanc, du vin rouge et du cognac. C’est un sujet qui m’intéresse car j’ai moi-même une petite vigne avec ma compagne, et nous faisons notre vin nous-même. Avec ce vigneron, on a donc parlé taille de la vigne, cépages, fermentation alcoolique.
  • Marcher pieds nus, c'est bon pour la santé © iStock

    A vos marques, prêt, pieds nus !

    3 février 2022

    Si je vous dis, escarpins, boots, scandales, bottes, basquets, derbies,.. Vous pensez à quoi ?
    Chaussures ?

    En effet aujourd’hui, nous enlevons nos chaussures pour marcher pieds nus car c’est bon pour la santé.
    Qu’il est bon, l’été, de quitter chaussettes et chaussures, pour marcher pieds nus dans le sable ou dans l’herbe ! Une habitude qui fait vraiment du bien.
    À part à la plage l’été, rares sont ceux d’entre nous qui marchent régulièrement pieds nus.
    Socialement peu acceptable. On marche que très rarement pieds nus à l’extérieur comme à la maison.
    Et pourtant, laisser ses pieds respirer et oser les laisser entrer en contact avec le sol a de nombreux bénéfices, chez les adultes et surtout chez les enfants.
    L’inconvénient principal, qui n’est pas des moindre, est que l’on risque de se blesser en marchant sur un objet tranchant. C’est vrai, mais nos pieds ont cependant les moyens de compenser ce risque : plus l’on marche pieds nus et plus la peau devient résistante...

    Pourquoi est-il bon de marcher pieds nus ?
    Un meilleur équilibre et la coordination Se déplacer pieds nus contribue à muscler les pieds et les membres inferieurs tout en améliorant
    leur proprioception, qui est la perception inconsciente des mouvements et de l’orientation dans l’espace, cela envoie des informations nerveuses vers le cerveau et permet de nous adapter en permanence à notre environnement.
    Les signaux entre les pieds et la tête sont réactivés et le sens du toucher peut à nouveau se développer.
    Dérouler son pied naturellement
    Marcher sans chaussures permet aussi d’utiliser son pied d’une façon plus naturelle : en posant le talon en premier, puis en déroulant la plante et la pointe. Le pied est composé d’une vingtaine de muscles, de 107 ligaments, d’os et il a besoin d’être travaillé pour fonctionner correctement.
    Marcher pieds nus permet de gagner en adresse et en agilité. Une manière de réveiller tous nos petits capteurs (200 au cm2) qui nous rendent plus vigilants.

    Stimuler la circulation sanguine
    Marcher pieds nus permet ainsi de stimuler la circulation sanguine, de faciliter l’oxygénation du corps ainsi que l’apport des nutriments vers les organes et les muscleset donc evite l’effet jambe lourde.

    Muscler ses pieds
    Marcher pieds nus permet de remuscler nos pieds pour qu’ils remplissent leur rôle de stabilisateur et qu’ils évitent de se raidir avec le temps. Les muscles du mollet, de la jambe et du dos sont aussi tonifiés. Le corps est renforcé.
    Pour stimuler nos 200 000 terminaisons nerveuses
    Les bébés ont particulièrement intérêt à marcher pieds nus car cela leur permet d’avoir une meilleure sensation et conscience du sol, ils sont plus connectés à leur environnement. C’est ce qui est recommandé aux parents, au moins jusqu’au moment où les enfants commencent à bien
    marcher.

    Et la course pieds nus ?
    Le pied est naturellement fait pour courir. Il ne devrait pas avoir besoin de chaussures modernes qui amortissent les ondes de choc. Mais attention : vous lancer dans un running pieds nus demande de l’entraînement. La première fois, essayez de courir seulement dix minutes. Puis ajoutez une minute
    le lendemain, progressivement. Le pied doit se former à sa nouvelle activité pied nus.
    Choisissez soigneusement le lieu de votre course : pas de sol brûlant, comme le béton, préférez une surface plane comme un chemin de randonnée (sans cailloux ni épines) ou une plage de sable fin.

    Comment prendre soins de mes pieds ?
    Après avoir marché pieds nus, ou après une longue marche en général, accordez-vous un peu de temps pour chouchouter vos pieds. Pour les détendre, trempez-les dans une bassine d’eau tiède avec du gros sel et pourquoi pas quelques gouttes d’huiles essentielles.
    Complétez ce soin avec un massage de la voûte plantaire et des orteils. Vous pouvez aussi utiliser une balle de golf en exerçant des pressions du talon jusqu’aux orteils.

