Accueil
"Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts" (Jn 20, 1-9)
Partager

"Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts" (Jn 20, 1-9)

Un article rédigé par Nicolas de Boccard (50553) - RCF, le 9 avril 2023  -  Modifié le 9 avril 2023
Prière du matin "Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts" (Jn 20, 1-9)

"Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts"

Méditation de l'évangile (Jn 20, 1-9) par le père Nicolas de Boccard

Chant final: "Criez de joie, Christ est ressuscité !" par la communauté de l'Emmanuel

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
    Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
    Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
    Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
    En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
    Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
    ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
    C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
    Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Source : AELF

Méditation Père Nicolas de Boccard

La fête de la Résurrection est à l’image du printemps : les prés se couvrent de fleurs, l’air est plus doux. Et pourtant, le Christ est passé par une terrible épreuve. Nous restons abasourdis par le récit de la Passion : tant de haine, de violence, de mépris, d’injustice… ! Nous sommes aussi comme abasourdis, sonnés et pour certains croyants, nous faisons l’expérience du tombeau vide – Dieu est comme absent.

Si nous reprenons cet évangile du jour de Pâques, il est plein d’incohérences : des gens courent, alors que le personnage principal est absent : le tombeau est vide, Jésus n’est pas là – le personnage principal a disparu, Il est absent…. Et pourtant… Pourtant Il se rend présent, autrement. Pâques, c’est la présence d’un absent !

Il faut bien le reconnaitre, on aurait écrit l’évangile de la Résurrection, on aurait fait autrement : Jésus vainqueur se serait manifesté avec panache à ses bourreaux, à Pilate, aux Grands-Prêtres… On aurait multiplié les preuves du Ressuscité surtout auprès des ennemis du Christ. Pourtant, la victoire du Ressuscité garde un goût amer dans les évangiles. Il se rend présent subrepticement en se communiquant – ou plutôt dans l’évangile de ce jour – en communiquant la foi en la Résurrection, en se dérobant ! Le tombeau vide n’est pas une preuve de la Résurrection mais de la mort, mais il est aussi un signe qui ouvre à la perplexité, au doute, au questionnement et pour Jean, à la vue des linges et du suaire, à la foi : « Il vit et il crut » ! C’est comme la signature en creux de la Résurrection. L’élément principal de notre foi se vit dans une extrême pudeur ! Déjà Il nous oriente vers un au-delà de nous-mêmes et comme Jean, Il nous invite à poser l’acte de foi. St Jean de la Croix le qualifiera d’un : « face à face dans les ténèbres ». Jésus est là, mais Il se dérobe et se laisse découvrir !

Nous avons été frappés par de multiples épreuves : la pandémie, la révélation d’abus dans l’Eglise, la guerre à nos portes ; et nous sommes comme abattus, craintifs, inquiets. Et pourtant, la vie renait, les fleurs poussent, et nous sommes appelés à poser l’acte de foi : la vie est devant, elle renait, autrement que nous l’attendions ou que nous l’avions pensé – comme le Christ Ressuscité. La vie est toujours déroutante, elle nous échappe, elle renait sans cesse sous des formes nouvelles. De même que le Christ ressuscité nous déroute, Il nous invite à ne pas le rechercher comme avant, à ne pas le retenir comme voudront le faire les saintes femmes, mais à le suivre sur le chemin de la foi. La Résurrection s’inscrit dans l’histoire et vient à la rencontre des hommes. C’est un événement qui s’empare des témoins qui font leur cette Révélation faite par Dieu aux hommes.

En ce jour de Pâques, célébrons la fête de la confiance et de l’espérance : de la mort jaillit la vie. Le Christ nous invite à la vie, une vie autre, victorieuse de toutes les forces de la mort en union avec tous ceux qui nous ont précédés et qui sont vivants avec Jésus pour l’éternité.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don