Accueil
Du voguing à Strasbourg !
Partager

Du voguing à Strasbourg !

Un article rédigé par Eva Sztupecki - RCF Alsace, le 23 novembre 2023  -  Modifié le 23 novembre 2023

Un regard, des mouvements de bras, des poses spécifiques... Aujourd'hui, nous plongeons à la découverte d'une danse-culture : Le Voguing ! Qu'est ce que c'est ? Quelle est son origine ?
Ksu Labeija nous emmène découvrir cet espace de liberté dans lequel l'expression du corps devient une danse et une identité

© RCF Alsace : Ksu Labeija © RCF Alsace : Ksu Labeija

RCF Alsace : Bonjour Ksu Labeija ! Vous êtes danseuse de voguing professionnel et vous avez commencé votre carrière par la danse classique. Comment avez-vous connu le voguing?

 

Ksu Labeija : J'ai commencé effectivement par la danse classique qui a pris huit ans de mon enfance. Par la suite, j'ai commencé à découvrir les danses urbaines, en tout cas, les danses qui permettaient déjà d'improviser, de sortir un peu du cadre classique. C'est à partir de cette démarche d'improvisation que j'ai découvert le voguing. Vraiment, par hasard. 

 

RCF Alsace : Le voguing est une pratique artistique qui a émergé aux Etats-Unis. Qu'est ce que vous pouvez nous en dire? 

 

Ksu Labeija : C'est une danse, mais c'est aussi avant tout, une culture. Elle est née dans les années 70 dans une communauté des femmes trans latino américaines et afro américaines. Ce n'était pas du tout une création à but esthétique. Il y a un mouvement sociologique, une communauté aussi qui en réponse à une discrimination vécu au quotidien ont commencé à créer cette danse pour pouvoir trouver un espace pour pouvoir s'exprimer, ne pas être jugées et se sentir soi-même. 

 

RCF Alsace : Pouvez-vous nous parler des traits de danse caractéristiques du voguing ? 

 

Ksu Labeija : La danse est très polyvalente. On peut même ne pas danser dans le voguing ! Il y a des catégories comme Runway par exemple, où il s'agit de simplement savoir marcher. Juste à la manière de marcher, on peut dire que ça, c'est déjà du voguing ! Ensuite, les bras sont beaucoup impliqués, des poses simples comme si on posait pour un photographe, la démonstration d'une souplesse particulière des bras... Ça prend différentes allures et différentes formes.

 

RCF Alsace : Qu'est ce que le voguing a changé pour la communauté homosexuelle noire-américaine et latino-américaine ? Qu'est ce que cette danse a permis de faire avancer? 

 

Ksu Labeija : C'est une bonne question. Je pense que ça à enlever une certaine peur qu'il y avait de vouloir se montrer. Le voguing donne la possibilité de ne plus se cacher et de dire que tout le monde fait ce qu'il veut, que tout peut être interprété comme tu le souhaites, que si tu ne trouves pas un endroit qui te correspond personnellement, tu peux le créer. Je pense qu'une personne peut vraiment trouver... 

 

RCF Alsace : Un lieu de liberté d'expression ? 

 

Ksu Labeija : Plus que ça. C'est à dire que, quand on pense que dans les normes de la société on ne trouve pas notre place, ou même, quelque part, on nous dit que tu n'as pas de place. Je ne sais pas.. Par exemple, que tu ne peux pas travailler, que tu ne peux pas avoir une telle profession et que justement il y a des raisons de discrimination qui sont en sous-entendus. Et bien le voguing, c'est une danse de la culture Ballroom, (plus généralement) et a permis de faire comme on veut et de décider que, moi,  je veux faire comme ça. Et de, tout simplement : le faire.

 

RCF Alsace : De créer un peu son lieu à elle au final ?

 

Ksu Labeija : Exactement. 

 

RCF Alsace : Et est ce que tout le monde peut faire du voguing?

 

Ksu Labeija : Ma réponse personnelle, c'est oui. Tout le monde peut faire du voguing, à partir du moment où c'est fait avec une pensée constante à la culture et que c'est fait en respect profond envers cette culture. Il y a également une interrogation personnelle : " Pourquoi est-ce qu'on fait cette danse ? " Car contrairement aux autres danses, il ne s'agit pas que d'un aspect esthétique, il faut aussi voir pourquoi on a besoin de faire du voguing.

 

RCF Alsace : Merci beaucoup Ksu Labeija ! 

 

Ksu Labeija : Merci beaucoup !

 

RCF Alsace : Pour en savoir plus, rendez vous pour prendre un cours de voguing avec Ksu Labeija au Centre chorégraphique de Strasbourg.


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don