Accueil
"Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé..." (Mt 11, 25-27)
Partager

"Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé..." (Mt 11, 25-27)

Un article rédigé par Antoni Sébastien (Père) (59159 - RCF, le 19 juillet 2023  -  Modifié le 19 juillet 2023
Prière du matin "Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé..." (Mt 11, 25-27)

"Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits"

Méditation de l'évangile (Mt 11, 25-27) par le père Sébastien Antoni

Chant final: "Dieu, mon salut" par la Communauté des Béatitudes

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus prit la parole et dit :
« Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l’as révélé aux tout-petits.
    Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
    Tout m’a été remis par mon Père ;
personne ne connaît le Fils, sinon le Père,
et personne ne connaît le Père, sinon le Fils,
et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Source : AELF

Méditation Père Sébastien Antoni

Serait-ce là l'éloge de la paresse intellectuelle ? Celle qui fait dire parfois... « Vous le voyez bien, ce n'est pas la peine de lire des livres, de faire de la théologie, de penser, de réfléchir sur la foi... Tout ça, c'est inutile. Jésus se révèle à ceux qui ne comprennent rien... » Ah ben oui... Si Jésus le dit, brûlons les livres et fermons les facultés de théologie ! On peut en rester à cette vision rétrécie, ou bien comprendre le sens des mots pour ce qu’ils révèlent. Les tout-petits, les enfants, les infans... Du mot "infans", au sens de "non fans", celui "qui ne parle pas", est ainsi issu du verbe grec "phémi", celui "qui ne sait pas manifester sa pensée par la parole". Et là, le sens du texte s'éclaire. Oui, Jésus vient pour les tout-petits, ces enfants du Père, ceux qu’ils préfèrent ceux que l'on prive de parole, de tous les âges, ceux que l'on n'écoute pas, que l'on ne reconnaît pas, que l'on méprise pensant qu’ils n’ont rien à dire, ceux que l’on frappe d’un « avec toi on ne peut pas discuter », ceux qui comptent pour peu et pas grand-chose.... Ceux que l'on catégorise ou juge parce qu'ils ne correspondent pas à nos critères et que l'on refuse d'écouter, même si leur argumentation, leur vision, leurs idées dépassent les codes, les conventions, les us et les coutumes de la société ou de la religion trop sûre d'elle-même et qui ne supporte plus le débat et la contradiction... Oui, cela va loin cette phrase de Jésus ! Elle s’inscrit dans le sillage du texte d l’évangile d’hier : malheureux ceux qui pensent avoir tout compris, ceux qui pensent avoir fait le tour de toutes les questions de Dieu ou du sens de la vie avec leurs seules certitudes érigées en dogmes et qui ne peuvent s'ouvrir à la différence, la contradiction et la parole d’un autre... Attention donc à ne pas couper court au débat, à ne pas étouffer la parole de ceux qui pensent autrement, même en dehors de nos cadres traditionnels... C'est à eux que Dieu se révèle plus sûrement parfois qu'aux gardiens des musées de tradition ou de certitudes. De l'air ! De la fantaisie ! De l'ouverture ! Il n'y a jamais rien à rejeter dans le débat... C'est le principe de l'exercice de l'intelligence de ceux qui s'ouvrent à plus grand qu'eux, car ils savent qu'ils ne seront jamais eux et leur pensée la mesure de toute chose.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don