Accueil
Quatre astuces pour appliquer la communication non-violente dans ses relations

Quatre astuces pour appliquer la communication non-violente dans ses relations

Un article rédigé par Laurette Duranel avec Anne-Laure Drouard-Chanel - RCF, le 9 novembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
Voyage Intérieur Simplifions-nous la vie grâce à la communication non-violente

Formalisée dans les années 60 par le psychologue américain Marshall Rosenberg, la communication non-violente (CNV) suscite de plus en plus d’intérêt ces dernières années, parallèlement à l’émergence du développement personnel. Que ce soit dans ses relations avec ses amis, ses collègues ou ses enfants, nombreux sont ceux qui tendent à cette forme de langage bienveillant. Mais comment y parvenir, sans céder aux débordements en tout genre ? Isabelle Capy, facilitatrice en relations humaines, certifiée en communication non-violente nous donne des astuces.
 

La base de la communication non-violente (CNV) est la reconnexion à soi : s’interroger sur ses propres intentions ©Pexels La base de la communication non-violente (CNV) est la reconnexion à soi : s’interroger sur ses propres intentions ©Pexels

Avant de vouloir agir sur nos emportements, il est important de s’interroger sur les conditionnements, autrement dit les biais inconscients, qui nous poussent à ces comportements. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la violence verbale n’est pas nouvelle. D’après les anthropologues, elle remonterait à la sédentarisation des Hommes. "En se sédentarisant, les Hommes ont créé un système de domination pour établir un fonctionnement, et cela a créé de la violence", explique Isabelle Capy, co-auteure de "50 activités bienveillantes pour découvrir la communication non-violente" (éd. Larousse, 2020). Certains hommes ont dit ce qui est juste ou non, et les autres ont dû être éduqués à ces règles. "On est arrivés à des repères totalement extérieurs", analyse-t-elle.

 

Pour se détacher de ces repères extérieurs et des jugements, reproches ou exigences qui les accompagnent parfois, la base de la communication non-violente (CNV) est la reconnexion à soi. En commençant par s’interroger sur ses intentions. Une chose que nous faisons peu, car nous faisons souvent les choses par automatisme. "Il faut se demander si j’ai envie d’obtenir un résultat, par exemple que mon enfant range sa chambre ou si j’ai envie d’une relation de qualité ?", illustre la facilitatrice en relations humaines. 

 

Être factuel plutôt que dans l'interprétation

 

Une fois cette prise de conscience atteinte, il ne reste plus qu’à mettre en place quatre étapes. La première étape consiste à observer. "Il s’agit d’être factuel plutôt que d’être dans l’interprétation", explique la facilitatrice en relations humaines. En pratique, cela consistera à dire à son conjoint "tu as laissé ton sac de sport dans le couloir", plutôt que "tu l’as laissé traîner". Car "dans le mot traîner, il y a déjà une interprétation, une intention de faire des reproches", analyse-t-elle. En changeant de terme, l’autre s’aperçoit ainsi que nous recherchons une qualité de la relation.

 

Accueillir ses émotions

 

La deuxième étape consiste en l’écoute de ses émotions, de ses sentiments, en ayant "conscience qu’ils sont tous à notre service et précieux", ajoute Isabelle Capy. Par exemple : "Si j’accueille la colère du mieux que je peux, avec cette conscience qu’elle est en train de me transmettre des choses, elle va se transformer."

 

De quoi a-t-on vraiment besoin ?

 

Pour la troisième étape, il s’agit d’analyser ses besoins. "La CNV fait vraiment une différence entre nos besoins, complètement immatériels, qui sont notre énergie de vie, et les moyens que nous utilisons pour les satisfaire", explique la formatrice. En d’autres termes il s’agit par exemple du besoin de reconnaissance et non pas de celui de boire ou de manger. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle car "nos besoins sont vraiment communs et donc nous pouvons vraiment nous entendre et nous comprendre. 

 

S'exprimer avec confiance

 

Enfin dernière étape et non des moindres : la demande. Là, l’objectif est d’exprimer de façon consciente et explicite ce que l’on ressent, ce dont on a besoin. "La personne en face peut être déstabilisée par cette manière authentique de parler, et en même temps, si mon intention est d’être dans la qualité de la relation, je peux avoir confiance dans le fait qu’il y aura de la compréhension mutuelle", assure Isabelle Capy. Cette mutualité, c'est tout l'intérêt de la communication non-violente, puisqu'il faut chercher à se comprendre soi-même autant que son interlocuteur. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don