Accueil
Une journée pour rendre hommage aux aidants familiaux
Partager

Une journée pour rendre hommage aux aidants familiaux

Un article rédigé par Jean-Baptiste Le Roux - RCF,  -  Modifié le 7 octobre 2016
On estime à 11 millions le nombre de personnes qui assistent un membre de leur famille au quotidien. Une situation loin d’être simple.

Beaucoup d’aidants familiaux l’affirment, ils ne s’attendaient pas à devoir assister quotidiennement une personne de leur famille, et doivent la plupart du temps concilier leur activité professionnelle avec leur mission d’aidant. Une situation loin d’être évidente, et qui est pourtant vécue par 11 millions de personnes en France.

Des aidants qui oeuvrent dans l’ombre, en silence, auprès de personnes malades, handicapées ou très âgées. La journée du 6 octobre leur est dédiée, eux pourtant assez méconnus. Selon un sondage réalisé par BVA pour la Fondation April, on en sait désormais plus sur cette "profession" qui consacre son énergie pour rendre la vie des autres plus supportable.

Les aidants seraient donc des femmes, pour 56 % d’entre eux. A noter que 55 % d’entre eux ont plus de cinquante ans. On sait également que 53 % des aidants sont des personnes actives, ayant déjà un métier, et que 42 % d’entre eux sont des salariés. De fait, consacrer du temps aux autres a des conséquences sur leur vie professionnelle.

Ainsi, 58 % des personnes interrogés déclarent avoir du mal à concilier travail et obligation familiales, et 33 % d’entre elles font état d’un impact négatif sur leur boulot. Pourtant, se rendre à son travail, dans la situation d’un aidant, peut représenter un sas de décompression. La situation est donc paradoxale.

Pour autant, un salarié sur cinq n’ose pas informer son patron de sa situation d’aidant. Dans les faits, la moitié des aidants utilisent leur RTT et leurs congés pour assister la personne qu’ils aident. Un quart d’entre eux s’arrangent avec leurs collègues, un tiers occupent un emploi à temps partiel pour consacrer plus de temps à aider, et enfin 13 % des personnes  interrogées vont même jusqu’à recourir à des arrêts malade.

Bref, beaucoup recourent au système D alors qu’il existe de nombreuses possibilités, financières, humaines, ou technique, pour les soulager au quotidien. Des possibilités notamment énoncées dans la loi de 2016 relative à l’adaptation de la société au vieillissement. Des points que le gouvernement a voulu mettre en avant en ce jour.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don