Accueil
Pauvreté en France en 2021, le rapport glaçant du Secours Catholique

Pauvreté en France en 2021, le rapport glaçant du Secours Catholique

Un article rédigé par Arthur Carmier - RCF Jerico Moselle,  -  Modifié le 25 novembre 2021
Passeurs d'humanité Alexis GARNIER, délégué du Secours Catholique pour la Meuse et la Moselle

Le Secours Catholique a publié son rapport annuel sur l'état de la pauvreté en France. D'après les statistiques collectées sur l'année 2020, l'association met le doigt sur les problèmes qui frappent les plus pauvres, avec une partie thématique axée sur l'aide et l'accès à l'alimentation.

Secours Catholique Meuse-Moselle Secours Catholique Meuse-Moselle

Comme chaque année, le Secours Catholique a publié un rapport sur l'état de la pauvreté en France. L'association a accompagné près de 770 000 personnes en 2020. Des analyses statistiques ont ainsi été menées autour de 38 800 ménages pour analyser les situations de pauvreté de ces personnes rencontrées et en comprendre les causes.

La pauvreté frappe en premier lieu les jeunes actifs et leurs enfants. Sans grande surprise, les familles monoparentales représentent une bonne partie des personnes en situation de précarité, avec environ 29% des ménages aidés par le Secours Catholique (25,1% de mères isolées, 3,5% de pères isolés). Les couples avec enfants représentent eux près de 22,3% des situations. Nous avons donc une majorité de familles dans les cas de pauvreté.

Une pauvreté qui se mesure à travers le niveau de vie des personnes aidées par le Secours Catholique. En 2019, le niveau de vie médian en France métropolitaine est de 1837€/mois. Le seuil de pauvreté est lui de 1102€/mois. Le niveau de vie médian des personnes accueillies par le Secours Catholique en 2020 est de 537€/mois. Cela équivaut à la moitié du seuil de pauvreté. Un constat glacial.

Le Secours Catholique en Moselle et en Meuse

Directeur du Secours Catholique Meuse-Moselle, Alexis Garnier nous fait remarquer que la crise sanitaire a accentué les difficultés des plus pauvres. Elle a isolé les personnes et a fait croître les problèmes au travail. Il suggère qu'il faut repenser l'aide alimentaire dans sa globalité. En effet, le coût de la vie étant de plus en plus élevé, notamment en terme d'énergie, la variable d'ajustement des ménages est l'alimentation. Cela peut entraîner des répercussions graves sur la santé.

De graves préoccupations concernant l'alimentation

1088 ménages ont participé à l'enquête alimentaire annuelle menée par le Secours Catholique. 57% des ménages ont demandé une aide alimentaire pour la première fois en 2020. 70% d'entre eux ont des enfants. 60% sont de nationalité étrangère. 43% des ménages concernés ne perçoivent pas la moindre ressource financière.

Pire encore, près de 9 ménages sur 10 aidés par le Secours Catholique sont victimes de ce qu'on appelle l'insécurité alimentaire, c'est-à-dire qu'ils sont sujets à des inquiétudes aux privations lourdes. Plus d'un quart des ménages ne mange pas pendant une journée entière ou davantage, de manière régulière, en raison de la pauvreté.

Pour consulter le rapport dans son ensemble, rendez-vous sur le site du Secours Catholique.

Passeurs d'humanité Alexis GARNIER, délégué du Secours Catholique pour la Meuse et la Moselle
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don