Accueil
Le fardeau de Jérusalem, "ville de la paix"
Partager

Le fardeau de Jérusalem, "ville de la paix"

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Depuis les déclarations de Trump il est nécessaire de tenter de comprendre ce qu'est Jérusalem. Si son nom signifie "ville de la paix", c'est là une réinterprétation biblique.
RCF / Thierry Lyonnet - La plaus ancienne trace écrite de Jérusalem remonte au XVIIIè siècle av. J.-C. RCF / Thierry Lyonnet - La plaus ancienne trace écrite de Jérusalem remonte au XVIIIè siècle av. J.-C.

"On ne peut jamais rien dire de définitif sur Jérusalem, on a toujours des craintes dès que l'équilibre est fragilisé." Cité disputée, déchirée, Jérusalem a beau se trouver au cœur d'un conflit inextricable, elle n'en reste pas moins chargée de sens. Pour comprendre sa longue histoire, il faut lire revenir aux sources. À l'occcasion de son quarantième anniversaire, la revue Le Monde de la Bible consacre un important dossier à Jérusalem dans son numéro 223 : "Jérusalem dans les textes et les pierres".
 

"Le succès et la pérennité de Jérusalem aujourd'hui est le fruit d'une réécriture biblique"

 

Jérusalem, cité fantasmée

Trois religions, deux nations contraintes de cohabiter. Depuis les déclarations de Donald Trump, il est plus que jamais nécessaire de tenter de comprendre ce qu'est Jérusalem. On projette "beaucoup de fantasmes" sur cette ville, comme le dit Guy Delisle. Le dessinateur et scénariste de BD, auteur de "Chroniques de Jérusalem" (éd. Delcourt, 2011), a vécu un an dans le quartier arabe de la ville, là où s'installent la plupart des ONG et associations humanitaires.

"Beaucoup ne sont jamais allés là-bas mais ont une vision précise de la ville." Lui y est allé sans a priori, pour suivre sa compagne, mais il a été "tout de suite confronté à la tension" et confie même être revenu "très fatigué" de cette année. Pourquoi la ville est-elle autant multireligieuse ? Pourquoi cet équilibre est-il difficile, précaire?

 



 

Jérusalem, cité multireligieuse

Essentielle pour apporter des réponses, la recherche archéologique a justement beaucoup progressé ces dernières années, notamment grâce au projet européen de recherche Open Jérusalem, qui a donné lieu à la publication de "Jérusalem - Histoire d'une ville-monde" (éd. Flammarion, 2016).

Il faut remonter au Xè siècle, pour voir la ville devenir vraiment multireligieuse, avec l'émergence de quartiers juifs, musulmans, chrétiens - eux-mêmes subdivisés en quartiers arméniens, orthodoxes, etc. Et l'État d'Israël a beau exister depuis 1948, la ville de Jérusalem reste encore marquée par ces trois identités-là. "La question qui se pose toujours, précise Benoît de Sagazan, est celle de l'accès aux lieux saints pour ces trois communautés."

 



 

Jérusalem, "ville de la paix"

La première apparition de Jérusalem dans les textes remonte au XVIIIè siècle av. J.-C. "Ça m'impressionne toujours un petit peu de penser que Jérusalem rentre dans l'histoire sous le sceau d'une malédiction, puisque ce sont des textes d'exécration égyptiens, dont Jérusalem était l'ennemie", confie l'archéologue Estelle Villeneuve. "Jérusalem est rentrée dans l'histoire un peu comme le jouet entre les Assyriens, les Mésopotamiens... parce que cette région-là était le terrain de jeu et le champ de bataille des grandes puissances de l'époque."

Le nom de Jérusalem signifie "ville de la paix". Mais c'est là une réinterprétation biblique. Car étymologiquement, elle est la ville de Shalem, une divinité cananéenne ancienne. De même, "le succès et la pérennité de Jérusalem aujourd'hui est le fruit d'une réécriture biblique", précise l'archéologue, auteure de "Sous les pierres la Bible" (éd. Bayard).

 

Émission en partenariat avec Le Monde de la Bible / enregistrée en duplex avec RCF Maguelone Hérault à Montpellier

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don