Accueil
L'écoféminisme, ces liens qui unissent les femmes à l'écologie
Partager

L'écoféminisme, ces liens qui unissent les femmes à l'écologie

RCF,  -  Modifié le 18 août 2020
Les Essentiels de Commune Planète L'écoféminisme, ces liens qui unissent les femmes à l'écologie
Un lien particulier unit les femmes et la nature. Qu'est-ce que l'écoféminisme et comment ce courant de pensée peut-il nous aider à envisager la transition environnementale?
Matthew Henry / Unsplash Matthew Henry / Unsplash

"D'où vient ce sentiment étrange que les femmes m'inspirent davantage de confiance à accomplir cette transformation [environnementale] que les hommes ?" Cette citation tirée du livre de Pascale d’Erm, "Sœurs en écologie" (éd. La Mer salée, 2017) suggère l'idée d'un lien particulier entre les femmes et la nature. À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, la journaliste, spécialisée en écologie depuis une vingtaine d’années, nous aide à penser notre lien à la nature et au monde. Elle nous explique ce qu'est l'écoféminisme et comment ce courant de pensée peut aider à envisager la transition environnementale.

 

Ces femmes qui ont pensé l'écologie

Quand on parle d'écologie et de ses grands penseurs, on évoque souvent Thoreau, et son "Walden ou la Vie dans les bois" (1854) ou Aldo Leopold et "Penser comme une montagne". Mais, comme Pascale d'Erm l'a noté, on mentionne rarement des femmes. Connaît-on aussi bien que Thoreau la pensée de la biologiste Rachel Carson (1907-1964), de l'écoféministe indienne Vandana Shiva, de l'océanographe Anita Conti (1899-1997) ou encore de la mystique du XIIe siècle, sainte Hildegarde de Bingen ? Si les femmes ne sont pas absentes de la pensée écologique, "il y a une invisibilité des femmes dans l'histoire" et notamment dans le domaine de l'écologie.

 

Le lien particulier entre les femmes et la nature

Pour parler des liens qui unissent les femmes à l'écologie, Pascale d'Erm a voulu dépasser tout ce qui était de l'ordre de "l'identification des femmes à la nature" dans une visée "essentialiste". Force a été de constater que traditionnellement les femmes ont un lien particulier à la nature. Et qui se manifeste à travers trois valeurs fortes.

 

Le soin, le temps long et l'interdépendance

La journaliste a "identifié trois valeurs", "des constantes" depuis le Moyen Âge : le care, tel qu'il a été théorisé par Carol Gilligan, auteure de "Une voix différente" (1982). Il s'agit de "prêter attention à l'autre, de se soucier de l'autre et d'accorder aux plus faibles, aux minorités, une voix au chapitre". Le care, c'est aussi l'idée que les émotions sont aussi une source de compréhension du monde et pas seulement la rationalité.

Autre valeur clé, l'interdépendance : "Nous sommes parmi les animaux, nous sommes en lien avec toutes ces espèces, pas seulement au-dessus mais avec, pour, et dans ce monde vivant, ce qui incombe des droits et des devoirs." Et enfin, la "conscience du temps long" est une valeur forte chez les femmes, qui sont "en liaison avec la vie et la mort". Bien souvent en effet ce sont des femmes qui accompagnent la fin de la vie. "Ces trois valeurs, de care, de temps long et d'interdépendance, nous permettent d'ériger la vulnérablité en politique, en citoyenneté, en combat, en force."
 

 

Émission d'archive diffusée en mars 2020

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don