Accueil
"Esprit impur, sors de cet homme !" (Mc 5, 1-20)
Partager

"Esprit impur, sors de cet homme !" (Mc 5, 1-20)

Un article rédigé par Nicolas de Boccard (50553) - RCF,  -  Modifié le 31 janvier 2022
Prière du matin "Esprit impur, sors de cet homme !" (Mc 5, 1-20)

"Esprit impur, sors de cet homme !"

Méditation de l'évangile (Mc 5, 1-20) par le père Nicolas de Boccard

Chnat final: "Viens me guérir" par Jérémy Mattina

alexandra-seinet alexandra-seinet

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus et ses disciples
    arrivèrent sur l’autre rive,
de l’autre côté de la mer de Galilée,
dans le pays des Géraséniens.
    Comme Jésus sortait de la barque,
aussitôt un homme possédé d’un esprit impur
s’avança depuis les tombes à sa rencontre ;
    il habitait dans les tombeaux
et personne ne pouvait plus l’attacher,
même avec une chaîne ;
    en effet on l’avait souvent attaché
avec des fers aux pieds et des chaînes,
mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers,
et personne ne pouvait le maîtriser.
    Sans arrêt, nuit et jour,
il était parmi les tombeaux et sur les collines,
à crier, et à se blesser avec des pierres.
    Voyant Jésus de loin,
il accourut, se prosterna devant lui
            et cria d’une voix forte :
« Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ?
Je t’adjure par Dieu,
ne me tourmente pas ! »
    Jésus lui disait en effet :
« Esprit impur, sors de cet homme ! »
    Et il lui demandait :
« Quel est ton nom ? »
L’homme lui dit :
« Mon nom est Légion,
car nous sommes beaucoup. »
    Et ils suppliaient Jésus avec insistance
de ne pas les chasser en dehors du pays.
    Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs
qui cherchait sa nourriture.
    Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus :
« Envoie-nous vers ces porcs,
et nous entrerons en eux. »
    Il le leur permit.
Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs.
Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer :
il y avait environ deux mille porcs,
et ils se noyaient dans la mer.
    Ceux qui les gardaient prirent la fuite,
ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne,
et les gens vinrent voir ce qui s’était passé.
    Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé
assis, habillé, et revenu à la raison,
lui qui avait eu la légion de démons,
et ils furent saisis de crainte.
    Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé
et ce qui était arrivé aux porcs.
    Alors ils se mirent à supplier Jésus
de quitter leur territoire.
    Comme Jésus remontait dans la barque,
le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui.
    Il n’y consentit pas,
mais il lui dit :
« Rentre à la maison, auprès des tiens,
annonce-leur tout ce que le Seigneur
a fait pour toi dans sa miséricorde. »
    Alors l’homme s’en alla,
il se mit à proclamer dans la région de la Décapole
ce que Jésus avait fait pour lui,
et tout le monde était dans l’admiration.

Source : AELF

Méditation Père Nicolas de Boccard

Il y aurait beaucoup à dire de ce long évangile, soulignons simplement deux aspects :

  • Voilà un homme qui se comportait comme un animal, il errait dans des endroits éloignés, rejetés par la communauté humaine. Et Jésus vient lui rendre sa dignité : « il est assis, habillé, et devenu raisonnable » nous dit l’évangéliste, Jésus le réintègre dans la communauté des hommes. Cela bien sûr a un cout : le vaste troupeau de porcs qui appartient à cette même communauté et qui va se jeter dans la mer… et la communauté est furieuse, elle a perdu de son bien, sans réaliser qu’elle a gagné un membre de sa communauté ! « ils se mirent à supplier Jésus de partir de la région » reprend l’évangéliste. Comment ne pas faire le parallèle, en ces jours, entre les migrants engloutis dans les eaux de la méditerranée et nos sociétés qui se barricadent car elles (c’est-à-dire nous) ne veulent pas partager leur bien. Cette histoire peut sembler bien lointaine, elle est pourtant si actuelle !
  • Le deuxième point, c’est la réponse étonnante de Jésus à ce pauvre homme guéri et qui demande à le suivre… Jésus n’y consent pas, mais l’invite à témoigner auprès des siens ! Nous sommes tous appelés par le Christ à vivre de sa vie, mais pas nécessairement comme apôtre, évêque, prêtre, diacre, catéchiste… ! C’est le Seigneur, Lui le maître qui appelle, et choisit. Que le débat actuel sur les ministères et l’exercice de l’autorité dans l’Eglise ne nous fasse jamais faire perdre de vue cet aspect essentiel ! La vocation est toujours un appel, jamais un droit !
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don