Accueil
Parler de sexualité en famille, est-ce encore un sujet tabou ?
Partager

Parler de sexualité en famille, est-ce encore un sujet tabou ?

RCF, le 23 février 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
YAPPP, Y'a pas de parents parfaits Amour et sexualité, comment en parler à mes enfants ? (1/3) Un sujet souvent tabou

L'amour et la sexualité, est-ce encore un sujet tabou dans les familles ? Si beaucoup de parents ont grandi dans la gêne et parfois la honte au point de ne pouvoir en parler, aujourd'hui les choses changent. Les enfants en apprennent beaucoup à l'école ou via internet...
 

©Corinne MERCIER/CIRIC ©Corinne MERCIER/CIRIC

À Marseille, Anne Kerléo s’entretient avec des mères qui fréquentent la Maison des familles Les Buissonnets. Yamina, Latifa, Kalma et Zorah abordent la question de la vie affective et sexuelle : comment en parler avec son enfant ? Un sujet souvent tabou au sein des familles, que les parents ont du mal à aborder. 

 

"Les jeunes de maintenant ils savent tout"

 

Avant, il aurait été impossible pour Yamina de parler de sexualité avec sa fille. C’est au grâce à son pédiatre que sa fille a pu comprendre ce qui lui arrivait. Pour le reste, "elle a tout appris à l’école". Quand elle-même était petite, Yamina a découvert l’existence des règles au moment où elles sont apparues, pas avant. Une honte s’est inscrite en elle, que sa fille percevait et qui l’empêchait se poser des questions. Finalement Yamina se réjouit se voir qu’aujourd’hui "c’est différent, c’est plus cool". "C’est mieux d’en parler, maintenant on peut en parler, on est plus cool, il n’y a pas cette honte que j’avais moi au temps d’avant." De toute façon, "les jeunes de maintenant ils savent tout !"

 

Chez Latifa aussi, le sujet était tabou avant. Elle aurait aimé être informée, savoir ce qui allait lui arriver à la puberté. Aujourd’hui mère de deux enfants, des garçons, elle met un point d’honneur à s’informer pour répondre du mieux qu’elle peut aux questions que lui posent ses fils. "Les enfants sont curieux ils ont plein de questions sur leur corps, j’essaie de m’informer." Il suffit qu’ils lui demandent quand ils pourront faire le ramadan, tout de suite la question de la puberté apparaît car c’est la période à partir de laquelle les musulmans peuvent jeûner. "Je vais essayer d’être prudente sur les mots que j’utilise pour ne pas le choquer mais je crois que je n’ai pas de gêne. Regarder une vidéo le corps humain ça ne me gêne pas, sur la grossesse, sur l’ovulation, ça ne me gêne pas de regarder ça avec lui…"

 

Sexualité : comment respecter l’intimité de son enfant ?

 

Quand elle a dû accompagner sa fille de 15 ans chez le gynécologue, Zorah, était inquiète. Elle avait peur que sa fille ait déjà eu des relations sexuelles. Elle lui a dit : "On ne fait pas de bêtises chez nous, c’est honteux de fréquenter des garçons dehors, à 20 ans tu me demanderas si tu peux te marier : chez nous c’est ça !" Zorah lui dit qu’à son âge elle "jouait encore à la poupée !" Elle le déplore toutefois, sa fille ne lui "raconte rien". "Elle n’aime pas discuter de ça avec moi..."

 

Comment respecter l’intimité de son enfant ? Comment lui apprendre qu’il faut être parfois prudent ? Latifa confie qu’elle préfère "transmettre des valeurs plutôt que chercher des informations". Certes, en tant que parents, on veut tout savoir et "on a des astuces pour voir ce qui se passe !" Pour autant, "on ne peut pas les surveiller". Pour elle, le secret c’est "d’en parler avec des professionnels pour avoir plus d’informations". Pourquoi pas s’inscrire dans des ateliers, "ça aide les parents à s’ouvrir eux-mêmes pour s’ouvrir à leurs enfants et leur donner les bonnes informations".

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don