Accueil
Sr Michèle Decoster : les jeunes, "trésors de vie dans des vases d’argile"
Partager

Sr Michèle Decoster : les jeunes, "trésors de vie dans des vases d’argile"

RCF, le 9 novembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique des Salésiens Sr Michèle Decoster : les jeunes, "Trésors de vie dans des vases d’argile "

En croisant le quotidien des jeunes et des familles, je constate combien les personnes peuvent être fragilisées par la vie. L’actualité nous bombarde d’événements qui nous touchent de près : les conflits, la pauvreté, les déplacements forcés, le réchauffement climatique, la lutte pour les droits des femmes, la crise énergétique, l’atteinte à la vie des jeunes… Comment rester zen dans tout ça ?

Don Bosco ©wikimediacommons Don Bosco ©wikimediacommons

La pédagogie de Don Bosco valorise la joie et la fête. Loin de nier les difficultés, il s’agit d’une joie qui reflète aussi la traversée de la douleur. Dans les Valdocco d’hier et d’aujourd’hui, les jeunes cabossés par la vie sont les premiers à être accueillis.

 

Quelle pédagogie déployer auprès des jeunes en souffrance ?

 

La rencontre avec la douleur est inscrite dans l’existence humaine qui, par nature, est fragile et vulnérable. Nous possédons des trésors de vie dans des vases d’argile. Des événements viennent rompre un équilibre préexistant et atteignent quelque chose de profond en nous.

 

Bien souvent, la souffrance est camouflée. Et pourtant, elle constitue une expérience fondamentale pour un apprentissage significatif. Non pas que la douleur soit désirable, loin de là. Chaque expérience laisse des traces qui demandent à être intégrées et dépassées.

 

Je me rappelle une jeune mineure non accompagnée qui s’enfonçait dans la provocation et l’isolement. 

 

La première étape, c’était de l’aider à nommer sa souffrance, à trouver le courage d’en parler avec d’autres. Elle a pu   faire les comptes avec ses propres limites, à regarder plus en profondeur en elle et autour d’elle.

 

Elle s’est alors aperçue de plusieurs aspects qu’elle n’avait jamais considérés auparavant, à la fois son désir de ne pas être séparée de son environnement précédent et à la fois la réalité de vivre loin des siens. Elle a pu attribuer du sens aux difficultés qu’elle vivait aux plus petits détails de son existence. En creusant sa propre intériorité, elle s’est rendue compte de la solidité des liens qu’elle avait tissés avec les personnes de son nouvel entourage. Un peu à la fois, elle a pu abaisser ses défenses, amorcer un sourire jusqu’à se permettre de manifester sa joie.

 

Comment faire de la douleur une expérience formative ?

 

Certains événements douloureux dépendent de nos choix. D’autres nous sont imposés par la vie. Dans un cas comme dans l’autre, une zone de nous-mêmes est atteinte. Des émotions fortes provoquent des impacts qu’il convient de redimensionner à leur juste place pour rétablir un équilibre et réinvestir nos énergies dans une action positive.

Dans notre mission d’accompagnement humain et pastoral, nous pourrions commencer nous-même à vivre chaque difficulté comme une occasion de transformation personnelle.

Accueillir le sens de la douleur signifie porter un nouveau regard sur nous-même et sur les circonstances jusqu’à rendre féconde l’expérience la plus difficile et la moins désirable de la vie.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don