Accueil
Saint Louis-Marie Grignion de Montfort
Partager

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

Un article rédigé par Jean-Luc Moens - 1RCF Belgique, le 26 avril 2022  -  Modifié le 26 avril 2022

Évangélisateur itinérant, apôtre marial, saint Louis-Marie Grignion de Montfort a résumé sa méthode missionnaire par ces mots : « À Jésus par Marie ».
 

©tous droits réservés ©tous droits réservés

Histoire

 

Louis Grignion naît en Bretagne, à Montfort-sur-Meu près de Rennes, le 31 janvier 1673.

A 19 ans, malgré l’opposition de son père, il entre au séminaire Saint-Sulpice de Paris. Il est ordonné prêtre le 5 juin 1700. Il exerce son premier ministère à Nantes, puis il part à Poitiers où il devient aumônier de l’hôpital général. Ici commence des caractéristiques de la vie de0 Louis-Marie : il provoque en même temps chez les uns, de vives admirations, et chez les autres, de fortes oppositions. Toute sa vie Louis-Marie Grignion de Montfort va vivre cette tension en admirateurs et détracteurs. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne laisse personne indifférent. On l’accuse d’être fou – et c’est vrai, c’est un fou de Dieu qui ne fait rien à moitié. En tout cas, les pauvres le portent aux nues car il leur accorde sa priorité et il a beaucoup de compassion à leur égard. Lui-même vit dans une grande pauvreté.
Malheureusement, la situation devient très tendue entre Louis-Marie Grignion de Montfort et les responsables de l’hôpital de Poitiers. Le père Louis-Marie est obligé de partir pendant le carême 1706. Il va à Rome demander au pape de le nommer missionnaire et de l’envoyer au loin prêcher l’Évangile. Il rencontre le pape Clément XI qui accepte d’en faire un missionnaire, mais pas au loin :

Vous avez, lui di-il, un assez grand champ en France, pour exercer votre zèle.

Voici donc le père Louis-Marie missionnaire apostolique en Bretagne.

Les 10 dernières années de sa vie, le père Louis-Marie va mener 72 missions paroissiales dans l’ouest de la France. Chacune d’elle dure entre 4 et 5 semaines. Je ne vais pas vous faire la liste fastidieuse de toutes ces missions. Ce qui est sûr, c’est que la réputation de sainteté du père Louis-Marie va grandissante. 
Dans ces missions, Louis-Marie Grignion de Montfort expérimente le besoin d’avoir des collaborateurs. En 1713, il décide d’écrire une règle pour ce qu’il appelle « Les missionnaires de la Compagnie de Marie » qui deviendront plus tard les Montfortins. Une fois la règle écrite, il part pour Paris pour recruter tout en n’arrêtant pas d’évangéliser partout où il passe. Il recrute les premiers membres de la Compagnie de Marie et, à son départ de Paris, l’avenir de la Compagnie paraît assuré.
Louis-Marie Grignion de Montfort continue de sillonner inlassablement l’ouest de la France et d’animer des missions paroissiales. Le 5 avril 1716, il arrive à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée). Ce sera sa dernière mission. Le 28 avril, le père Louis-Marie remet son âme à Dieu. 

Il a été béatifié le 22 janvier 1888 par le pape Léon XIII et canonisé par Pie XII le 20 juillet 1947.
 

La méthode missionnaire de saint Louis-Marie Grignion de Montfort

 

Le père Louis-Marie se démarque des missionnaires de son temps parce qu’il s’intéresse à l’évangélisation des gens simples, des illettrés des campagnes. Il est convaincu que Dieu est proche des pauvres et des petits et au lieu de leur proposer une religion d’interdits basée sur la peur de l’enfer, il leur prêche l’amour.
L’objectif de chaque mission paroissiale était double : la confession générale et le renouvellement des vœux du baptême de tous les paroissiens. Le père Louis-Marie est fidèle à la mission que lui a donnée le pape Clément XI quand il disait : « Dans vos différentes missions, enseignez avec force la doctrine au peuple et aux enfants, faites renouveler solennellement les promesses du baptême. »