    Et il existe des exercices pour muscler des pieds ?

  • Fleurs de Bach © iStock

    Mieux gérer ses émotions avec les Fleurs de Bach

    27 janvier 2022

    les fleurs de Bach qu'est ce que c'est ?

    Les fleurs de Bach ont été mises au point par le Dr Bach dans les années 1930. Ce médecin londonien, bactériologiste d’abord très cartésien découvre qu’il n’est plus pleinement satisfait par son métier après avoir soigné des blessés de la première guerre mondiale.
    Il s’intéresse d’abord à l’homéopathie avant de créer ses 38 fleurs de Bach. Selon le Dr Bach, nous sommes en santé quand nous sommes pleinement nous-mêmes, or certaines émotions nous en empêchent. C’est ainsi que les fleurs de Bach ont été créé.
    Concrètement ce sont des fioles où la macération de fleurs au soleil a été extrêmement diluée dans un mélange d’eau et de cognac.
    Aujourd’hui la recherche continue et il existe plus de 100 fleurs de Bach différentes.

    Comment cela fonctionne t-il ?

    Le Dr Bach a établi qu’à chaque fleur correspond une émotion. Les fleurs de Bach font partie des méthodes holistiques qui considèrent que nous sommes plus qu’un corps physique.
    Les fleurs de Bach travaillent essentiellement sur l’émotionnel. Aujourd’hui la manière la plus scientifique de l’expliquer serait d’utiliser la physique quantique qui considère que tout est vibration.
    En prenant une fleur de Bach, celle-ci émet une vibration bien plus élevée que l’émotion à laquelle vous êtes confrontée. Et cela permet de la dépasser.

    Exemples concrets d’émotions et de fleurs de Bach :
    Pour la colère : le houx
    Pour les peurs :
    - Peurs concrètes (peur du noir, peur de la maladie, peur
    de la mort...) : Mimulus Jaune
    - Peurs paniques, la terreur : Hélianthème
    - Peur de perdre la raison de craquer : Prunus
    - Peurs inexpliquées, qui peuvent provoquer des tremblements : Tremble
    Manque de confiance en soi : Mélèze
    Ne pas réussir à dire non aux autres et oui à soi : Centaurée
    Idées fixes, obsessionnelles, mental qui cogite : Marronnier blanc
    Chocs récent ou passé, mauvaise nouvelle : Étoile de Bethléem
    Lors de période de changements (changement de travail, déménagement, arrivée de bébé...) : Noyer

    On peut prendre les fleurs de Bach ponctuellement comme le Rescue, ou en cure de 3 à 4 semaines, voire sur plusieurs mois. Tout dépend des objectifs de la personne, de l’intensité et de la durée de l’existence de l’émotion.
    Si l’émotion fait partie de notre personnalité (autoritaire, craintif, manque de confiance en soi depuis l’enfance...) cela va prendre plusieurs mois.
    Si l’émotion est plus récente cela en prendra moins.
    Chaque individu est différent mais en moyenne il faut attendre 2 semaines avant de voir des résultats flagrants. Les enfants par exemple réagissent très bien et très rapidement aux fleurs de Bach.

    Un laboratoire que je recommande, où l’on peut faire son
    propre mélange : https://www.deva-lesemotions.com/

    Tableau des émotions du Dr. Bach : https://www.onatera.com/page-comment-choisir-parmi-les-38-
    les-fleurs-de-bach,253.html

    En savoir plus sur la Naturopathie et Julia Collet :
    https://www.juliacollet.com/

  • Préparer son esprit au télétravail pour écouter les signaux de son corps © iStock

    Préparer son esprit au télétravail

    20 janvier 2022
    Après avoir vu comment on prépare son corps au télétravail pour éviter toutes douleurs, Linda Havard prodigues quelques conseils pour entraîner son esprit à cet exercice et rester attentif aux signaux de notre corps
  • L'hypersensibilité © PlusSensible

