Accueil
L’orfèvrerie liégeoise des XVIIe et XVIIIe siècles (1/2)

L’orfèvrerie liégeoise des XVIIe et XVIIIe siècles (1/2)

Un article rédigé par Pierre-Yves Kairis - RCF Liège, le 6 décembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
D'art et d'histoire de Liège L’orfèvrerie liégeoise des XVIIe et XVIIIe siècles (1/2)

C’est avec deux grands spécialistes de la question qu’est abordée l’orfèvrerie liégeoise : Pierre Colman, professeur émérite d’histoire de l’art des Temps modernes à l’Université de Liège, et Luc Engen, ancien conservateur du Musée Curtius et directeur honoraire du Musée communal de Huy.

Ces deux membres fondateurs de l’Académie d’histoire de l’orfèvrerie en Belgique expliqueront comment ils en sont venus à s’intéresser à l’orfèvrerie, dans la foulée des travaux de Joseph Brassinne. Le sujet en valait la peine, Liège s’étant avérée un foyer provincial de haut niveau dans le domaine de l’orfèvrerie, en particulier au XVIIIe siècle.

Saint Adalbert (Mivion), cafetière à côtes torses (Renier), poinçons © IRPA-KIK, Bruxelles. Saint Adalbert (Mivion), cafetière à côtes torses (Renier), poinçons © IRPA-KIK, Bruxelles.

Des études de référence


Si la publication, en 1966, de la thèse de Pierre Colman sur l’orfèvrerie religieuse liégeoise des Temps modernes a constitué un moment important dans la connaissance des orfèvres de nos régions, la création, en 1985, de l’Académie d’histoire de l’orfèvrerie en Belgique a représenté une autre étape décisive dans l’approche scientifique du sujet. Cette association fut à l’origine de plusieurs expositions remarquables renouvelant la connaissance du sujet, comme en témoigne le catalogue de l’importante exposition de 1991 sur l’orfèvrerie civile ancienne du pays de Liège.

 

Atelier de la veuve de Nicolas-François Mivion, Saint Adalbert, 1699-1700, h. 67 cm, Liège, église Saint-Jean l’Évangéliste. © IRPA-KIK, Bruxelles.

 

 

Remy-Joseph Renier, cafetière à côtes torses, 1775, h. 32 cm, Seneffe, Musée de l’Orfèvrerie. © IRPA-KIK, Bruxelles.

 

Alois


Trois types d’alois étaient en vigueur à Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le plus commun est l’argent de poinçon (avec 85,4 % d’argent minimum à partir de 1622, ce qui est plus faible que dans les villes de Pays-Bas). On trouve aussi, mais plus rarement, l’argent de louis (91,7 %) et l’argent de Bavière (66,7 %). 

Idem, les marques : striche, poinçon onomastique RR, aigle bicéphale avec date de 1772, lettre annale D, blason du prince Velbrück. © IRPA-KIK, Bruxelles.

Poinçons


Les pièces faisaient l’objet de différents marquages permettant un contrôle strict et assurant ainsi une garantie de bonne composition aux clients. Le poinçon onomastique, généralement présenté sous forme d’initiales du prénom et du nom de l’orfèvre, permettait d’identifier celui-ci. Les orfèvres étaient tenus d’enregistrer leur poinçon auprès de la corporation sur une table dite d’insculpation, qui reprenait leur nom à côté de leur poinçon. Les tables d’Ancien Régime ayant disparu, l’identification des orfèvres relève souvent du casse-tête et de nouveaux poinçons de maître sont identifiés chaque année par nos deux spécialistes. Du reste, ceux-ci publieront incessamment un répertoire des poinçons d’orfèvres liégeois dans les pages des ressources en ligne du site web de l’IRPA (http://balat.kikirpa.be/tools.php).

Pour le contrôle, les poinçons les plus significatifs étaient ceux de la corporation, qui comportaient quatre marques : le blason princier (ou le buste de saint Lambert pendant les interrègnes) ; le blason de la Cité sous forme d’aigle bicéphale surmontant, à partir de 1667, une date, le plus souvent celle du début du règne princier ; la lettre annale renvoyant l’année du règne (ex. : D = la 4e année du règne en cours) ; enfin, la striche, ou rayure-éprouvette, minuscule prélèvement qui était pesé pour vérifier la conformité de l’aloi.
 

 

Découvrez encore plus de "leçons" d'histoire de l'art liégeois par Pierre-Yves Kairis dans son émission "D'art et d'histoire de Liège" sur RCF Liège. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Pierre-Yves Kairis, RCF Liège
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
D'art et d'histoire de Liège

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don