Je trouve très intéressant ce renouvellement des promesses du baptême. Le baptême est le sacrement de base de notre vie chrétienne. Le pape Clément XI l’avait compris. Si tous les baptisés vivaient pleinement des grâces de leur baptême, l’Église serait très différente.
C’est pour la même raison qu’aujourd’hui, le pape François demande de diffuser le baptême dans l’Esprit qu’on appelle aussi l’effusion de l’Esprit dans toute l’Église. La raison qui anime le pape François est la même que celle qui poussait le pape Clément XI : la clé de la vie chrétienne, c’est de vivre pleinement de son baptême. À notre baptême, nous avons reçu des grâces immenses, mais souvent, nous les avons laissées cachées et nous ne les avons pas utilisées. Le travail de saint Louis-Marie Grignion de Montfort était d’aider les gens à retrouver les grâces de leur baptême. Pour cela, il avait son secret : À Jésus par Marie.
 

C’est par la dévotion mariale que Louis-Marie Grignion de Montfort attirait les âmes à Jésus. C’est comme apôtre marial qu’il est passé à la postérité. Il nous a laissé différents ouvrages qui développent sa pensée mariale et qui ont eu un impact immense sur l’Église. Je vais essayer de résumer les intuitions mariales de notre saint.

  • Aucun autre être humain n’a été gratifié des grâces que Marie a reçues parce qu’elle a donné la vie à l’auteur de la grâce. C’est pourquoi Dieu veut que toutes les grâces passent par les mains de Marie.
  • Marie est notre mère. Marie est aussi reine. Si nous passons par elle pour aller vers le roi, elle plaide notre cause. Louis-Marie Grignion de Montfort utilise une comparaison. Si un paysan veut offrir une pomme au roi, il a le choix : l’offrir directement ou passer par la reine. S’il passe par la reine, elle va nettoyer soigneusement la pomme, la mettre sur un plateau d’argent et la proposer au roi en lui disant : « Regarde ce que ton ami t’envoie… » Le roi va être charmé par cette offrande, moins pour la valeur de la pomme que par le sourire et les efforts de la reine.
  • Jésus, le Fils unique de Dieu, a été formé dans le sein de Marie. Il faut aussi que les frères et sœurs de Jésus soient formés spirituellement dans le même sein maternel, c’est-à-dire en Marie. Louis-Marie Grignion de Montfort propose donc d’entrer dans le sein de Marie pour être rendu semblable à Jésus.
  • Il y a un lien très fort entre Marie et l’Esprit Saint. Marie est l’épouse de l’Esprit Saint car il a formé en elle le fils de Dieu fait homme. Cette relation entre Marie et l’Esprit Saint subsiste. C’est lui qui forme les prédestinés dans le sein de la Vierge. 
  • Marie est comme un moule de sainteté. Il y a deux manières de faire une statue : 
    • soit avec un burin, on dégage la matière excédentaire : c’est laborieux et douloureux ;
    • soit on utilise un moule : on coule la matière dans le moule et on a d’un seul coup la statue qui est formée.

Devenir saint avec Marie, c’est passer par le moule. C’est le chemin le plus simple, le plus droit, le moins douloureux pour devenir saint. En effet, le Fils de Dieu a choisi Marie comme chemin pour venir du ciel sur la terre ; de même, nous pouvons choisir le même chemin pour aller de la terre au ciel. Le chemin marche dans les deux sens !

 

À partir de ces intuitions, Louis-Marie Grignion de Montfort propose comme renouvellement des promesses du baptême de s’offrir à Jésus qu’il appelle la Sagesse éternelle par la Vierge Marie. Cette offrande, il la conçoit comme un don total, c’est pourquoi il ose parler d’un esclavage. Vous trouverez en annexe de cet article la version complète de cette consécration et souligné en gras, la version courte que beaucoup de personnes prient chaque jour.

