Accueil
L’avenir des propriétaires forestiers sans langue de bois
Partager

L’avenir des propriétaires forestiers sans langue de bois

Un article rédigé par Marion Deygas - RCF Saint-Étienne, le 21 mars 2024  -  Modifié le 21 mars 2024

Le 22 mars, nous célébrons la journée internationale des forêts. Ces dernières représentent une surface importante du territoire ligérien. Alors, quels enjeux autour de l'avenir des forêts ? Entretien avec Jacques-Régis Descours, le président de Fransylva Loire. 

La Loire compte 45 000 propriétaires privés de forêt / RCF Saint-Etienne. La Loire compte 45 000 propriétaires privés de forêt / RCF Saint-Etienne.

La Loire est un département très boisé. Les chiffres de Loire Forez Agglomération révèlent qu’un tiers du Forez serait recouvert de forêt, ce qui représente 48 688 hectares. La grande majorité des détenteurs de ces parcelles sont des propriétaires privés : on en dénombre près de 45 000. Être propriétaire, c’est s’occuper activement de sa forêt. L’entretien dépend d’abord de la taille. Au-dessus de vingt hectares, il existe “des plans simples de gestion pour voir les travaux à faire pendant les 20 années à venir”, explique Jacques-Régis Descours, le président de Fransylva Loire. Par exemple, ces plans indiquent, si, en fonction de leur âge, les plantations doivent être taillées. En dessous de vingt hectares, le propriétaire est libre de gérer son terrain à sa manière. Il existe des formations portées par le Centre National de la Propriété Forestière à travers des stages FOGEFOR. Là-bas, le néo-propriétaire perfectionne ses connaissances en termes d’entretien, mais aussi de commercialisation et de fiscalité. Et surtout, il apprend à faire face aux enjeux contemporains liés aux forêts. 

Les effets du réchauffement climatique

“La forêt se gère sur des décennies et aujourd’hui, le réchauffement climatique induit des difficultés”, affirme Jacques-Régis Descours. De plus en plus d’arbres sèchent, les essences souffrent. Les cas de mortalité se multiplient. Au fil des années, la Loire a vu apparaître la problématique des incendies jusqu’alors presque méconnue dans le département. Pour tenter de préserver leurs bois, les propriétaires cherchent alors à “remplacer ou compléter ces forêts par des nouvelles essences”.  Ces dernières pourraient changer le visage des forêts ligériennes.

Une succession qui se perd 

Autre problème, la succession n’est plus toujours assurée. Dans la Loire, la propriété forestière est très morcelée. “Sur 45 000 propriétaires, 40 000 possèdent moins de quatre hectares”, développe le président de Fransylva Loire. Cette découpe est liée à des questions d’héritage. “Autrefois, à la campagne, les gens se chauffaient au bois”, ils avaient donc leur propre stock de bûches généré par leur parcelle. Au fil des successions, la forêt est cédée à la génération suivante. Mais de nos jours, beaucoup d’enfants s’éloignent de leurs familles, habitent plus loin : “Quand vous héritez de deux hectares de forêt dans la Loire et que vous habitez à Paris, ce n'est pas la même chose”, concède Jacques-Régis Descours.  

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF42
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
L'invité de la rédaction (Saint-Etienne)

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don