Accueil
Les collections de tapisseries des princes-évêques de Liège au XVIe siècle
Partager

Les collections de tapisseries des princes-évêques de Liège au XVIe siècle

Un article rédigé par Pierre-Yves Kairis - RCF Liège, le 18 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
D'art et d'histoire de Liège Les collections de tapisseries des princes-évêques de Liège au XVIe siècle

Lorsqu’on pense aux princes-évêques collectionneurs au XVIe siècle, c’est le nom d’Érard de La Marck, grand prince de la Renaissance, qui vient immédiatement à l’esprit. Celui dont le règne fut souvent qualifié de réparateur fut un grand collectionneur et mécène. Sur la foi des inventaires et des rares pièces conservées, on estime qu’il possédait au moins deux cent cinquante tapisseries. Les informations sont plus rares pour les princes postérieurs. C’est Anne-Sophie Laruelle, chargée de recherche du FRS-FNRS et spécialiste des tapisseries de la Renaissance, qui nous en parle.

© Metropolitan Museum of Art © Metropolitan Museum of Art

Un prince fastueux


Au cours de son règne (1505-1538), Érard de La Marck fit rénover plusieurs bâtiments princiers, à commencer par le palais de Liège et le château de Huy. Il les orna de maintes tentures, soit des suites de tapisseries sur un même thème. Aux préoccupations artistiques se mêlent des considérations politiques. En 1517-1518, Érard rompt avec la France de François Ier pour se tourner vers Charles Quint, qui lui a promis la pourpre cardinalice. Jusqu’alors, il commandait généralement ses tapisseries à Paris (comme celles sur le thème de la Vierge ou de Saint Lambert offertes à la cathédrale de Liège en 1512). Après 1518, il ne les commanda plus qu’à des ateliers des Pays-Bas, essentiellement de Bruxelles.

 

d’après Bernard van Orley, tapisserie bruxelloise de l’Honneur de la tenture de la Gloire Immortelle, laine et soie, 462 x 799 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, 2015.396.© Metropolitan Museum of Art.

 

Des thématiques essentiellement profanes


Les thèmes des tapisseries que possédait Érard ne sont connus que par les inventaires. On trouvait essentiellement des verdures, souvent avec des scènes de chasse, comme celles qui ornaient le château de Huy. On ne connaît qu’un seul sujet antique, avec une tapisserie sur le thème d’Hercule – information intéressante, vu qu’on y retrouve le thème du seul tableau connu de la collection de peintures d’Érard. Mais ce sont surtout les sujets allégoriques qui semblent dominer. On songe aux tentures avec les Triomphes de Pétrarque, à celles sur les Honneurs d’après Pierre Coeck d’Alost ou à la suite de douze tapisseries sur le thème des Mois qui ornaient la salle à manger du château de Huy. Les thèmes religieux sont rares (Samuel, Salomon, Sainte Véronique), à telle enseigne qu’on se demande s’ils n’ont pas fait l’objet d’inventaires spécifiques et non repérés à ce jour.  

 

extrait de l’inventaire de 1532 des tapisseries d’Érard de La Marck aux châteaux de Huy, Stockem et Curange. Enghien, Archives d’Arenberg. Cliché Anne-Sophie Laruelle.

 

De rares pièces conservées


Une dizaine à peine des tapisseries ayant appartenu à Érard de La Marck sont aujourd’hui authentifiées. Elles sont répandues à travers le monde : Glasgow, Lorette, Boston, New York… Certaines pourraient avoir été réalisées d’après des cartons de Lambert Lombard, le grand peintre liégeois de la Renaissance et peintre en titre du prince, comme ce Couronnement de la Vierge que l’évêque de Liège a offert à son ami le cardinal Alexandre Farnèse lorsqu’il accéda au trône de saint Pierre sous le nom de Paul III.

Beaucoup plus rares sont les informations recueillies sur les tapisseries commandées par ses successeurs, princes incontestablement moins opulents.

 

d’après Lambert Lombard (?) s’inspirant d’une gravure de Maître au Dé, tapisserie bruxelloise du Couronnement de la Vierge, laine, soie, or et argent, 428 x 307 cm, Rome, Musées du Vatican. © Governatorato dello Stato della Città del Vaticano – Direzione deiMusei e dei Beni Culturali.

 

Découvrez encore plus de "leçons" d'histoire de l'art liégeois par Pierre-Yves Kairis dans son émission "D'art et d'histoire de Liège" sur RCF Liège. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don