Partager

Les métiers du sanitaire et du social : un diplôme et un emploi à la clé

RCF Lorraine Nancy,  -  Modifié le 17 juillet 2023

La région Grand Est s'implique dans les métiers du sanitaire et du social. Chantal MAZAEFF, la directrice de l'école supérieure de Praxis sociale à Mulhouse, nous renseigne sur ces métiers. Comme nous l'avons vu tout au long de la semaine, ces métiers garantissent un diplôme et un emploi à la suite de la formation, les besoins étant considérables. 

©PRAXIS ©PRAXIS

Chantal MAZAEFF, vous êtes la directrice de l'école supérieure de Praxis sociale à Mulhouse. Praxis, c'est un centre de formation dédié aux métiers du social et du médico-social.

Nous sommes un centre de formation pour différents métiers. Il y a les métiers de proximité (accompagnant éducatif et social, les techniciens d'intervention sociale et familiale), les métiers pour travailler auprès de publics, les métiers de l'intervention sociale (éducateur spécialisé, assistant social, éducateur de jeunes enfants) et les métiers de l'encadrement (chef de service, ingénierie de projet). En résumé, les métiers de la petite enfance à l'accompagnement des personnes dépendantes et des personnes âgées au domicile ou en établissement. À l'échelle du Grand Est, il y a un certain nombre d'établissements de formation. Où que l'on habite, on aura une formation pas loin de chez soi.  

Il y a une réelle crise autour de ces métiers de l'humain. Les besoins sont considérables. Il faut former. Quel est le profil de vos étudiants ou des alternants qui partagent leur temps entre l'entreprise et le centre de formation ? 

Nous traversons aujourd'hui une crise importante dans les entreprises pour trouver du personnel qui puisse répondre aux besoins et parfois aussi des difficultés pour que les gens puissent intégrer les formations. Ces formations et les profils qui intègrent nos formations, ce sont des étudiants en formation initiale et des personnes qui sont dans des processus de reconversion, qui parfois ont envie de changer de voie, la volonté de retrouver du sens mais aussi de retrouver de l'emploi facilement, parce que nous sommes vraiment dans des métiers qui recrutent. Aujourd'hui, ces formations ont une durée comprise entre 12 à 36 mois. Il faut souligner que ce sont des formations en alternance. Par exemple, pour les accompagnants éducatifs et sociaux, ils sont trois semaines en entreprise au contact des publics, dans la réalité du monde et puis une semaine à l'école, en formation, où là on va travailler sur ce qu'ils vivent dans les entreprises. L'intérêt de cette quinzaine de formations, c'est qu'elles donnent toutes l'accès à un diplôme d'état. L'intérêt d'un diplôme, c'est qu'il permet une reconnaissance, un statut, une possibilité d'évoluer grâce à la formation continue. 

Est-ce qu'il y a une prise de conscience de l'importance de ces métiers du sanitaire et du social ?

La prise de conscience démarre localement mais va jusqu'au Ministère de l'action sociale. Il y a plusieurs mesures qui ont amené une revalorisation salariale pour certains de ces métiers. Les métiers de l'aide à domicile vont être revalorisés et surtout une réflexion est menée sur la question des conditions et de la qualité de vie au travail. 

Comment s'informer ou rejoindre l'une de ces formations ?  

Plusieurs voies permettent de s'informer. Il y a des salons des métiers sur tous les territoires, le portail de la Région (Grand Est) sur lequel vous trouverez toutes les formations qui sont présentées, développées par la Région au sein de notre établissement, bien sûr, Pôle Emploi, les Missions Locales, les sites des écoles et les journées portes-ouvertes qu'organisent les différents centres de formation. Pour intégrer les formations, il y a différentes modalités : soit vous passez par un entretien, ce qu'on appelle de positionnement qui permet d'évaluer le besoin de formation, soit par des épreuves d'admission. Ce sont des formations qui sont toutes en alternance. La moitié de la formation se fait dans des entreprises, auprès des employeurs, et il y a un lien très fort entre les entreprises et les centres de formation, ce qui amène des personnes qui rentrent en formation avec un statut d'étudiant, pas rémunéré, à basculer en apprentissage pendant la formation et ce qu'il faut souligner, c'est que les personnes qui sont formées sont toutes sûres d'avoir un emploi à la sortie de la formation 

 

Un reportage réalisé par les radios associatives avec le soutien de la région Grand Est - © Crédit photo : AZUR FM 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don