Accueil
La question des parents : bébé, qu'est-ce qui se joue dans ses premiers mois ?

La question des parents : bébé, qu'est-ce qui se joue dans ses premiers mois ?

Un article rédigé par Vincent Belotti - RCF, le 20 décembre 2023  -  Modifié le 20 décembre 2023
Tu me remercieras plus tard La question des parents: bébé, qu'est-ce qui se joue dans ses premiers mois ?

De quoi un bébé a t-il besoin pour s'épanouir ? C'est tout l'enjeu des "Premiers mille jours", un documentaire et un livre où des spécialistes reconnus de la petite enfance donnent des clés de compréhension à de jeunes parents. A l'occasion de Noël, fête de la naissance de l'Enfant Jésus, rencontre avec l'une des participantes, Nathalie Casso-Vicarini, éducatrice de jeunes enfants et fondatrice de l'association "Ensemble pour la petite enfance".

©Pixabay/Smpratt90 ©Pixabay/Smpratt90

"Un bébé, pour grandir, il a besoin de lait, de vêtements pour ne pas avoir froid, de manger et de respirer." déclare Léo*, 9 ans. "Oui, mais il a surtout besoin que sa sa famille s’occupe bien de lui et lui donne beaucoup d’amour et de bisous." renchérit sa petite camarade Jade*. La vérité sortirait-elle de la bouche ... des enfants ? Plongée dans les mystères de la vie de bébé !

 



Les câlins aussi importants que la nourriture ou le sommeil ? Oui, sans hésiter pour Nathalie Casso-Vicarini. "L’enfant a d’abord besoin d’être rattaché à l’autre par le regard, le sourire, par une attention privilégiée. C’est ça qui va lui donner l'envie d’avoir faim, de lui donner le goût de la vie." Une sécurité affective qui passe avant tout par une bonne entente entre les parents et un milieu  apaisant.

"Les mille premiers jours, c’est une période de grande sensibilité à l’impact environnemental." précise l’éducatrice. Or, à la naissance, le cerveau d’un bébé n’est pas équipé pour prendre du recul face à un stress qu’il pourrait vivre au quotidien et les hormones déclenchées en réaction vont l’empêcher de se développer normalement. "Cela laissera des traces qui seront beaucoup plus difficiles à réparer." souligne la fondatrice de l’association "Ensemble pour la petite enfance".

 

L'importance du premier contact

Une sensibilité qui débute dès le deuxième trimestre de la grossesse et qui devra être accompagnée au moment de l’accouchement. Car "la naissance, c’est un événement violent pour un bébé." rappelle Nathalie Casso-Vicarini. D’où l’importance du "peau à peau", visant à placer le nouveau–né sur la poitrine de sa maman. "Un contact d’abord visuel, d’être connecté à celle qui lui a donné la vie. Mais aussi le besoin de retrouver des sensations in utéro, comme les pulsations cardiaques, qui vont rassurer l’enfant et lui permettre de tisser ce lien d’attachement et de sécurité dont il aura besoin".

Un bienfait à poursuivre plus tard en portant son bébé dans les déplacements plutôt que de l’installer dans une poussette. Et c’est aussi bon pour les papas pour renforcer l’instinct paternel !

 

Pas de tétine, ni d'écran !

Mais en dehors de cette base affective, de quoi bébé aura-t-il besoin pour bien s’épanouir dans ses mille premiers jours ? Le livre "Là où tout commence" donne de nombreuses pistes, certaines contre des idées reçues. Ainsi, pas nécessaire de mettre le nourrisson au calme absolu pour qu’il dorme. Pendant la grossesse, "il a perçu des bruits et un trop grand silence dans une pièce isolée pourrait l’angoisser." De même, éviter la tétine. Outre les problèmes de dentition, "c’est un moyen d ’empêcher un tout jeune enfant d’exprimer un besoin en lui mettant d’office l’objet dans la bouche." estime la psycho thérapeute Isabelle Fillozat dans le documentaire.

Enfin -et surtout-, pas d’écran avant trois ans. "Le son et les images entrainent des hormones du plaisir et activent dans son cerveau le circuit de la récompense, comme une drogue." D’où ces réactions violentes en cas d’interruption du programme, un état de manque qu’un enfant ne sera pas capable de contrôler comme un adulte. 

 

Les bébés, ces héros ...

Des parents attentifs, mais qui peuvent être aussi bien isolés aujourd’hui. D’où l’intérêt des "Maisons des mille premiers jours". Des lieux d’échanges, d’écoute et d’accompagnement pour favoriser ces liens d'attachement familiaux, avec l'aide de professionnels de la petite d’enfance. Une quarantaine de structures ont ouvert en France, dont la première à Arras, dans le Pas-de-Calais, en septembre 2020, où a d’ailleurs été tourné le documentaire de Claire Lajeunie  diffusé sur France 5.

Une belle façon de comprendre le monde mystérieux des bébés. "Ils nous apprennent tant. Ce sont nos héros !" affirme le livre en conclusion "Là où tout commence". Apprendre quoi ? " "L’importance de la qualité de la relation", estime Nathalie Casso-Vicarini. "Ils sont l’empathie par excellence. Des êtres bons, pas encore modelés par l’école ou des expériences difficiles." Une innocence qu’un petit enfant né dans une étable rappelait déjà, il y a plus de 2000 ans …

* Prénoms d'emprunt


Pour aller plus loin : 

Le livre "Là où tout commence" de Nathalie Casso-Vicarini, Isabelle Fillozat, Boris Cyrulnik et Antoine Guedeney. Un livre inspiré du documentaire "Les premiers mille jours", où quatre spécialistes de la petite enfance donnent des clés de compréhension à six jeunes parents, à  leur domicile ou dans la Maison des mille premiers jours à Arras. Editions "Le Cherche -midi" 2023

Le documentaire "Les premiers mille jours" de Claire Lajeunie, à retrouver en podcast sur la plate-forme France Tv

Association "Ensemble pour la petite enfance", fondée par Nathalie Casso-Vicarini, avec la liste des Maisons des mille premiers jours existantes en France. https://eduensemble.org/
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don