Accueil
Poésie Haïtienne au féminin 1/5
Partager

Poésie Haïtienne au féminin 1/5

Un article rédigé par Odile HOW SHING KOY - RCF Saint-Étienne,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Au cours de cette dernière semaine de l’année 2016, Odile HOW SHING KOY s’est penchée sur la poésie haïtienne, celle écrite par des femmes poètes plus ou moins connues.

Découvrez-les tout au long de ces jours.

Célie Diaquoi-Deslandes, Marie-Thérèse Colimon-Hall et Jacqueline Beaugé-Rosier, seront les trois poétesses choisies par Odile et qui forment, pour ainsi dire, l’ossature de la nouvelle poésie féminine (1950-1980). Cette seconde période, plus riche en poétesse que la précédente, viendra surtout marquer la première étape de la modernité en ce qui a trait à la poésie haïtienne au féminin.
Aujourd’hui, Odile vous lit un poème de Célie Diaquoi- Deslandes
Célie Diaquoi-Deslandes (1907 - 1989) est une poète haïtienne méconnue. Elle marque pourtant la première étape de la poésie moderne haïtienne au féminin. Ses poèmes traduisent la nostalgie du pays natal, Gonaïves, et expriment sincérité et fraîcheur. Sa poésie est empreinte d’images variées : de l’érotisme, des paysages du terroir, des souvenirs de voyages et des passions. Elle témoigne aussi de ses souffrances, dévoilant absence et silence. Cependant, son ton simple et naturel dissipe toute obscurité.
Célie Diaquoi-Deslandes

Matin. Ciel bleu. Nuages légers.
La montagne. Les arbres. Les fleurs.
Le soleil derrière la montagne
Le parc.
Les bancs. La balançoire.
Les enfants avec leurs bonnes
Le jardinier costaud, vif, bel homme.
Les jeunes filles en mini-jupes.
Les jeunes femmes les admirent.
Les vieilles femmes le regard oblique.
La rue.
Les autos foisonnent. Les coussins sont brûlants.
Les klaxons s’énervent.
Le pavé s’amollit sous la chaleur.
Les cyclistes imprudents. Les signaux lumineux.
Les piétons marchent à grands pas.
Les jeunes filles sont très jolies.
Les jeunes femmes élégantes.
Les vieilles femmes vont lentement.
Le policier avec ses lunettes noires.
Les magasins luxueux.
Les enfants avec leurs mamans.
Les jouets qu’ils réclament.
La radio des restaurants.
Les jeunes filles à l’allure désinvolte.
Les jeunes femmes souriantes.
Les vieilles femmes soucieuses.
L’église.
Les fidèles prient. L’autel au fond de l’église.
L’harmonium de l’église à gauche
Les statues à droite.
Les jeunes filles qui s’exhibent
Les jeunes femmes qui s’agenouillent.
Les vieilles femmes qui prient, prient fort.
L’atmosphère de piété.
L’heure du retour.
Les provisions pour le dîner
L’heure du dîner. Les plats succulents.
Les jeunes filles qui mangent peu.
Les jeunes femmes qui mangent bien.
Les vieilles femmes qui mangent trop.
La conversation qui s’anime.
L’après-midi frais et gai.
La glace au chocolat.
La musique au salon.
Les jeunes filles se déhanchent.
Les jeunes femmes balancent mollement les hanches.
Les vieilles femmes chuchotent, chuchotent.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don