Accueil
being or not | Perspectives | by Gavin Brown
Partager

being or not | Perspectives | by Gavin Brown

Un article rédigé par Gavin BROWN - RCF Poitou Vienne,  -  Modifié le 2 mai 2021
Perspectives - Espace spirituel anglophone being or not | Perspectives | by Gavin Brown
To be or not is still an unresolved issue. Sartre was perhaps too literal when he translated Hamlet's big question as Being and nothingness. There are surely several more fruitful alternatives to his gloomy nihilism : -being and existence -being and circumstance -being and suffering -being and letting be. These are only a few – each of them worthy of at least a book, if not a complete treatise of philosophy.
podcast image par défaut

Jesus famously took the unsayable name of God as his own, and identified with pure being – successfully, because for Him, at least, the exercise was possible.  He also encouraged us to mould ourselves according to his example, to become one with Him even. Most of us find this a daunting prospect, because it highlights our own inadequacy. But for those who do at least try to follow him, to identify with the Master whenever he describes his  own nature, it proves to be an exercise – not of hubris – but of discovery. I AM  leads, if we follow Jesus' many uses of the term, to a bewildering diversity of destinations : life, the truth, the way, the bread from Heaven, the light of the world, the gate, the vine, the Good Shepherd . . .
Even if our attempts to identify with Christ will always be inadequate, they are worth everything we put into the effort; they make sense of our baptism, and give authenticity to our attempts to do right by God and our fellow beings. Christ is pure being, so he is our guide and model. Baptism establishes a link to this fiable model. But then we have to work at it to progress. The early Church was called The Way;  this recognized the difficulty of following Christ along the path he shows us, the spiritual struggle it inevitably requires.
But we have to establish what we mean by being. Being is an experience, but it is not the content of the experience. It is the doing, not the done. The  awareness of being is a blessed, happy state; but it is not identified with happiness; or with any state, because it cannot identify with anything but itself. When we read Jesus' statements about himself, we find there is no “thingness”, only a diversity of states which are changeless, yet ephemeral. Being is subjective, everything else is object. Heaven is, no objects. Objects are a diversion. Heaven has no objects which distract. 
As soon as we try to define being, in a generalised way, we fall into the trap of objectivisation. We have to catch it unawares to avoid making glib assumptions. This requires a heightened self-awareness, an ability to remain in contact with reality from moment to moment. Like being able to tell the time without looking at your watch.

We may also approach being by looking at what it is not.
being  is not existence – Whatever is objective about our life: our name, nationality, date of birth, present location, everything which defines us in space and in time, forms part of our existential identity. But because it is tangible and measurable it is not essential to our being; and many of our material circumstances will change with time. On the other hand, our being is constant inasmuch it is always in the present moment.
being is not circumstance  – This is another way of saying the same thing. We are bound by our place in time and in space, and circumstances of time and place dictate our freedom to act, or the absence of any such apparent freedom. What we are and what we would like to be, are nearly always distinct, nearly always different, indeed, sometimes painfully so.
being  does not  suffer suffering – Being does however accept responsibility for all the mismatches in the world, between the desired and the desirable, the undesirable, and all other dreaded potential outcomes of circumstance. Suffering is always necessary before resolution can be achieved and happy outcomes gained.  Christ's Cross is not a symbol; it is the archetype of this acceptance.
Being includes letting be – The only way to attain liberation from suffering is acceptance. This includes the acceptance that others have every right to be, just as we do. Tolerance is not enough; we must embrace the reality of our situation. 
To be or not to be is not a choice: in a quantum universe which includes both being and non-being, both outcomes are certain. We started with Hamlet's question. Perhaps its best answer was made, not by Sartre but by Shakespear himself, author of another much-loved Hamlet quote:
“There are more things in heaven and earth, Horatio, than are dreamt of in your philosophy”.
 
The French translation of this talk is available below.

