Partager

Hamou Bouakkaz - L'importance d'accompagner les aidants

RCF, le 3 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique Handicap L'importance d'accompagner les aidants
Partager

Le 6 octobre c’est la Journée nationale des aidants. Et ils la méritent amplement, cette journée où la société met en lumière l’engagement de ces millions de personnes pour un proche qui sans eux ne pourraient souvent pas effectuer les actes les plus élémentaires pour une vie digne...

Hamou Bouakkaz, expert diversité et handicap ©DR Hamou Bouakkaz, expert diversité et handicap ©DR

En France, on estime à 11 millions le nombre d’aidants familiaux qui accompagnent au quotidien un proche dans une situation de dépendance en raison de son âge, d’une maladie ou d’un handicap. Cela représente un Français sur quatre, et augmentera avec le vieillissement de la population. Il est difficile de parler d’un profil type, même si les études nous montrent qu’il s’agit majoritairement de femmes. 

 

60% des aidants - soit environ six millions de personnes - travaillent. Leur situation d’aidant les conduit à demander fréquemment des congés itératifs. Ils prennent en moyenne 16 jours de plus de congés maladie par an que leurs collègues. Leur présentéisme, c’est-à-dire l’impact du stress lié à la personne qu’elles aident, est évalué à 1.500€ par aidant chaque année : ce qui entraîne une perte globale de productivité de six milliards d’euros par an.

 

Comment les pouvoirs publics ont-ils face à ce défi sociétal ?

 

En 2015, la France a créé un statut légal de l’aidant. En 2016 un droit au répit a été instauré. En 2018, le don de RTT à l’aidant a été facilité. En septembre 2020, l’allocation journalière du proche aidant (Ajpa) indemnise à hauteur de 66 jours le congé de proche aidant. Depuis novembre 2021, l’allocation journalière de présence parentale (Ajpp) peut être renouvelée lorsque le plafond de 310 jours est atteint avant la fin de la période des trois ans.

 

Quelles sont les principales demandes des aidants ?

 

Savoir de quelles aides l’aidant peut disposer relève du délit d’initié ! Selon l’âge de l’aidé, les interlocuteurs diffèrent et les délais de traitement des demandes sont trop longs. Ils sont épuisés car la charge psychique est souvent lourde et la conciliation travail / aide est exténuante. Il s’ensuit qu’un aidant sur trois meurt avant son aidé. 

 

Comment pourrait-on améliorer la situation ?

 

Certaines entreprises jouent le rôle de coordonnateur de parcours en recourant à des outils pour permettre à leurs salariés de s’y retrouver dans les aides. C’est le cas d’Endel, qui utilise la plateforme Ises, développée par le spécialiste Jérôme Ripol. On pourrait imaginer que les entreprises abondent l’allocation journée proche aidant dans des proportions à définir. L’idée d’une couverture assurancielle est sans doute à creuser pour un risque qui ira croissant et participe de la prévention de la perte d’autonomie. Comme souvent, la question de l’aide aux aidants est bien moins financière qu’administrative et de bon sens !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don