Accueil
Antoine de Saint-Exupéry, le sens du dépassement de soi
Partager

Antoine de Saint-Exupéry, le sens du dépassement de soi

RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
L'Entretien de la semaine L'Aventure des ailes à la plume : Antoine de St Exupéry

On vient de fêter les 75 ans de la parution du "Petit Prince", le conte mondialement connu signé Antoine de Saint-Exupéry. Au-delà de cette œuvre, c'est toute la vie de l'artiste qui fascine. Une vie d'aventurier, exaltée par le sens du dépassement de soi. Ce que nous raconte le pilote François Suchel, auteur de "Antoine de Saint Exupéry - L'aventure des ailes à la plume" (éd. Paulsen).

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), "un Aventurier avec un grand A" - Photo  ©éditions Paulsen Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), "un Aventurier avec un grand A" - Photo ©éditions Paulsen

Saint-Exupéry, l'Aventurier avec un grand A

On en sait un peu plus sur ce qui s’est passé le 31 juillet 1944, au large des côtes marseillaises. Si l’épave de son avion a été identifiée en 2003, le témoignage recueilli trois ans plus tard d’un pilote allemand viendrait confirmer que l’avion de Saint-Ex aurait été abattu en vol. Mais ce témoignage être à caution, précise François Suchel, et de toute façon "ce n’est pas ça le plus important". "Le plus important, dit son biographe, c’est qu’il est allé la chercher, cette mort, il se sentait coupable de son exil américain, il n’attendait rien de bien intéressant du monde à venir."

Saint-Exupéry avait en effet un rapport particulier à la vie et à la mort : il a été fortement marqué par la disparition de son père, quand il avait quatre ans. Plus tard, perdra aussi son unique frère alors adolescent. Très pudique, "il n’a jamais vraiment parlé de ces drames". Saint-Exupéry n’avait pas peur de la mort, "c’était un un Aventurier avec un grand A". Il vivait "dans l’instant présent" quitte à se laisser "entraîner par les circonstances"...

 

Découvrir le sens du dépassement de soi

Curieusement, "les réussites admirables qu’il a pu faire en écriture sont liées à une succession d’échecs", raconte son biographe. Il a raté deux fois l’entrée à l’École navale, il a voulu tenter les Beaux-Arts… À 26 ans il avait pour seul diplôme un brevet de pilote militaire. Devenu pilote de l’Aéropostale entre 1926 et 1932, il en a fait un véritable mythe par écrits. Ce fut pour lui "le grand saut", l’adieu à une vie bourgeoise et confortable. "Il va découvrir bien plus que l’avion, une manière de vivre sa vie au-delà de lui-même en participant à une œuvre collective. Il va exalter tout au long de sa vie ce sens du dépassement de soi et du sacrifice, aussi."

Devenu journaliste pour Paris-Soir, Saint-Exupéry a effectué des reportages en Russie, en Espagne, au Viet Nam... Il était "un journaliste un peu particulier", décrit François Suchel, avec "un côté dilettante". Ses reportages étaient "empreints de naïveté, avec un certain décalage", un peu "hors sol"… "Plutôt que d’essayer de comprendre le pourquoi du comment il essaie de voir ce qui relie les hommes et de trouver les causes profondes qui les poussent à agir."

 

Le Petit Prince, un langage universel

On raconte que Saint-Exupéry a écrit "Le Petit Prince" pour Consuelo, artiste salvadorienne qu’il a épousée en 1931. Mais ce n’est fort probablement qu’une légende. Ce conte philosophique mondialement connu, Saint-Exupéry l’a longtemps mûri en lui-même, au fur et à mesure des événements qui ont marqué sa vie. "Et quand son éditeur, pendant son exil américain, lui a suggéré d’écrire l’histoire de ce petit personnage qu’il dessinait souvent sur les nappes des restaurants, son histoire était déjà mûre."

"Le Petit Prince" a été publié en 1943 à New York, durant une période assez productive de sa vie – au même moment il écrivait "Citadelle". "De façon plus ou moins inconsciente, son intention a toujours été de parler aux hommes et d’essayer de trouver une sorte de langage universel." "Le Petit Prince" est aujourd'hui le deuxième ouvrage le plus traduit au monde après la Bible.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don