Accueil
La sobriété, vœu pieu ou solution pour vivre heureux?
Partager

La sobriété, vœu pieu ou solution pour vivre heureux?

RCF, le 16 février 2018  -  Modifié le 1 février 2024
Passer de l'avoir et de l'accumulation à la qualité de l'être. Pour qu'elle ne soit pas qu'un vœu pieu, la sobriété doit être vécue dans la joie.
Avrielle Suleiman / Unsplash - La sobriété, ce n'est pas le renoncement ni le sacrifice, mais un autre rapport aux choses Avrielle Suleiman / Unsplash - La sobriété, ce n'est pas le renoncement ni le sacrifice, mais un autre rapport aux choses

En ce mercredi des Cendres, certains font le choix de quitter temporairement les réseaux sociaux. Pour le Carême, le mot d'ordre est en effet se débarrasser de ce qui entrave notre liberté intérieure. Pour cela, l'Église propose : la prière, le jeûne et le partage. Cette année, pour vous faire vivre le Carême, RCF a choisi le thème de la sobriété. Que nous soyons chrétiens ou non, la sobriété est ouverte à tous. Elle consiste à se priver non pas par haine subtile de soi-même et des autres, mais bien par amour de soi-même et des autres.
 

"On ne peut être dans cette sobriété que si on est animé par la joie"

 

la sobriété doit être joyeuse

"La sobriété c'est le contraire de l'ébriété, qui est une situation d'excès voire de démesure, explique Patrick Viveret, donc la sobriété ce n'est pas le renoncement, le sacrifice, l'ascèse, c'est la question de la démesure qui est en cause." Selon le philosophe, on peut aussi bien parler de "frugalité heureuse".

Car la joie doit en effet accompagner la sobriété. "On ne peut être dans cette sobriété que si on est animé par la joie", admet Jean-Claude Noyé, qui anime réguièrement des sessions de jeûne. Or, souvent on associe la sobriété à la rigueur, à l'austérité et à la tristesse. C'est sans doute là où un changement de paradigme doit intervenir.

 



 

Le moins est le nouveau plus

Produire et consommer toujours, et on sera heureux : ça c'est le refrain qu'on entend depuis de nombreuses années. Mais depuis quelques année, dans la société civile, et parmi les chrétiens notamment, on s'intéresse de plus en plus aux vertus de la sobriété. Notamment grâce aux ouvrages de Pierre Rabhi, à l'encyclique du pape François Laudato Si', ou encore aux Assises chrétiennes de l'écologie. En septembre dernier a également été lancé le Label Église verte.

N'y a-t-il pas cependant quelque chose de contre-intuitif à penser que moins égale plus? "On est très très sollicités vers l'accumulation et le fait de se remplir", comme le note Laura Morosini. Ce qu'en dit le pape François, qui a l'habitude de dénoncer le culte de l'argent, c'est que le besoin d'accumulation est le corollaire de la sècheresse des cœurs... Une fois qu'on a acheté, est-ce qu'on se sent mieux? A priori non!

 



 

De l'avoir à l'être, Changer de mentalité

On a beau savoir, globalement, que si on l'ensemble des humains consomment comme nous les Occidentaux, il faudrait trois ou cinq planètes ; les scientifiques et les associations ont parler de dérèglement climatique, d'atteinte à la biodiversité, de pollution dans les villes... si on veut changer de direction, "il faut une nécessité supérieure", soutient Patrick Viveret. "Et ça ne peut pas être simplement la nécessité et la logique de renoncement : c'est pour ça que les changements de posture qui font passer de la logique de l'avoir, de l'accumulation et de l'avidité, à la logique de la qualité, du développement dans l'ordre de l'être, sont essentiels."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don