    Être ou ne pas être hypersensible

    13 janvier 2022

    Bonjour Sébastien, comment allez-vous en ce début d’année ?
    Bonjour Mélody, eh bien j’oscille entre une forte envie de pleurer et une forte
    envie de me mettre en colère car j’ai été contrarié par un collègue qui ne s’est
    pas rendu pas compte de ce qu’il m’a dit…

    Ah bon ? Ne seriez-vous pas un peu susceptible ?
    Eh bien ça dépend. Si je me vexe ou si je ressens de la colère pour si peu, alors je suis susceptible. Mais si je pleure pour si peu, alors je suis hypersensible.
    Notez que dans les deux cas, je reste avec une sensibilité beaucoup trop forte aux interactions sociales, et que cela m’amène à la fois des difficultés
    émotionnelles à gérer, mais aussi des problèmes avec les autres.

    Mais cela vient d’où ?
    Certains pourraient chercher dans mon enfance, savoir si j’ai été bercé plus à
    droite qu’à gauche, plus bercé par mon père ou ma mère, ou si je suis l’aîné de
    la fratrie qui doit tout assumer et donner le modèle, ou le second qui a du mal à trouver sa place, ou le dernier que l’on chouchoute trop, ou le premier qui perd sa place quand le second arrive… Ou l’inverse de tout cela, car quand on veut psychologiser, eh bien on fait feu de tout bois !
    Or, ce serait faire de la psychologie de comptoir, et vous savez, en cette mi-
    janvier, eh bien les comptoirs sont interdits !
    On pourrait aussi penser que la cause vient d’autrui, par exemple que c’est
    l’autre qui me parle mal, et donc heurte ma sensibilité.
    Dans ce cas, ce serait rejeter sur autrui la responsabilité de mes propres réactions émotionnelles, lesquelles viennent de moi et non des autres.
    Ah oui, comme quand les gens disent « tu m’énerves »… alors que ce sont
    eux-mêmes qui s’énervent sur autrui…
    Exactement ! penser que cela vient d’autrui, c’est penser que les autres doivent avoir pour centre d’attention ma propre sensibilité à fleur de peau, visiblement un peu exacerbée, ce que d’autres appellent être susceptible…
    De là à dire que cela me permettrait d’être un brin irresponsable de mes
    réactions émotionnelles, il n’y a qu’un pas…

    Mais alors, quelle serait la cause de cette hypersensibilité ?
    Eh bien, on peut faire une sorte de circuit des émotions pour tenter de décrypter le mécanisme.
    Ainsi, l’émotion n’est pas le départ de la chose, mais sa conséquence, et ce n’est pas non plus la dernière étape du circuit. Car après l’émotion trop vive, il y a l’action ou la réaction qui va s’imposer à nous, dominé par nos émotions et non par la raison ! Et nous voici devenus susceptible, ou hypersensible…

    A quel moment la difficulté arrive-t-elle alors ?
    Eh bien, le point de départ va être l’analyse qu’on va faire de la situation. Je vais vous donner un exemple de vie de couple qui m’a été rapporté.
    Une femme commence en premier à faire la vaisselle, à 1h du matin, après le
    départ des amis. L’homme prend une poêle pour la laver à côté d’elle, dans
    l’autre bac de l’évier. Dans cette situation, on peut s’attendre à ce que madame soit ravie de l’initiative de monsieur, d’autant plus qu’il est 1h du matin.
    Or, elle s’énerve brutalement car il se met à faire ce qu’elle était en train de
    faire. Elle a le sentiment qu’il ne la respecte pas puisqu’il intervient sans le lui
    demander, et que, en quelque sorte, il lui prend sa place.

    Donc là, vous nous décrivez la situation de départ. Comment agit
    l’hypersensibilité ici ?
    Eh bien de façon assez simple. Lui était animé par la volonté de participer à
    vaisselle pour que cela aille vite, d’autant qu’il était 1h du matin et qu’il avait
    plus envie de se coucher que de faire la vaisselle.
    Elle, elle était animée par l’envie contraire, celle de faire la vaisselle plutôt que
    d’aller se coucher malgré l’heure tardive. Et elle pensait visiblement que cela lui
    revenait, qu’elle en avait la responsabilité, ou la gestion.
    L’initiative de son conjoint a été ressenti comme quelque chose d’agressif. Cela a généré un premier sentiment, celui de ne pas être respectée, voire agressée,

Vous avez parcouru 20 épisodes sur 36

Afficher plus

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don