Accueil
"Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel..." ((Lc 12, 54-59)
Partager

"Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel..." ((Lc 12, 54-59)

Un article rédigé par Jean-Marie Petitclerc (50913) - RCF, le 27 octobre 2023  -  Modifié le 27 octobre 2023
Prière du matin "Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel..." ((Lc 12, 54-59)

"Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ?"

 

Méditation de l'évangile (Lc 12, 54-59) par le père Jean Marie Petitclerc

 

Chant final: "Béni sois-tu, père de Jésus" par les Fraternités Monastiques de Jérusalem

alek-krivec-UNSPLASH alek-krivec-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    Jésus disait aux foules :
« Quand vous voyez un nuage monter au couchant,
vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir,
et c’est ce qui arrive.
    Et quand vous voyez souffler le vent du sud,
vous dites qu’il fera une chaleur torride,
et cela arrive.
    Hypocrites !
Vous savez interpréter
l’aspect de la terre et du ciel ;
mais ce moment-ci,
pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ?
    Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes
ce qui est juste ?
    Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat,
pendant que tu es en chemin
mets tout en œuvre pour t’arranger avec lui,
afin d’éviter qu’il ne te traîne devant le juge,
que le juge ne te livre à l’huissier,
et que l’huissier ne te jette en prison.
    Je te le dis :
tu n’en sortiras pas
avant d’avoir payé jusqu’au dernier centime. »

Source : AELF

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc

                Nous voici donc appelés ce matin à déployer, dans le domaine de la lecture des signes des temps, la même attention que celle que nous accordons aux prévisions météorologiques (qui encadrent chaque soir le journal télévisé de 20h) .

                Alors, permettez-moi de revenir ce matin sur les émeutes du début de l’été qui ont secoué notre pays. Au-delà de l’effet de sidération provoqué par la soudaineté et la violence incontrôlables de ces évènements, il est important, une fois une apparente paix sociale revenue, d’en prendre la mesure et de de tenter d’en comprendre le sens, afin d’élaborer des pistes d’action permettant d’éviter que la situation s’enflamme à nouveau.

                Méfions-nous des solutions simplistes. Certains parlent de la création de 2 000 postes de policiers supplémentaires et de l’ouverture par département d’un centre éducatif fermé dont la capacité tourne autour d’une dizaine de jeunes. Sachant que la géographie de la politique de la ville dénombre un millier de quartiers qualifiés de sensibles, à qui peut-on faire croire que l’affectation de deux policiers supplémentaires et l’enfermement d’un jeune par quartier changerait quoi que ce soit à la nature du problème posé.

                Non, il s’agit de prendre le temps de mesurer ce problème dans toutes ses dimensions, celle liée au fonctionnement de la famille (déresponsabilisation parentale), de l’école (absence de perspectives pour bon nombre de jeunes), de la société (ghettoïsation de certains quartiers, difficultés d’intégration de la jeunesse issue de l’immigration, faiblesse du tissu associatif).

           Puissions-nous aujourd’hui nous intéresser à cette recherche, afin d’éviter que les jeunes de ces quartiers nous redisent : « C’est seulement quand ça brûle qu’on s’intéresse à nous ! »

            Nous voici invités par Jésus à interpréter les moments que nous vivons. N’est-ce pas là une tâche accomplie par le synode des évêques ? Et puissions-nous aujourd’hui faire nôtre cette tâche !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don