Accueil
" Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde " (Jn 1, 29-34)
Partager

" Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde " (Jn 1, 29-34)

Un article rédigé par Jean-Marie Petitclerc (50913) - RCF, le 3 janvier 2024  -  Modifié le 3 janvier 2024
Prière du matin " Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde " (Jn 1, 29-34)

" Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde "

 

Méditation de l'évangile (Jn 1, 29-34) par le Père Jean-Marie Petitclerc

 

Chant final : " Jésus, tu es le Christ " par Emmanuel (Communauté de l')

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le lendemain, voyant Jésus venir vers lui,
Jean le Baptiste déclara :
« Voici l’Agneau de Dieu,
qui enlève le péché du monde ;
c’est de lui que j’ai dit :
L’homme qui vient derrière moi
est passé devant moi,
car avant moi il était.
Et moi, je ne le connaissais pas ;
mais, si je suis venu baptiser dans l’eau,
c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage :
« J’ai vu l’Esprit
descendre du ciel comme une colombe
et il demeura sur lui.
Et moi, je ne le connaissais pas,
mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit :
“Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer,
celui-là baptise dans l’Esprit Saint.”
Moi, j’ai vu, et je rends témoignage :
c’est lui le Fils de Dieu. »

Source : AELF

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc    

Voici que nous assistons aujourd’hui à une rencontre fondatrice, celle de Jean Baptiste et Jésus.

            Et c’est Jean Baptiste qui présente Jésus à la foule de ses disciples avec cette formule qui continue de proclamer aujourd’hui tout président de célébration eucharistique avant la communion : « Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève les péchés du monde ! »

            Et Jean livre alors son témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe, et il demeure sur lui ! » Permettez-moi une petite précision grammaticale. La proposition « comme une colombe » s’applique au verbe « descendre ». Lorsque je dis, par exemple, qu’un homme court comme une gazelle, je ne dis pas qu’il prend la forme d’une gazelle. Je dis seulement qu’il court très vite, car ce qui caractérise la gazelle, c’est sa vitesse. De même, rappelons que ce qui caractérise la colombe, c’est d’être l’oiseau de la planète dont le vol est le plus silencieux. On ne l’entend pas venir. Dire que l’Esprit descend « comme une colombe », c’est signifier qu’on ne l’a pas vu venir, car, comme Jésus le dira un peu plus tard, « l’Esprit, on ne sait ni d’où il vient, ni où il va. »

            Fort de l’expérience de cette rencontre, Jean témoigne de la filiation divine de Jésus. Ayons bien conscience que proclamer « Jésus est Fils de Dieu » ne constitue pas un enseignement mais ne peut être que le témoignage d’une rencontre.

            Au début de cette année nouvelle, puissions-nous à notre tour, après avoir rencontré Jésus durant la nuit de Noël, proclamer à la manière de Jean : « Je rends témoignage : c’est le Fils de Dieu. »

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don