Accueil
" Nous avons trouvé le Messie " (Jn 1, 35-42)
Partager

" Nous avons trouvé le Messie " (Jn 1, 35-42)

Un article rédigé par Jean-Marie Petitclerc (50913) - RCF, le 4 janvier 2024  -  Modifié le 4 janvier 2024
Prière du matin "Nous avons trouvé le Messie" (Jn 1, 35-42)

" Nous avons trouvé le Messie "

 

Méditation de l'évangile (Jn 1, 35-42) par le Père Jean-Marie Petitclerc

 

Chant final : " Venez et voyez " par Emmanuel (Communauté de l')

michal-galezewski-UNSPLASH michal-galezewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit :
« Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait,
et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient,
et leur dit :
« Que cherchez-vous ? »
Ils lui répondirent :
« Rabbi – ce qui veut dire : Maître –,
où demeures-tu ? »
Il leur dit :
« Venez, et vous verrez. »
Ils allèrent donc,
ils virent où il demeurait,
et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.
C’était vers la dixième heure, (environ quatre heures de l’après-midi).

André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples
qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit :
« Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus.
Jésus posa son regard sur lui et dit :
« Tu es Simon, fils de Jean ;
tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.

Source : AELF

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc    

            « Où demeures-tu ? » Telle est la question posée à Jésus par les deux disciples de Jean qui se sont mis à le suivre ; Jésus ne répond pas de manière conventionnelle, en déclinant le numéro dans sa rue et le code postal de sa commune. Non, il répond par deux verbes, qui résument selon lui la démarche du disciple : « Venez et voyez ! »

            Il s’agit d’abord de venir. Mettre ses pas dans ceux de Jésus nécessite d’abord de se bouger, d’accepter de se déplacer, de se mettre en marche …La première caractéristique du chrétien est d’être un marcheur. D’ailleurs, dans l’Évangile, Jésus ne cesse de nous  être  présenté en train de marcher. Il sillonne la Palestine de haut en bas, de bas en haut, il franchit le Jourdain, traverse la Samarie, va vers Jérusalem. Le suivre, c’est accepter de quitter … de partir. Or il ne s’agit pas peut-être de partir loin… mais plutôt de savoir se quitter soi-même pour voir dans le visage de l’autre celui que nous voulons annoncer.

            Venir et voir. Il s’agit d’ouvrir les yeux, si l’on veut continuer de découvrir les signes de la présence de Dieu dans notre monde. Un Dieu qui ne s’impose jamais, mais manifeste sa présence par des signes … Et nous restons toujours libres de les décrypter ou bien  de les ignorer.

            « Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et restèrent auprès de lui ce jour-là. » L’évangile ne nous donne aucun détail sur ce qu’ils ont vu. Nous n’en connaissons que le fruit. André va trouver son frère Simon, car il a trouvé ce qu’il cherchait. Et en étant appelé à changer de nom, Simon est appelé à changer de vie.

            Prenons conscience ce matin de tout ce qui peut nous empêcher de nous mettre en route… de tout ce qui peut nous rendre aveugle. Demandons au Seigneur l’énergie pour avancer et la capacité d’ouvrir les yeux.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don