Accueil
Catherine Ferland, Kilien Stengel, Didier Nourrisson
Partager

Catherine Ferland, Kilien Stengel, Didier Nourrisson

Un article rédigé par Jean-Claude DUVERGER - RCF Saint-Étienne,  -  Modifié le 17 juillet 2023
Table ronde avec Catherine FERLAND, Kilien STENGEL et Didier NOURRISSON Festival d'Histoire de Montbrison (organisation La Diana)

Table ronde avec :
CATHERINE FERLAND « Bacchus en Canada. Boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle France » (Septentrion)
KILIEN STENGEL « Cuisine du futur et alimentation de demain » (L’harmattan)
DIDIER NOURRISSON « Crus et cuites. Une histoire du buveur » (Editions Perrin)
 
Boire et manger ne constituent pas un acte simplement naturel, mais procèdent d’une démarche culturelle. Ces pratiques répondent en effet à un ensemble de codes, de règles et de normes élaborés et modifiés au fil du temps, légitimés par la tradition, surveillés par la loi, autorisés par la religion!

 

Chronique de Jacques PLAINE publiée dans L’Essor

 
Didier Nourrisson - Crus et cuites. Histoire du buveur - Perrin - 24 €
 
 Didier Nourrisson, ancien élève de l’ENS, enseignant à l’Université Claude-Bernard Lyon I, est Président du comité scientifique du Colloque « Boire et manger : une histoire culturelle » qui, du 4 au 6 Novembre, se tient à Montbrison. « Crus et cuites » est son huitième ouvrage.
 De la première gorgée de bière, ou plus exactement de cervoise, qui a régalé les ancêtres de nos ancêtres les Gaulois, au Château-la-pompe royalement proposé depuis toujours aux robinets des fontaines publiques, en passant par le vin de pomme ou de poire « que Bertrand Duguesclin aimait à siroter au début du XIVe siècle », en passant aussi par le verre de lait « complet, pasteurisé, bouilli, chaud l’hiver.» que le gouvernement Pierre Mendès France proposait six cents ans plus tard aux enfants de la République, sans oublier le Ratafia et le « Monte-en-ligne » de nos piou-pious de 14 et encore moins le jus de la treille - oui le jus de la treille - qui depuis la cuite de Noé à la fin du Déluge fait de l’homme un merveilleux boit-sans-soif, Didier Nourrisson passe en revue, à la moulinette ou au peigne fin - (si je puis me permettre ces expressions) - toutes les boissons qui ont permis à l’Homo erectus d’étancher sa soif depuis la nuit des temps. Et même plus que d’étancher sa soif nous dit Rabelais : « buvez avant que la soif advienne, car boire est le propre de l’homme. Je ne dis pas boire simplement et absolument, car aussi bien des bêtes boivent, je dis boire du vin bon et frais.» Goûtons donc si le vin est bon et oublions le Coca-Cola qui n’est ni un cru ni un fauteur de cuite et à la saga duquel Didier Nourrisson a pourtant consacré tout un ouvrage.
 Mais qui dit boire parle aussi du « bien boire » et du « trop boire », de « l’alcool médicament» comme de « l’alcool-plaisir ». Des dérives et des interdits. De la Croix bleue et de la Croix blanche. De « la culture de la défonce » comme de la loi Evin, de la lutte contre l’alcoolisme et en particulier celle du bon vieux temps et même celle d’un autre temps, celui de François Ier qui punissait les ivrognes « d’amputation d’aureille ». Or même si une oreille n’est plus tout à fait une « aureille », il vaut mieux couper son vin que de se la faire couper, l’oreille.

   

         

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don