Accueil
Le Grand Motet versaillais sous Louis XIV et Louis XV
Partager

Le Grand Motet versaillais sous Louis XIV et Louis XV

Un article rédigé par Michel Trémoulhac - RCF Saint-Étienne, le 20 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
Musiques en vie Le grand motet versaillais sous Louis XIV et Louis XV

C'est la musique qui donne au Versailles de Louis XIV son âme, sa vie et sa respiration. Les trois structures voulues par le roi, qui régissent la vie musicale au château sont la "Chambre", la "Chapelle" et "l'Ecurie". A la tête de ces trois entités se succèdent sous le règne de Louis XIV puis de son arrière petit fils Louis XV, quelques uns des plus brillants compositeurs de la cour.

Le Château de Versailles Le Château de Versailles

Impossible d'évoquer les noms de Lully, Lalande, Dumont ou Campra, ces compositeurs de musique du Grand Siècle, sans les re-situer dans le contexte de Versailles, cette cour flamboyante sous le règne du Roi Soleil.

Du lever au coucher du roi, de Noël à Pâques, à la Chambre comme à la Chapelle, tous les grands moment de la Cour sont rythmés par une organisation musicale élaborée dont l'objectif est sans cesse de glorifier le monarque. Mais il faut pour cela une organisation structurée.

1. La Musique de l'Ecurie

C'est une musique d'extérieur, composée d'instruments particulièrement sonores (cuivres et percussions) qui a pour but d'agrémenter les évolutions équestres mais aussi les évènements royaux dans les jardins, entrées royales, carrousels, retours de chasse, réceptions en plein air. Sans parler des accueils de dignitaires ou souverains étrangers. C'est sans nul doute le dispositif musical le plus sollicité durant l'année.

Jardin et fontaine

2. La Musique de la Chapelle

Le roi assiste à la messe tous les jours. C'est une messe souvent chantée qui fait intervenir un choeur et, outre le grand orgue, un véritable petit orchestre pour l'accompagner. Sous la direction d'un maître ou sous-maître de chapelle (si ce dernier partage sa mission avec un ou trois autres sous-maîtres, par semestre ou trimestre, appelé alors quartier), le choeur au départ modeste va se développer à la construction de la Chapelle Royale actuelle en 1710, jusqu'à compter près de 100 choristes et musiciens. La place de l'orgue demeure également importante, les maîtres de chapelle étant souvent organistes eux-mêmes.

L'intérieur de La Chapelle Royale et l'orgue

 

3. La Musique de la Chambre 

Là encore des maîtres de musique sont chargés de régler les interventions de la Musique de la Chambre. Petit Lever, Grand Lever, Repas du roi sont autant d'occasions de mobiliser le personnel musical de la Cour :  chanteurs, instrumentistes, pages, solistes... Les ensembles vocaux ou instrumentaux s'adaptent aux besoins et aux lieux dans lesquels ils sont appelés à se produire. Ainsi les "Vingt-Quatre Violons" appelés Grande Bande et les Petits Violons (Petite Bande) constituent la base des grands concerts, la Petite Bande se chargeant des concerts moins officiels. Les Petits Violons, chers à Lully qui y trouve toute la souplesse qui fait défaut à la Grande Bande, rassemblent tout de même une vingtaine de musiciens et même si c'est paradoxal, pas seulement des violons mais aussi des bois : flûtes, hautbois, bassons.

Abandon de tout ce dispositif sous la Régence

A la mort de Louis XIV, tous ces enfants étant morts avant lui, c'est Philippe d'Orléans, Régent de France et neveu du Roi Soleil, qui va gouverner le royaume, en attendant la majorité du futur Louis XV, qui n'a que 5 ans. La Maison Royale perd de son lustre, la Cour quitte Versailles pour s'installer à Paris (le jeune roi aux Tuileries et le Régent au Palais-Royal). Les difficultés financières de l'époque pousse Philippe d'Orléans à réduire de manière drastique le train de vie "royal" et la Musique en particulier.

Il faudra attendre la majorité de Louis XV (à l'époque, 13 ans) pour qu'en 1722, la Cour retourne à Versailles et qu'elle retrouve, en partie, le mode vie d'avant la Régence. A la demande de Louis XV, le Régent installe alors de nouveaux compositeurs aux postes de Maîtres de Musique. A la Chambre ce sera François Colin de Blamont et André-Cardinal Destouches. A La Chapelle pas moins de quatre musiciens se partageront la charge : Michel-Richard de Lalande (déjà en poste sous Louis XIV), Nicolas Bernier, André Campra et Charles-Hubert Gervais.

Jardin et sculpture

Ce sont Michel-Richard de Lalande et Charles-Hubert Gervais qui sont à l'honneur dans l'émission Boîte à Musique de RCF Saint-Etienne, laquelle nous offre à entendre les grands motets Deitatis Majestatem et  Judica me Deus (psaume 42).

Sources et prolongements :

https://cmbv.fr/fr/decouvrir-le-baroque/musique-a-la-cour

https://cmbv.fr/fr/decouvrir-le-baroque/le-motet

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Musiques en vie

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don