Accueil
"Nous sommes de simples serviteurs : nous n'avons fait que ..." (Lc 17, 7-10)
Partager

"Nous sommes de simples serviteurs : nous n'avons fait que ..." (Lc 17, 7-10)

Un article rédigé par Antoni Sébastien (Père) (57489) - RCF, le 8 novembre 2022  -  Modifié le 8 novembre 2022
Prière du matin "Nous sommes de simples serviteurs ..." (Lc 17, 7-10)

"Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir"

Méditation de l'évangile (Lc 17, 7-10) par le père Sébastien Antoni

Chant final: "Le serviteur" par l'ensemble vocal CELEBRATIO

David-Zawila-UNSPLASH David-Zawila-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait :
    « Lequel d’entre vous,
quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes,
lui dira à son retour des champs :
“Viens vite prendre place à table” ?
    Ne lui dira-t-il pas plutôt :
“Prépare-moi à dîner,
mets-toi en tenue pour me servir,
le temps que je mange et boive.
Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?
    Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur
d’avoir exécuté ses ordres ?
    De même vous aussi,
quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné,
dites :
“Nous sommes de simples serviteurs :
nous n’avons fait que notre devoir” »

Source : AELF

Méditation Père Sébastien Antoni

Oh la la la cet évangile ! J’entends déjà… ah non nous ne sommes pas inutiles. Jésus est excessif, le texte est forcément mal traduit. Mais enfin, inutile quelle drôle d’expression non ! ce n’est pas possible d’entendre cela…. Et j’en passe, … Mais justement ! il faut réagir ! justement il faut se laisser bousculer… hélas l’évangile parfois est devenue sans effet tant nous y sommes habitués… tant plus rien ne nous émeut. Là au moins ce texte cogne avec nos reflexes de dignité, de valeur, d’importance de droits etc… : Même pour l'époque de Jésus les traits sont volontairement forcés, et le maître, dans le texte, insiste comme à plaisir sur ses droits d'employeur. Il ose même dire, sans sourciller, au serviteur : "Tu mangeras et tu boiras ... après !" Le plus surprenant, et le plus révoltant en un sens, est que le serviteur ne semble avoir droit à aucun merci, alors qu'il a accompli tout ce qu'on lui demandait. Les faits sont présentés par Jésus comme pour faire monter en nous la réprobation et le scandale. Jésus compte, visiblement, sur notre réaction indignée, et il souligne le cynisme des maîtres humains pour mieux mettre en lumière les droits de Dieu. Dieu notre Maître n'a besoin ni de manger ni de boire, mais c'est lui qui nous fait connaître sa volonté. Dieu ignore la tyrannie, et pourtant, du lever au sommeil, tout le temps de nos journées lui appartient. Dieu ne réclame jamais, mais il a droit à tout.: nous sommes les serviteurs du Maître de l'histoire. Et parce que cette destinée de service est notre réel devant Dieu, elle ne doit susciter en nous, selon Jésus, qu'une joie toute simple, la joie de coïncider jour après jour, et tout le long du jour, avec le vouloir du Père : "Quand vous aurez fait tout ce qui vous a été commandé (sous-entendu : par Dieu), dites : Nous sommes des serviteurs (maintenant) inutiles. Ce que nous devions faire, nous l'avons fait. C'est tout !"

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don