Accueil
"Nous sommes venus d’Orient adorer le roi" (Mt 2, 1-12)
Partager

"Nous sommes venus d’Orient adorer le roi" (Mt 2, 1-12)

Un article rédigé par Pasteur Corinne Charriau (50529) - RCF,  -  Modifié le 3 janvier 2022
Prière du matin "Nous sommes venus d’Orient adorer le roi" (Mt 2, 1-12)

"Nous sommes venus d’Orient adorer le roi"

Méditation de l'évangile (Mt 2, 1-12) par la pasteur Corinne Charriau

Chant final: "Nous avons vu sa lumière" par la communauté de l'Emmanuel

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était né à Bethléem en Judée,
au temps du roi Hérode le Grand.
Or, voici que des mages venus d’Orient
arrivèrent à Jérusalem
    et demandèrent :
« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?
Nous avons vu son étoile à l’orient
et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
    En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé,
et tout Jérusalem avec lui.
    Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple,
pour leur demander où devait naître le Christ.
    Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée,
car voici ce qui est écrit par le prophète :
    Et toi, Bethléem, terre de Juda,
tu n’es certes pas le dernier
parmi les chefs-lieux de Juda,
car de toi sortira un chef,
qui sera le berger de mon peuple Israël. »

    Alors Hérode convoqua les mages en secret
pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
    puis il les envoya à Bethléem, en leur disant :
« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant.
Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer
pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
    Après avoir entendu le roi, ils partirent.

Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient
les précédait,
jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit
où se trouvait l’enfant.
    Quand ils virent l’étoile,
ils se réjouirent d’une très grande joie.
    Ils entrèrent dans la maison,
ils virent l’enfant avec Marie sa mère ;
et, tombant à ses pieds,
ils se prosternèrent devant lui.
Ils ouvrirent leurs coffrets,
et lui offrirent leurs présents :
de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

    Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,
ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Source : AELF

Méditation  Pasteur Corinne Charriau  

C’est au moment où l’étoile réapparaît que les mages éprouvèrent une très grande joie. Matthieu nous raconte que les mages l’avaient déjà vue en Orient et qu’ils s’étaient mis en route. A Jérusalem, il n’est plus question de l’étoile. A Jérusalem, ils se renseignent et sont loin de passer inaperçus pour un peuple qui attendait le messie. Cela fait tellement de remous que même Hérode, le roi, en est troublé ! Hérode est inquiet pour son pouvoir et va tenter de manipuler les mages pour savoir exactement où est ce roi des juifs qui vient de naître. Mais les mages, après avoir rencontré le petit enfant, ne retourneront pas auprès d’Hérode, ils repartiront par un autre chemin.

Les mages étaient des scientifiques, ils étudiaient la voûte céleste et leur langage était celui des étoiles. Justement le texte laisse supposer que l’étoile ne les a pas guidés à Jérusalem car Matthieu nous raconte qu’ils éprouveront une très grande joie lorsqu’ils verront l’étoile avançait devant eux quand ils se mettront en route après Jérusalem. C’est comme s’ils retrouvaient leur langage car c’est à la vue de cette étoile que la joie les touche au fond d’eux-mêmes. Dieu se manifeste pour eux, des païens, c’est-à-dire des non-juifs. Cette joie éprouvée par les mages s’oppose à la terrible colère qui s’emparera d’Hérode dans la suite du récit de Matthieu lorsque celui-ci comprendra que son stratagème avec les mages n’a pas marché.

Ces mages se sont mis en route et se sont laissés toucher au cœur au point de venir rencontrer cet enfant nouveau-né. C’est dans la rencontre de Jésus, le Christ, que nous pouvons accueillir le mystère de l’incarnation, ce mystère de Dieu venu au cœur de l’humanité et qui nous appelle à la vie.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don