Accueil
"Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu" (Mt 17, 10-13)
Partager

"Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu" (Mt 17, 10-13)

Un article rédigé par Bernard Devert (50596) - RCF, le 10 décembre 2022  -  Modifié le 10 décembre 2022
Prière du matin "Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu" (Mt 17, 10-13)

"Élie est déjà venu et ils ne l’ont pas reconnu"

Méditation de l'évangile (Mt 17, 10-13) par le père Bernard Devert

Chant final: "Maranatha, viens, Seigneur Jésus" par la communauté de l'Emmanuel

andrew-pons-UNSPLASH andrew-pons-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Descendant de la montagne,
les disciples interrogèrent Jésus :
« Pourquoi donc les scribes disent-ils
que le prophète Élie doit venir d’abord ? »
Jésus leur répondit :
« Élie va venir
pour remettre toute chose à sa place.
Mais, je vous le déclare :
Élie est déjà venu ;
au lieu de le reconnaître,
ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu.
Et de même, le Fils de l’homme va souffrir par eux. »
Alors les disciples comprirent
qu’il leur parlait de Jean le Baptiste.

Source : AELF

Méditation Père Bernard Devert

Les disciples viennent de vivre la Transfiguration ; ils descendent de la montagne, habités par cette lumière qui leur a permis d’entrer dans une relation absolument inattendue. Aussi voient-ils le Christ tel qu’Il est, à partir de ce qu’ils sont vraiment.

Ce n’est pas Jésus qui est transfiguré, Il est l’être de toute lumière ; Il trans-porte, trans-figure, si bien qu’au Mont Thabor, Pierre, Jacques, Jean sont littéralement retournés au point que Pierre dira au Seigneur : « il est bon que nous soyons ici. Dressons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie. » l’Evangéliste ajoute : « Il ne savait pas ce qu'il disait ».

Pierre et les deux autres disciples ne savent plus où ils en sont, d’où la discussion qui nous est partagée ce matin lors de la descente de cette montagne. Nos trois amis veulent comprendre et comment leur reprocher.

Toi qui étais avec Elie, doit-il donc venir ? La question n’est pas innocente puisque la Communauté croyante pensait qu’Elie devait revenir pour préparer la venue du Messie.

Qui vient… Jean-Baptiste.

Il n’est plus question, ici, du feu d’Elie, de la colère de Dieu, il est question de remettre toute chose à sa place.

Quelle place ? Dieu n’en revendique aucune. Christ sera constamment un ‘déplacé’ pour être refusé. Pour autant, Il est en mouvement, nous appelant à nous mettre en route, refusant toute séduction, toute promesse facile : « Viens et tu verras ».

Que nous donnent à voir les prophètes, ces hommes (femmes et hommes) incroyablement vivants dans le présent de leur histoire transcendée par une lumière qui, pour éclairer le futur, définit l’espérance si bien exprimée par Antoine de Saint-Exupéry : l’avenir n’est pas fait pour être prévu, il s’agit de le rendre possible.

Au surgissement de ce possible, l’Evangile nous appelle.

Ce possible est si bien exprimé par Lamartine, le réel est étroit, le possible est immense.

En ce Temps de l’Avent, cette immensité nous est proposée, s’agissant de préparer le chemin du Seigneur pour que sa Nativité devienne aussi la nôtre.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don