Accueil
Covid et changements climatiques
Partager

Covid et changements climatiques

RCF Sud Bretagne, le 7 janvier 2021  -  Modifié le 27 février 2024
Atomes crochus Covid et changements climatiques
Comment se transmet le virus dans le climat actuel ?
podcast image par défaut

FM Nous avons commencé à aborder en octobre les relations entre la covid et les changements
climatiques, mais nous avons dû interrompre nos enregistrements avec la reprise du
confinement, puis la période de Noel. Est-ce que l’on continue sur ce sujet ?
LL : J’aurais bien aimé parler d’autre chose, et revenir au futur plus heureux que nous attendons
tous, avec une bonne gestion de la transition climatique, mais le but de cette chronique, c’est
aussi de vous accompagner semaine après semaine, en expliquant scientifiquement les
enjeux qui se présentent à nous, qu’ils soient immédiats ou à long terme. Aider à préparer
une sortie au plus vite de la crise sanitaire actuelle est prioritaire, aussi……
FM Alors, de quoi parlons nous aujourd'hui?
LL Je propose de revenir d’abord sur la transmission du virus. Visiblement, il y a encore trop de
gens qui ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre les mesures de distanciation. Ce
coronavirus attaque d'abord les cellules du système respiratoire pour s'y multiplier. Il est
absorbé et émis par la bouche et le nez. On évoque bien sûr les postillons, et l’importance
du masque et du lavage des mains pour s’en protéger. Mais on évoque aussi de plus en plus
la prévention contre les micro-gouttelettes en suspension dans l'air, les aérosols, qui en
contiennent tout autant, émises en permanence quand on parle (en particulier avec les
consonnes Be, Te, Se…). Ils restent dans l’air, comme les odeurs.
Or les masques sont inefficaces pour arrêter ces aérosols, en particulier les plus
fins, inférieures au millième de mm. Dans une pièce peu ventilée, il suffit qu’un porteur de
virus parle pour contaminer progressivement l’air ambiant, et tous les gens qui y
respirent.!
L’insuffisance de ventilation des habitations est une des raisons pour laquelle la
covid touche particulièrement les populations les plus pauvres, qui vivent entassées sans
possibilité de distanciation.
FM On parle depuis quelques jours d'un modèle de Météo-France prédisant la distribution de la
covid .. Encore le climat?
LL Oui, encore le climat. Le modèle est basé sur la survie des virus adsorbé sur les aérosols de
micro-gouttelettes d'eau dans l'atmosphère extérieure, survie maximale entre -2/0° et
13/15° pour des humidités moyennes, donc ni au grand froid, ni au chaud. En dehors de
cette gamme, les micro-gouttelettes se déssèchent très vite et les virus sont détruits. Mais en
hiver, on reste aussi à l’intérieur, les fenètres fermées. C’est aussi pour cela que la covid se
transmet plus mal dehors, les aérosols sont dispersés par l’air.
FM Les aérosols, on n’en parle pas beaucoup pourtant en médecine…
LL : Ils sont tellement fins, très difficiles à observer sans équipement spécial. Mais les
aérosols de la pollution atmosphérique créés par la circulation automobile, le chauffage au
mazout ou au charbon et les usines, et qui sont à l’origine de la grisaille de l’atmosphère de
nos villes, provoquent de très nombreuses maladies respiratoires.
La surface des océans en émet en permanence, formés par les embruns desséchés. Ce
sont ces aérosols, poussés par les vents, qui re-transportent de l'océan vers les régions
côtières les ions de potassium, et de tant d’éléments traces indispensables à la vie,
inversant ainsi les processus d’érosion.
Oxydés par les ultraviolets solaires, ils jouent aussi un rôle antibiotique, désinfectant en
partie l’air et les sols : il est beaucoup plus difficile d’obtenir de bons fromages en bordure
des océans, et c’est peut-être pour cela, aussi, que la covid se développe moins bien sur nos
côtes Atlantiques…
Encore un lien avec le climat, l’air est devenu beaucoup plus transparent avec le
développement du confinement au niveau global, et la baisse d’activité associée,. Une
conséquence qui était attendue des spécialistes : la Terre s’est réchauffée du coup
davantage dans les régions dont l'économie a été affectée, car l’énergie solaire atteignait
plus facilement le sol!
FM Est-ce que vous êtes en train de nous dire que la pollution refroidit la Terre, alors qu’on dit
partout qu’elle la réchauffe ?
LL : Et oui, mais on parle de deux phénomènes différents : la combustion réchauffe 10 fois plus
par le gaz carbonique émis qu’elle refroidit par les micro-particules, et en plus, on fait
tout ce qu’on peut pour les nettoyer, ces particules d’aérosols qui nous empoisonnent.
FM Quand vous évoquiez la transmission de la covid19, je ne pensais pas au transport des
aérosols, mais à celui des malades contagieux…
LL : Encore une fois, avec le transport, vous soulevez un point capital et qui concerne aussi le
changement climatique : C’est surtout par avion que la covid s’est répandue dans le
monde. Et ce sont par bateaux que les grandes épidémies se sont répandues dans le passé, que
l’on parle de la peste chez nous arrivée d’Orient, ou de la rougeole qui a décimé les
peuples amérindiens, apportée par nos conquistadors…
Et comme on l'a vu, les transports contribuent pour plus d'un quart à l’augmentation
des émissions de gaz à effet de serre dans les dernières dizaines d’années.
FM Vous avez abordé la baisse des concentrations d’aérosols dans l’atmosphère avec le
confinement, mais j’ai entendu aussi évoqué la baisse des émissions de gaz à effet de serre ?
LL…Effectivement, rien que pour le premier semestre 2020, les émissions de gaz carbonique ont
baissé de 9% par rapport à 2019. C’est plus que pour le krach boursier de 2008. On ne sait
pas encore à quelle vitesse on se sortira de la crise, mais il ne faut pas se faire d’illusion,
l'économie ne prend pas des directions vraiment différentes. La priorité est d’effacer au
plus vite la crise actuelle. Les émissions ne pourront que repartir de plus belle dès que
l’économie redémarrera.
FM Au moins pour ce dernier point, il faut espérer que ce soit le plus vite possible…Mais cette
crise, on peut quand même en tirer des leçons pour l’avenir, non ?
LL : Il y a effectivement de quoi réfléchir, on commence à en parler la semaine
prochaine

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don