Accueil
"Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui." (Jn 1, 45-51)
Partager

"Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui." (Jn 1, 45-51)

Un article rédigé par Père Arnaud Alibert (50463) - RCF, le 24 août 2022  -  Modifié le 24 août 2022
Prière du matin "Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui." (Jn 1, 45-51)

"Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui."

Méditation de l'évangile (Jn 1, 45-51) par le père Arnaud Alibert

Chant final: "Voici le Seigneur, le fils de Dieu" par la communauté de l'Emmanuel

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
    Philippe trouve Nathanaël et lui dit :
« Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes,
nous l’avons trouvé :
c’est Jésus fils de Joseph,
de Nazareth. »
    Nathanaël répliqua :
« De Nazareth
peut-il sortir quelque chose de bon ? »
Philippe répond :
« Viens, et vois. »
    Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui,
il déclare à son sujet :
« Voici vraiment un Israélite :
il n’y a pas de ruse en lui. »
    Nathanaël lui demande :
« D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond :
« Avant que Philippe t’appelle,
quand tu étais sous le figuier,
je t’ai vu. »
    Nathanaël lui dit :
« Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu !
C’est toi le roi d’Israël ! »
    Jésus reprend :
« Je te dis que je t’ai vu sous le figuier,
et c’est pour cela que tu crois !
Tu verras des choses plus grandes encore. »
    Et il ajoute :
« Amen, amen, je vous le dis :
vous verrez le ciel ouvert,
et les anges de Dieu monter et descendre
au-dessus du Fils de l’homme. »

Source : AELF

Méditation  Père Arnaud Alibert

Que s’est-il passé sous le figuier de Nathanaël, que la Tradition appelle aussi Barthélémy, apôtre dont nous célébrons la fête aujourd’hui ? S’agissait-il d’un temps de repos, de prière ou bien d’un pique-nique champêtre… Les fins connaisseurs de la Bible, dont je ne suis pas, nous enseignent qu’il y a là une image bien sémitique qui pourrait bien renvoyer à l’attitude de celui qui étudie les textes. Jésus ferait donc référence ici au fait que Nathanaël-Barthélémy est un savant qui cherche à percer le mystère de Dieu à travers les Écritures, raison pour laquelle Jésus dira de lui qu’il est un homme sans ruse.

Observons l’itinéraire de connaissance du texte d’aujourd’hui. Il commence par la question de l’identité de Jésus à la fois fils de Joseph et Messie attendu, puis rebondit sur la personne de Nathanaël, quel genre d’homme et de croyant il est et enfin s’ouvre sur une promesse : celle d’une connaissance plus grande encore, qui dépasse les livres et les témoignages, une connaissance que Jésus offre à ceux qui veulent le suivre. En ce premier chapitre de l’Évangile de Jean, il nous faut donc entendre le viens et vois de Philippe, adressé non pas seulement à Nathanaël mais à chacun de nous.

Viens et vois pour changer de cœur. Nathanel répond « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon ? » N’avons-nous pas besoin nous aussi de cesser de formuler ce genre de jugement. Rappelons-nous que la fête de saint Barthélémy est marquée dans l’histoire de France par le sang protestant répandu lors du massacre éponyme au cours duquel des milliers de protestants ont perdu la vie, en raison de leur foi. De la Réforme protestante peut-il sortir quelque chose de bon devaient se demander les sinistres commanditaires !

Que cette triste mémoire nourrisse en nous aujourd’hui une prière pour l’unité des chrétiens. Laissons naitre dans notre cœur un élan fraternel inspiré par Dieu lui-même, en faveur de nos chers frères protestants. Que notre prière s’élargisse aussi à nos frères orthodoxes dans la tourmente du schisme récent entre Constantinople et Moscou et de la guerre en Ukraine, terre du baptême de Vladimir.

Dieu nous veut unis et en paix. Écoutons-le et suivons-le !

Bonne journée dans la Paix de Dieu.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don