Accueil
"Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel ..." (Lc 3, 15-16. 21-22)
Partager

"Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel ..." (Lc 3, 15-16. 21-22)

Un article rédigé par Père Michel Quesnel (50936) - RCF,  -  Modifié le 10 janvier 2022
Prière du matin "Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, ..." (Lc 3, 15-16. 21-22)

"Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel s’ouvrit"

Méditation de l'évangile (Lc 3, 15-16.21-22) par le père Michel Quesnel

Chant final: "Tu es mon fils bien-aimé" par la communauté de l'Emmanuel

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente,
et tous se demandaient en eux-mêmes
si Jean n’était pas le Christ.
    Jean s’adressa alors à tous :
« Moi, je vous baptise avec de l’eau ;
mais il vient, celui qui est plus fort que moi.
Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales.
Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »

    Comme tout le peuple se faisait baptiser
et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait,
le ciel s’ouvrit.
    L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe,
descendit sur Jésus,
et il y eut une voix venant du ciel :
« Toi, tu es mon Fils bien-aimé ;
en toi, je trouve ma joie. »

Source : AELF

Méditation  Père Michel Quesnel

Le baptême de Jésus par Jean Baptiste est historiquement certain. Chaque évangéliste construit le récit à sa manière. Les détails propres à Luc sont particulièrement intéressants.

Luc insiste sur la présence du peuple et les questions que les gens se posent. Ils se demandent si Jean n’est pas le Christ, ce qui conduit le Baptiste à préciser que son baptême n’est qu’une pierre d’attente en comparaison de celui que Jésus donnera.

Le peuple est à nouveau mentionné avant que Jésus reçoive lui-même le baptême de Jean : tout le peuple se faisait baptiser. Jésus est solidaire d’un peuple qui se reconnaît pécheur. Cela le conduit à se mettre en prière ; l’évangéliste n’en donne pas le contenu, mais on peut penser que Jésus loue Dieu de l’humilité de tous ces gens, et qu’il les confie de grand cœur à son Père.

Encore un détail propre à Luc : il précise que l’Esprit Saint descendit sous une apparence corporelle. La colombe n’est pas une simple image ; elle a de la consistance, elle a du corps, comme forme un corps ce peuple unanime qui bénéficie du rite donné par le Baptiste. En Jésus, Dieu a pris corps, il s’est incarné. En l’Esprit Saint, Dieu a pris corps pour venir habiter ce peuple et déclarer que Jésus est Fils bien-aimé du Père.

Avec la mission de Jésus, c’est une ère nouvelle qui s’ouvre pour l’humanité tout entière. Et les chrétiens, baptisés du baptême dans la mort et la résurrection de Jésus, sont appelées à être eux-mêmes des humains entièrement renouvelés par le feu de la Pentecôte : ouverts à tous et à toutes, désireux de parler le langage de leurs contemporains pour leur communiquer le message de l’Evangile. Répondons fidèlement à notre vocation.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don