Être et non-être - une méditation
Être ou non est toujours un problème non résolu.
Sartre était peut-être trop littéral lorsqu'il traduisit la grande question d'Hamlet par Etre et néant. Il existe sûrement plusieurs alternatives plus fructueuses à son nihilisme lugubre:
être et exister
être et circonstance
être et souffrir
être et laisser être.
Ce ne sont que quelques-uns - chacun mérite au moins un livre, sinon un traité complet de philosophie.
Jésus a pris le nom indicible de Dieu pour le sien, et s'est identifié à l'être pur - avec succès, parce que pour lui, au moins, l'exercice était possible. Il nous a également encouragés à nous modeler selon son exemple, à devenir un avec lui-même. La plupart d’entre nous trouvent cette perspective décourageante, car elle met en évidence notre propre insuffisance. Mais pour ceux qui essaient au moins de le suivre, de s'identifier au Maître chaque fois qu'il décrit sa propre nature, cela s'avère être un exercice - pas d'orgueil - mais de découverte. JE SUIS conduit, si nous suivons les nombreux usages de Jésus du terme, à une diversité déconcertante de destinations: la vie, la vérité, le chemin, le pain du Ciel, la lumière du monde, la porte, la vigne, le Bon Pasteur . . .
Même si nos tentatives pour nous identifier au Christ seront toujours insuffisantes, elles valent tout ce que nous mettons dans l'effort; ils donnent un sens à notre baptême et donnent de l'authenticité à nos tentatives de faire le bien par Dieu et nos semblables. Le Christ est un être pur, il est donc notre guide et notre modèle. Le baptême établit un lien avec ce modèle fiable. Mais ensuite, il faut y travailler pour progresser. L'Église primitive s'appelait La Voie; cela reconnaît la difficulté de suivre le Christ sur le chemin qu'il nous montre, le combat spirituel que cela requiert inévitablement.
Mais nous devons établir ce que nous entendons par être. Être est une expérience, mais ce n'est pas le contenu de l'expérience. C'est le faire, pas le fait. La conscience d'être est un état béni et heureux; mais il ne s'identifie pas au bonheur, ni avec n'importe quel état, parce qu'il ne peut s'identifier à rien d'autre qu'à lui-même. Quand nous lisons les déclarations de Jésus sur lui-même, nous constatons qu'il n'y a pas de «chose», seulement une diversité d'états qui sont immuables, mais éphémères. L'être est subjectif, tout le reste est objet. Le ciel est: pas d'objets. Les objets sont une diversion. Le ciel n'a pas d'objets qui distraient.
Dès que l'on tente de définir l'être, de manière généralisée, on tombe dans le piège de l'objectivation. Nous devons le prendre au dépourvu pour éviter de faire des hypothèses désinvoltes. Cela nécessite une conscience de soi accrue, une capacité à rester en contact avec la réalité d'un moment à l'autre. Comme être capable de lire l'heure sans regarder votre montre.  
On peut aussi aborder l'être en regardant ce qu'il n'est pas.
1) l'être n'est pas l'existence - Tout ce qui est objectif dans notre vie: notre nom, nationalité, date de naissance, lieu présent, tout ce qui nous définit dans l'espace et dans le temps, fait partie de notre identité existentielle. Mais parce qu'elle est tangible et mesurable, elle n'est pas essentielle à notre être; et bon nombre de nos circonstances matérielles changeront avec le temps. Par contre, notre être est constant dans la mesure où il est toujours dans le moment présent.
2) être n'est pas une circonstance – Ceci est une autre façon de dire la même chose. Nous sommes liés par notre place dans le temps et dans l'espace, et les circonstances de temps et de lieu dictent notre liberté d'agir, ou l'absence d'une telle liberté apparente. Ce que nous sommes et ce que nous aimerions être sont presque toujours distincts, presque toujours différents, voire parfois douloureusement.
3) l'être ne souffre pas ce qui est souffert - L'être accepte cependant la responsabilité de tous les décalages dans le monde, entre le désiré et le désirable, l'indésirable et tous les autres résultats potentiels redoutés des circonstances. La souffrance est toujours nécessaire avant que la résolution ne puisse être atteinte et que des résultats heureux soient obtenus. La croix du Christ n'est pas un symbole; c'est l'archétype de cette acceptation.
4) Être comprend le laisser être - La seule façon d'atteindre la libération de la souffrance est l'acceptation. Cela inclut l'acceptation que les autres ont parfaitement le droit d'être, tout comme nous. La tolérance ne suffit pas; nous devons embrasser la réalité de notre situation.
Être ou ne pas être n'est pas un choix: dans un univers quantique qui comprend à la fois l'être et le non-être, les deux résultats sont certains. Nous avons commencé par la question de Hamlet. Peut-être que sa meilleure réponse a été faite, non par Sartre mais par Shakespear lui-même, auteur d'une autre citation très appréciée de Hamlet:
«Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, qu'il n'en est rêvé dans ta philosophie».

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don