Accueil
"Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle"Jn 6,60-69
Partager

"Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle"Jn 6,60-69

Un article rédigé par Mgr Emmanuel Gobilliard (50843) - RCF, le 7 mai 2022  -  Modifié le 7 mai 2022
Prière du matin "Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle"Jn 6,60-69

"Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle"

Méditation de l'évangile (Jn 6, 60-69) par Mgr Emmanuel Gobilliard

Chant final: "Seigneur à quel autre" par Dan Luiten

andrew-pons-UNSPLASH andrew-pons-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus avait donné un enseignement
dans la synagogue de Capharnaüm.
Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent :
« Cette parole est rude !
Qui peut l’entendre ? »
Jésus savait en lui-même
que ses disciples récriminaient à son sujet.
Il leur dit :
« Cela vous scandalise ?
Et quand vous verrez le Fils de l’homme
monter là où il était auparavant !…
C’est l’esprit qui fait vivre,
la chair n’est capable de rien.
Les paroles que je vous ai dites sont esprit
et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. »
Jésus savait en effet depuis le commencement
quels étaient ceux qui ne croyaient pas,
et qui était celui qui le livrerait.
Il ajouta :
« Voilà pourquoi je vous ai dit
que personne ne peut venir à moi
si cela ne lui est pas donné par le Père. »

À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent
et cessèrent de l’accompagner.
Alors Jésus dit aux Douze :
« Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit :
« Seigneur, à qui irions-nous ?
Tu as les paroles de la vie éternelle.
Quant à nous, nous croyons,
et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »

Source : AELF

Méditation Mgr Emmanuel Gobilliard

Cette parole est exigeante, cette parole est dure nous dit Jésus et à partir de ce moment-là, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. L’Évangile que nous venons d’entendre est un de mes évangiles préférés. Pourquoi ? Parce qu’il nous rappelle combien Jésus est un homme libre. Il n’est pas venu pour plaire, il n’est pas venu pour recueillir nos suffrages ou pour être élu, il n’est pas venu pour faire des millions de vues sur les réseaux sociaux, il n’est pas venu pour plaire. Il est venu pour nous aimer, pour nous sauver, pour nous dire la vérité de message de l’Évangile. Dans le monde actuel où on like à tour de bras et où on est prêt à toutes les compromissions pour se faire aimer, pour devenir connu, cela me fait plaisir de savoir que la parole de Jésus est absolument fiable, solide, parce que profondément libre. Il accomplit sa mission et tant pis si certains ne sont pas d’accord. Il ne va pas faire un référendum et il n’a que faire des sondages. Cela fait tellement plaisir, c’est tellement rassurant de rencontrer des hommes et des femmes qui ne parlent pas uniquement pour se faire aimer, mais qui parlent au nom de la vérité, pour nous aider, pour nous aimer, parfois sans retour.

Jésus est exigeant et cela me fait plaisir aussi parce que je sais qu’on n’a rien sans rien, que pour atteindre les sommets, il faut être capables de transpirer, de se préparer, de former une équipe et de se mettre en route. Toutes les grandes joies ont aussi leurs grandes exigences. Avoir un enfant est probablement la plus grande joie qui soit donnée à un être humain, mais c’est aussi très exigeant, comme se marier, ou se consacrer au Seigneur. Avoir un métier passionnant aussi, c’est très exigeant est cela demande de gros efforts. Alors évidemment le bonheur éternel, cela implique une exigence. L’exigence dont parle Jésus, les efforts qu’il nous demande de faire sont pourtant si faciles. En fait il ne nous demande pas de gros efforts, de gros sacrifices, il nous demande seulement de nous laisser faire, de renoncer à notre volonté propre et d’entrer dans son projet d’amour, renoncer à vouloir tout diriger et accepter de nous laisser ressusciter. Il nous suffit d’entrer dans la simplicité de son enseignement, dans la simplicité des moyens qu’il nous propose et l’un des moyens qu’il nous propose, c’est l’Eucharistie, c’est sa vie à recevoir sous la forme du pain et du vin. C’est accepter qu’il se donne à nous aussi pauvrement. Cela me rappelle la guérison de Naaman le Syrien par Élisée. Cet homme est lépreux et il va voir Élisée qui lui propose de se baigner dans le fleuve. Il s’attendait à quelque chose de compliqué, de savant, de difficile. Finalement il va être guéri en se baignant et même sauvé en recevant la foi, tout simplement en se laissant envahir par la simplicité de Dieu. Accueillons la simplicité de l’Eucharistie, la simplicité de l’eau baptismale, c’est par cette simplicité que notre Dieu veut se donner. Apprenons de lui la simplicité et l’humilité. Et c’est très exigeant d’accepter d’être simple !

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don