 

On parle depuis de nombreuses années de proclamer Louis-Marie Grignion de Montfort docteur de l’Église. Cela ne s’est pas encore fait, mais le dossier reste ouvert. Un des obstacles est lié à l’unité de chrétiens puisque c’est une dévotion mariale que les protestants ne partagent pas avec les catholiques.
Certains ont accusé Louis-Marie Grignion de Montfort de mariolâtrie, c’est-à-dire de donner une trop grande place à la Vierge, voire de la mettre à la place de Jésus. Vous avez vu dans les développements que j’ai faits qu’il n’en est rien. Louis-Marie Grignion de Montfort prend toujours grand soin de donner la priorité à Jésus, unique Seigneur et Sauveur. Marie est seulement le chemin privilégié pour atteindre Jésus, mais elle ne le remplace en aucune manière.
 

 

*

*      *

CONSÉCRATION DE SOI-MÊME
À JÉSUS-CHRIST LA SAGESSE INCARNÉE
PAR LES MAINS DE MARIE

 

 

Ô Sagesse éternelle et incarnée ! Ô très aimable et adorable Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Fils unique du Père Éternel et de Marie, toujours Vierge !
Je vous adore profondément dans le sein et les splendeurs de votre Père, pendant l’éternité, et dans le sein virginal de Marie, votre digne Mère, dans le temps de votre incarnation.
Je vous rends grâce de ce que vous vous êtes anéanti vous-même, en prenant la forme d’un esclave, pour me tirer du cruel esclavage du démon. Je vous loue et glorifie de ce que vous avez bien voulu vous soumettre à Marie votre sainte Mère, en toutes choses, afin de me rendre, par Elle, votre fidèle esclave.

 

Mais hélas ! Ingrat et infidèle que je suis, je ne vous ai pas gardé les vœux et les promesses que je vous ai solennellement faits dans mon Baptême. Je n’ai point rempli mes obligations. Je ne mérite pas d’être appelé votre enfant ni votre esclave, et comme il n’y a rien en moi qui ne mérite vos rebuts et votre colère, je n’ose plus par moi-même approcher de votre sainte et auguste Majesté.
C’est pourquoi j’ai recours à l’intercession et à la miséricorde de votre sainte Mère, que vous m’avez donnée pour Médiatrice auprès de vous, et c’est par son moyen que j’espère obtenir de vous la contrition et le pardon de mes péchés, l’acquisition et la conservation de la Sagesse.
Je vous salue donc, ô Marie immaculée, tabernacle vivant de la divinité, où la Sagesse éternelle cachée veut être adorée des anges et des hommes.
Je vous salue, ô Reine du ciel et de la terre, à l’empire de qui tout est soumis : tout ce qui est au-dessous de Dieu.
Je vous salue, ô refuge assuré des pécheurs, dont la miséricorde n’a manqué à personne.
Exaucez les désirs que j’ai de la divine Sagesse, et recevez pour cela les vœux et les offres que ma bassesse vous présente.

 

Moi, N…, pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie aujourd’hui, entre vos mains, les vœux de mon Baptême :


Je renonce pour jamais à Satan, à ses pompes et à ses œuvres,
Et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie, et afin que je lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici.
Je vous choisis aujourd’hui, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et Maîtresse. Je vous livre et consacre, en qualité d’esclave, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon votre bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité.

 

Recevez, ô Vierge bénigne, cette petite offrande de mon esclavage, en l’honneur et union de la soumission que la Sagesse éternelle a bien voulu avoir de votre maternité, en hommage de la puissance que vous avez tous deux sur moi, et en action de grâces des privilèges dont la sainte Trinité vous a favorisée.
Je proteste que je veux désormais, comme votre véritable esclave, chercher votre honneur et vous obéir en toutes choses.

 

Ô Mère admirable, présentez-moi à votre cher Fils, en qualité d’esclave éternel, afin que, m’ayant racheté par vous, il me reçoive par vous.
Ô Mère de miséricorde, faites-moi la grâce d’obtenir la vraie Sagesse de Dieu et de me mettre, pour cela, au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous nourrissez et protégez comme vos enfants et vos esclaves.
Ô Vierge fidèle! Rendez-moi en toutes choses un si parfait disciple, imitateur et esclave de la Sagesse incarnée, Jésus-Christ votre Fils, que j’arrive par votre intercession et à votre exemple, à la plénitude de son âge sur la terre et de sa gloire dans les cieux. Amen
Saint Louis-Marie Grignion de Monfort
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don