Accueil
"Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie" (Mc 1, 7-11)
Partager

"Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie" (Mc 1, 7-11)

Un article rédigé par Soeur Catherine de Coster (59912) - RCF, le 8 janvier 2024  -  Modifié le 8 janvier 2024
Prière du matin "Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie" (Mc 1, 7-11)

"Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie"

 

Méditation de l'évangile (Mc 1, 7-11) par Sœur Catherine de Coster

 

Chant final : "Tu es mon fils bien aimé" par la Communauté de l'Emmanuel

alexandra-seinet alexandra-seinet
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jean le Baptiste proclamait :
« Voici venir derrière moi
celui qui est plus fort que moi ;
je ne suis pas digne de m’abaisser
pour défaire la courroie de ses sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ;
lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »

En ces jours-là,
Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée,
et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain.
Et aussitôt, en remontant de l’eau,
il vit les cieux se déchirer
et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
Il y eut une voix venant des cieux :
« Tu es mon Fils bien-aimé ;
en toi, je trouve ma joie. »

Source : AELF

Méditation  Sœur Catherine de Coster

Quel mouvement intérieur a bien pu décider Jésus à se mettre dans les pas des hommes et des femmes de son peuple pour se faire baptiser, lui aussi, dans les eaux du Jourdain ? Eux tous viennent confesser leurs péchés, mais Jésus … ?

L’idée que nous nous faisons du Fils de Dieu résiste à cette hypothèse. Pourtant, tout à l’écoute de la volonté du Père, il se décide à faire le pas, il découvre que sa place est d’être au plus bas, avec nous et pour nous, là où le péché défigure le monde et l’humanité. Et il remontera définitivement des eaux dans sa victoire sur le mal et la mort.

Jean qualifie Jésus de « plus fort que lui. » Mais quelle est la force de Celui qui se comporte comme tous les petits de son peuple ? C’était la force d’un enfant, loin du pouvoir violent et arrogant de ce monde. C’est maintenant la force de l’amour du Père qui donne vie à toute créature, pardonne les fautes, réconcilie les ennemis, transforme le mal en bien.

Et c’est la force du Père qui en son Fils se dépouille de sa gloire pour instaurer dans le monde le règne de Dieu, règne de justice et de paix où les relations se vivent de bas en haut. Lui, de condition divine ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu, mais il s’anéantit lui-même, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes …

Jésus descend … et quand il remonte du plus bas, il voit les cieux se déchirer … et il entend la voix du Père. Seul celui qui descend au milieu de ses frères, seul celui qui se fait l’un d’eux sans supériorité, qui fait corps avec toute humanité, seul celui-là est reconnu par le Père : Tu es mon Fils Bien-Aimé, tu as toute ma faveur.

Tel est le mouvement du baptême de Jésus et le nôtre : plongée dans notre humanité où Dieu est lui-même descendu pour se faire l’un de nous. Avec Jésus, descendons, nous aussi pour nous tenir au milieu des hommes. Et que le Père, en nous voyant, nous reconnaisse et puisse dire de nous « tu es mon fils, tu es ma fille bien-aimée ».

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don