Accueil
Hamou Bouakkaz - Les troubles psychiques, un handicap stigmatisant
Partager

Hamou Bouakkaz - Les troubles psychiques, un handicap stigmatisant

RCF, le 10 octobre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique Handicap Les troubles psychiques, un handicap stigmatisant

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de la santé mentale ! une occasion de prendre un instant pour évoquer une situation de handicap particulièrement stigmatisante...

Hamou Bouakkaz, expert diversité et handicap ©DR Hamou Bouakkaz, expert diversité et handicap ©DR

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de la santé mentale ! une occasion de prendre un instant pour évoquer une situation de handicap particulièrement stigmatisante ! »

Hamou

« Ce sont plus de trois millions de nos concitoyens qui sont touchés par un handicap psychique.

Du diagnostic à la prise en charge, leur vie est un parcours chaotique qui les malmène, et broie avec eux leurs familles qui constituent la majeure partie des quatre millions d’aidants.

Comme pour beaucoup de situations de handicap, le temps séparant les premiers symptômes et le diagnostic est extrêmement long.

Cette durée, souvent plusieurs années, détruit les fratries.

Comment garder son petit ami quand il est témoin de la crise avec accès de violence  de son frère ?

Comment poursuivre ses études quand il faut aller chercher son proche ou l’amener d’urgence à l’hôpital psychiatrique ?

Handicap récemment introduit dans la législation, il peine à être correctement pris en charge par les maisons départementales des personnes handicapées. Handicap psychique rime souvent avec absence de revenu, de logement adapté, d’emploi.

Avec la crise sanitaire, la situation s’est encore aggravée si c’était possible et les familles sont très souvent condamnées à faire hospitaliser leur proche sans son consentement.

Les aidants compensent les manquements du système et s’y épuisent sans trêve ni répit. et la proportion de patients qui bénéficient des services dédiés est beaucoup trop faible.

 

La haute autorité de santé vient pourtant de formuler des préconisations tout à fait intéressantes relatives à l’annonce du diagnostic et au respect de l’expérience d’usage du patient mais ces préconisations très intelligentes contrastent douloureusement  avec l’effondrement de la psychiatrie dans notre pays.

 

L’Unafam, qui regroupe les familles et amis des personnes handicapées psychiques, lance une campagne de lutte contre les préjugés si tenaces qui les touchent. L’association diffuse à partir d’aujourd’hui la vidéo #ParlonsEnAutrement. Car comme les autres handicaps, le handicap psychique se surmonte.

 

La pharmacopée a beaucoup évolué et nombre de malades sont stabilisés. Avec les bons soutiens, ils peuvent reprendre leur vie en main, gérer leur logement de manière autonome, travailler et créer des entreprises qui durent. Il est urgent d’augmenter massivement les moyens consacrés à la santé mentale et d’en faire la grande cause nationale de 2023 !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...