Accueil
Le French Cancan ou l’émancipation des femmes 1/5
Partager

Le French Cancan ou l’émancipation des femmes 1/5

Un article rédigé par Véronique Alzieu - RCF, le 5 juillet 2021  -  Modifié le 27 février 2024
La suite de l'Histoire, l'intégrale Le French cancan dans l'émancipation des femmes

Scandaleuse et subversive. C’est de cette manière dont a longtemps été décrit le French Cancan. Bien plus qu’une danse, cet art fut un véritable moyen d’émancipation pour les femmes.

Le Moulin-Rouge, Paris, 2013 Wikipedia Le Moulin-Rouge, Paris, 2013 Wikipedia

Derrière le French Cancan, une histoire de société

La charge, la mitraillette, la cathédrale, le port d’armes. Ces mots sont bien connus des amateurs de French Cancan. Il s’agit en effet de mouvements et de pas du Cancan, une danse qui a émergé à Londres en 1868. Nadège Maruta, ancienne soliste de French Cancan au Moulin-Rouge, et aujourd’hui chorégraphe et écrivain, a voulu s’intéresser à ce qui se cachait sous les jupes à frou-frou et derrière ces chorégraphies explosives.

"Il a fallu aller au-delà du déni et du dénigrement. On considère les danseuses de Cancan comme des filles de mauvaise vie. Du moins au XIXème siècle. C’est toujours la difficulté du rapport au corps" explique Nadège Maruta. Elle revient sur l’origine du Cancan. "En 1825, on danse le quadrille, où il n’y a aucune improvisation. Il y a un maître à danser et on se doit de suivre les indications du maître à danser. C’est extrêmement codé" ajoute l'auteure de "L’incroyable histoire du Cancan" (éd. Parigramme).

Quand les femmes répondent aux hommes

Cette année-là, les maîtres à danser décident d’offrir aux danseurs une séquence d’improvisation de quelques mesures, uniquement réservée aux hommes, et qui s’appelle le cavalier seul. C’est une rupture totale qui change l’ordre du bal. C’est l’entrée du chahut. Mais ce n’est réservé qu’aux hommes. Sans s’en rendre compte, les maîtres à danser de l’époque viennent d’ouvrir une sorte de boîte de Pandore.

Ce chahut a pris de l’ampleur dans certains bals, situés en périphérie du Paris de l’époque. Il a progressivement gagné le centre de la capitale, à Montparnasse, où les étudiants n’étaient pas en reste. "On traversait l’espace de danse sur le ventre, on se mettait la tête en bas. Et à partir de là, on se rendait au bal, pas seulement pour danser, mais pour observer" lance Nadège Maruta. Pendant cette séquence d'improvisation masculine, les femmes devaient rester immobiles. Elles ont voulu commencer à répondre à leurs cavaliers...

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don