Accueil
La spiritualité de Marcel Légaut, éloge de l'intériorité
Partager

La spiritualité de Marcel Légaut, éloge de l'intériorité

Un article rédigé par Béatrice Soltner - RCF,  -  Modifié le 24 juillet 2018
Marcel Légaut est l'un des grands éveilleurs spirituels chrétiens du XXe siècle. Son témoignage sonne juste, lui qui a choisi la vie de berger durant 20 ans. Éloge de l'intériorité.
DR - Marcel Légaut, DR - Marcel Légaut,

"Ce que j’ai écrit, je l’ai d’abord pensé, ce que j’ai pensé je l’ai d’abord vécu." Marcel Légaut (1900-1990) restera l’une des grandes figures spirituelles du XXe siècle. À 40 ans, ce professeur de mathématiques à l’université a décidé d'être berger dans le Haut-Diois. Un retour à la terre guidée par une quête spirituelle profonde et l'envie d'affronter le réel de la condition humaine. Le Père Dominique Barnérias a consacré un ouvrage à ce véritable défricheur des profondeurs de l’humain qui fut un éveilleur spirituel pour de nombreuses générations. Il est l'auteur de "Prier 15 jours avec Marcel Légaut - Éveilleur spirituel" (éd. Nouvelle Cité).

En 1940, pendant la guerre, c'est le choc. Marcel Légaut découvre "la carence de son humanité, il découvre en fait qu'il n'est pas un homme, qu'il est resté un intellectuel, que d'une certaine manière il n'a pas vraiment appris ce que c'est que se confronter à la réalité humaine"

 

Quand des laïcs s'emparent de l'Évangile, bien avant Vatican II

Né à Paris en 1900 dans une famille de la bourgeoisie parisienne, le jeune Marcel Légaut a manifesté très tôt "un éveil spirituel", son adolescence a même été marquée par un désir de devenir prêtre. Encouragé dans cette voie par sa mère, il a toutefois suivi les conseils de son père, qui voulait le voir devenir mathématicien. Marcel Légaut fut un brillant élève de l'École normale supérieure, agrégé puis professeur à l'université. Mais sa quête d'intériorité ne l'a pas quitté.

 

"Quand l’aiguillon de la nécessité ne vient pas les pousser au-delà d’eux-mêmes, la plupart des hommes spontanément s’abandonnent à la routine des occupations quotidiennes."
Marcel Légaut*

 

En 1933 Marcel Légaut publie le fruit des méditations de l'Évangile menée par un petit groupe de laïcs auquel il appartient, au sein du milieu des enseignants chrétiens de l'enseignement public. C'est assez rare à l'époque qu'un laïc prenne la plume sur un tel sujet. On est bien avant Vatican II (1962-1965) mais déjà il est question de méditer l'Évangile sans nécessairement le soutien d'un prêtre. "On sort d'une vision descendante où il faut simplement écouter uniquement ce que dit le prêtre, ce qui était le cas de beaucoup de catholiques à l'époque, pour dire que chaque chrétien a à se saisir de la parole et à lui donner chair."

 



 

En 1940, le choc de la guerre et la prise de conscience

Un premier livre à 33 ans, mais il faudra attendre la fin des années 60 pour voir la pensée de Marcel Légaut arriver à maturité. Avec "Introduction à l'intelligence du passé et de l'avenir du christianisme" (éd. Aubier, 1970) et "L'homme à la recherche de son humanité" (1971), "il développe sa pensée sur ce que c'est qu'être humain dans le monde moderne et ce que c'est qu'être chrétien et comment comprendre l'histoire du christianisme jusqu'à aujourd'"hui", comme l'explique le P. Barnérias. Entre temps, un événement aura marqué sa vie : la guerre.

 

"La vie spirituelle ne s'enseigne pas 'de bouche à oreille'. Quand l'occasion en est donnée, elle se communique 'de cœur à cœur', secrètement et comme par révélation."
Marcel Légaut*

 

En 1940, pendant la "drôle de guerre" il est en position de commandement d'un bataillon d'artillerie. Non seulement il se rend compte qu'il ne sait pas commander mais il découvre aussi "la carence de son humanité". Une prise de conscience, un choc. "Il découvre en fait qu'il n'est pas un homme, qu'il est resté un intellectuel, que d'une certaine manière il n'a pas vraiment appris ce que c'est que se confronter à la réalité humaine." Et qu'en situation de guerre, l'enjeu n'est plus qu'intellectuel : "face au danger et aux réalités ultimes de la vie, il se rend compte de ce manque intérieur". Dès lors "il cherche un roc plus solide pour sa vie humaine".

 



 

De la quête spirituelle au travail de la terre

C'est en pleine campagne que sa quête le mène. Et c'est auprès des paysans du Haut-Diois qu'il trouvera de quoi se confronter aux réalités de la condition humaine. Rien à voir avec un retour à la terre pré-soixante-huitard, prévient le Père Barnérias. Pendant 20 ans, Marcel Légaut sera berger, guidé par une recherche spirituelle qui le pousse à vouloir sans cesse "s'affronter à ce qui nous fait vraiment humain". Ce que l'on n'apprend pas dans les livres, il le découvrira "dans l'affrontement aux réalités du monde et de la nature en particulier". Par exemple en travaillant la terre. "Il dit qu'il a beaucoup plus à apprendre de la sagesse des paysans, c'est eux qui savent." Avec Marguerite Rossignol, sa femme, ils auront six enfants. 

 

"Il est cependant une circonstance où la solidarité humaine rejoint la charité et atteint son sommet : la solidarité humaine devant la mort, quand celle-ci approche et que les hommes le savent."
Marcel Légaut*

 

De nombreuses personnes viennent jusqu'à son hameau isolé de la commune de Lesches-en-Diois. À mesure qu'il publie ses livres, Marcel Légaut donne aussi de plus en plus de conférences. La pensée de celui qui aura été toute sa vie un chercheur - en mathématiques et en théologie - est marquée par une grande authenticité dans sa quête spirituelle et une profonde exigence intellectuelle. Il restera fidèle à l'enseignement du Père Fernand Portal (1855-1926), prêtre lazariste aumônier officieux de l'École normale, "un homme qui l'a initié au fait de croire avec son intelligence et donc d'engager toute son humanité dans sa foi, ce qui l'a beaucoup marqué et nourri". 

 

*Plus de citations de Marcel Légaut sur le site de L’Association Culturelle Marcel Légaut

 

Émission réalisée en juillet 2017

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don